Financement de l’UA : en bon élève, le Bénin donne le ton

Financement de l’UA : en bon élève, le Bénin donne le ton

(Agence Ecofin) - Au Bénin, le gouvernement va introduire dès 2018, une taxe de 0,2% sur toutes les importations en direction des 54 pays d’Afrique pour financer le budget de l’Union Africaine (UA), a-t-on appris ce lundi.

Cette nouvelle taxe s’inscrit dans le cadre du principe adopté par les chefs d'Etat africains au sommet de Kigali,  au Rwanda, en juillet 2016 dont l’objectif est non seulement de financer l’Union via le prélèvement d’une taxe sur les importations, mais également de réduire la dépendance financière de l'organisation africaine aux financements extérieurs.

A ce sommet, les chefs d’Etat ont pris l’engagement d’augmenter progressivement les contributions des Etats membres, afin de financer 100% du budget ordinaire, 75% du budget programme, et 25% du budget liés aux opérations de maintien de la paix.

Si cette ambition est noble, beaucoup n’y voient qu’un énième engagement que ne tiendront pas les pays concernés. Certains analystes évoquent la taxe sur les billets d'avion, les nuits d'hôtel et les SMS téléphoniques qui avait été adoptée en 2014, mais qui malheureusement, n'est jamais entrée en vigueur.

La décision du Bénin sonne comme une avancée considérable et un élan prometteur qui pourrait encourager d’autres à s’inscrire dans cette dynamique. Selon les estimations, cette nouvelle orientation fiscale, si elle venait à être implémentée dans les 54 pays africains, pourrait générer jusqu’à 1,1 milliard d’euros par an.

Reste à savoir si les Etats membres, malgré cette manne fiscale, honoreront leur engagement de quote-part. C’est aussi une question de « dignité africaine ».

Fiacre E. Kakpo


Ecofin Gestion Publique     


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance

GESTION PUBLIQUE TV

BoutonRS