Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

La police et le monde des affaires sont les secteurs les plus corrompus en Afrique, selon Transparency

  • Date de création: 01 décembre 2015 14:41

(Agence Ecofin) - 58% des Africains estiment que la corruption a progressé au cours des 12 derniers mois, selon un sondage publié le 1er décembre par l’ONG Transparency International.

Pour réaliser ce sondage intitulé «People and Corruption: Africa Survey 2015», qui est un élément du Baromètre mondial de la corruption, Transparency International s’est associée à Afrobaromètre, qui a interrogé 43 143 personnes dans  28 pays d’Afrique subsaharienne entre mars 2014 et septembre 2015 sur leurs expériences et perceptions de la corruption dans leur pays.

Ce sondage révèle aussi que 22% des personnes interrogées estiment que la corruption a baissé sur les douze derniers mois, et 14% notent que le phénomène est resté stable.

Le taux global des Africains qui affirment que la corruption a augmenté au cours des 12 derniers mois cache des disparités entre les 28 pays étudiés. Ainsi les plus importants taux des personnes jugeant que la corruption  a progressé ont été enregistrés en Afrique du Sud (83%), au Ghana (76%) et au Nigeria (76%), tandis que les plus bas taux ont été enregistrés au Burkina (28%), au Mali (31%) et en Côte d’Ivoire (32%).

Fait nouveau : pour la première fois, les personnes interrogées ont déclaré qu’elles percevaient les dirigeants d’entreprises comme hautement corrompus. Le monde des affaires est classé comme le deuxième secteur affecté par les niveaux de corruption les plus élevés dans la région.  La police a été en effet considérée comme étant le secteur le plus corrompu par 47% des personnes sondées, devant les dirigeants d’entreprises (42%), les responsables gouvernementaux (38%), les agents d’impôts (37%), les magistrats (34%) et les membres du Parlement (33%). Les leaders religieux et les chefs traditionnels sont considérés parmi les moins corrompus, avec des taux respectifs de 15% et 21%.

De façon générale, beaucoup d’Africains, en particulier les populations défavorisées, subissent le poids de la corruption quand ils tentent d’avoir accès aux services publics de base dans leur pays. 22% des gens qui ont été en contact avec un service public au cours des 12 derniers mois ont versé un pot-de-vin.

Ce taux cache aussi de fortes disparités entre les pays africains étudiés : Ainsi  69% des personnes qui ont eu un contact avec les services publics au Liberia ont versé un pot-de-vin. Ce taux s’élève à 48% au Cameroun et à 43% au Nigeria, alors qu’il n’est que de 1% à Maurice et au Botswana.

Le sondage fait, d’autre part, ressortir que 64% des Africains pensent que leurs gouvernements ne remplissent pas leurs obligations pour enrayer les abus de pouvoir, la corruption et les ententes secrètes.

Sur18 des 28 pays sondés, une grande majorité des personnes interrogées considère que le gouvernement de leur pays ne fait pas correctement son travail en matière de lutte contre la corruption.

Malgré ces conclusions décevantes, quelques pays du continent se distinguent néanmoins, parmi lesquels le Botswana, le Burkina Faso, le Lesotho et le Sénégal. Une bonne proportion des citoyens de ces pays jugent le travail de leurs gouvernements dans le domaine de la lutte contre la corruption comme étant positif : 54% au Botswana, 47% au Sénégal et au Lesotho.

Sur tout le continent, les pauvres ayant recours aux services publics sont deux fois plus susceptibles que les riches d’avoir versé un pot-de-vin. Dans les zones urbaines, ils sont encore plus susceptibles de payer des pots-de-vin. «La corruption crée et alimente la pauvreté et l’exclusion. Alors que des individus corrompus qui jouissent d’un pouvoir politique mènent un train de vie somptueux, des millions d’Africains sont privés de la satisfaction de leurs besoins fondamentaux comme l’alimentation, la santé, l’éducation, le logement, l’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires», a déclaré José Ugaz, le président de Transparency International.

Le sondage révèle, par ailleurs, que les mécanismes de dénonciation de la corruption sont souvent perçus comme trop dangereux, inefficaces ou peu clairs. Plus d’un Africain sur 3 pense qu’un lanceur d’alerte s’expose à des conséquences négatives s’il dénonce des pratiques de corruption, ce qui est la raison pour laquelle la plupart des gens ne dénoncent pas la corruption.

