Après l’Afrique du sud, la Namibie veut à son tour exproprier les propriétaires fonciers blancs

(Agence Ecofin) - Les propriétaires blancs de terres namibiennes sont dans le viseur du gouvernement. C’est ce qu’a déclaré mardi, lors des célébrations du 27ème anniversaire de l’indépendance de la Namibie, le président Hage Geingob (photo), qui envisage une expropriation massive des terres pour accélérer le transfert de biens à la majorité noire du pays.

Dans un souci de légalité, le président envisage ainsi de recourir aux dispositions de la constitution qui autorisent l’expropriation des terres contre une une juste compensation. « Si nous nous engageons à poursuivre la croissance économique et à sauvegarder la paix, alors chacun devrait être ouvert à de nouvelles approches. Cela signifie que nous devons recourir à notre Constitution qui permet l'expropriation de terres conditionnée par une compensation équitable, et aussi réexaminer la question de l’accès à la propriété foncière pour les étrangers ».

La Namibie souhaite transférer 43% de terres actuellement dans le giron de la minorité blanche du pays, soit 15 millions d'hectares de terres agricoles, à des Noirs d'ici 2020.

Si Windhoek s’engage effectivement dans cette réforme agraire, elle emboitera le pas au voisin sud-africain qui a récemment décidé de simplifier les procédures d’expropriation des propriétaires fonciers blancs sans compensation. Au risque de réanimer un débat identitaire jusque-là maintenu en couveuse.

Souha Touré


Ecofin Gestion Publique     


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance

GESTION PUBLIQUE TV

BoutonRS