Pour améliorer la lutte contre la corruption en Afrique, Transparency International recommande aux gouvernements de renforcer et faire respecter la législation applicable aux hommes d’affaires corrompus et à la lutte contre le blanchiment d’argent pour juguler le volume élevé des flux illicites en provenance du continent, d’adopter une législation visant à protéger les lanceurs d’alertes afin de faciliter le rôle de la société civile et de manifester un engagement profond et durable pour agir contre la corruption à tous les niveaux de la police, en assurant la promotion de réformes qui conjuguent mesures punitives et changements structurels à court et moyen terme.  

Lire aussi

04/12/2014 - Transparency 2014 : l’Afrique subsaharienne reste la région la plus corrompue du monde

23/10/2014 - Cameroun : 5103 employés de la PHP dénoncent un rapport de Transparency International

18/06/2015 - Les 5 pays les plus «corrompus» au monde se trouvent en Afrique subsaharienne, selon Verisk Maplecroft


Ecofin Finance     


 
GESTION PUBLIQUE

Les pays africains, du meillleur au pire pour les femmes, selon l’enquête de National Geographic

Burkina Faso : les Hauts-Bassins informés sur les mécanismes de financement du Fonds vert pour le climat

Burkina Faso: le gouvernement réalisera 37 projets d'adduction d'eau dans plusieurs régions

Côte d’Ivoire : la Chine accorde 266 millions $ pour l’adduction en eau potable et la santé

 
AGRO

Cameroun : le gouvernement va réduire les importations de blé et de malt qui ont coûté au pays 149 milliards de FCFA en 2018

Nigeria : Kano allouera 10 000 hectares de terres irrigables à la tomate durant la saison sèche 2019

Angola : la BAD apporte 1 million $ au programme de nutrition infantile dans la province de Bié

Maroc : Edita Food Industries installera une usine de fabrication de biscuits de 20 millions $

 
ELECTRICITE

Sahel : l’Alliance Sahel ambitionne de doubler le taux d’électrification de la région en 3 ans

Côte d’Ivoire : accord d’assistance technique de la SFI pour l’étude de faisabilité de deux centrales solaires de 30 MW

Afrique du Sud : la stratégie énergétique nationale (IRP) enfin adoptée !

Ghana : la construction du barrage polyvalent de Pwalugu (60 MW) par Sinohydro, démarre en novembre

 
HYDROCARBURES

En 2020, Total se dotera d’un navire ravitailleur au GNL

Saudi Aramco reporte le lancement de sa première cotation boursière, la plus importante de l’histoire

Gabon : la campagne de forage de Vaalco démarre avec une première découverte de pétrole

Un navire angolais de forages pétroliers arrêté dans les eaux malaisiennes

 
MINES

Togo : la Société Générale des Mines exploitera le gisement de manganèse de Nayéga

Mozambique : des licenciements en vue à la mine de graphite Balama

Afrique du Sud : « le charbon sera encore là pour longtemps », selon le ministre des Mines et de l’Energie

Afrique du Sud : le prix du palladium atteint un nouveau record, une bonne nouvelle pour le projet Platreef

 
TELECOM

Vodacom Best of the Best Class 2019 : voici les 12 candidats retenus pour cette édition

Angola : ITA a investi près de 7 millions $ dans son nouveau centre de données inauguré le 16 octobre

L’américain SpaceX veut porter à 42 000 le nombre de ses mini-satellites à déployer autour de la terre

Le Congo a initié la procédure de recrutement d’un opérateur pour gerer les infrastructures nationales de fibre optique

 
FORMATION

L’Unesco et la Chine signent un accord en vue de soutenir la formation des enseignants en Afrique

Le programme sur la gouvernance et le développement en Afrique ouvre les candidatures pour 2020

La faible qualité de la formation en Afrique prépare mal les jeunes pour le marché du travail (Rapport)

En Algérie, les universités locales signeront 11 accords de coopération avec les universités sud-coréennes

 
COMM

Nigeria : lancement prochain du premier rapport analysant l’impact des publicités audiovisuelles

Tunisie : le régulateur de l’audiovisuel lance une brigade anti-infox

Nigeria : des versions locales des émissions The Voice seront bientôt diffusées

Liberia : les autorités envoient les forces de l’ordre fermer la radio Roots FM

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique