Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Croissance économique : le Cameroun est sur la bonne voie, malgré des fragilités persistantes (S&P Global Ratings)

Croissance économique : le Cameroun est sur la bonne voie, malgré des fragilités persistantes (S&P Global Ratings)
  • Date de création: 10 octobre 2021 17:53

(Agence Ecofin) - La perception de S&P Global Ratings pour le Cameroun reste assez stable. On peut en retenir deux informations majeures : une croissance soutenue sur les 3 prochaines années, mais a contrario, quelques risques persistants qui invitent les investisseurs à la prudence.

S&P Global Ratings dans sa plus récente notation sur le Cameroun qui date du 8 octobre 2021, a estimé que le Cameroun est sur la bonne voie en termes de croissance économique. « Les perspectives économiques post pandémie semblent solides : la production de gaz naturel et les nouveaux projets miniers devraient soutenir les industries extractives. Dans le même temps, les services devraient continuer d'être un facteur de croissance important, dans le sillage du développement des technologies de l'information et de la communication et des services financiers » note l'agence de notation américaine.

Le Produit Intérieur Brut nominal, un indicateur qui mesure la production de valeur ajoutée sans tenir compte de la hausse des prix sur le marché (inflation), est espéré en 2024 à 56 milliards $. Cela représente 36,5% de plus que celui de 2020 (41 milliards $).

Dans cette logique, le PIB moyen par habitant, en 2024, devrait dépasser les 1900 $, contre 1500 $ en 2020. En théorie, cela signifie, que l'ensemble des Camerounais devrait connaître une croissance moyenne de revenu de 400 $ d’ici 2024.

Le Cameroun devrait aussi profiter d’une meilleure gestion des finances publiques, surtout dans le cadre de la mise en œuvre des réformes qu'impose le nouveau programme triennal avec le Fonds Monétaire International. Dans ses projections budgétaires à moyen terme, il est prévu que soit dépensés chaque année 1400 milliards de francs CFA de ressources en investissement public jusqu'en 2024, auxquels s'ajoutent les 140 milliards de FCFA annuels prévus pour le plan spécial de relance post-covid.

La bonne exécution du budget sera soutenue par la reconfiguration faite de sa dette extérieure. En finançant 80% de son Eurobond initial avec un nouvel emprunt, le Cameroun fait passer le total des intérêts à payer sur sa dette extérieure, de 3% du PIB à seulement 1%, sur la période 2023 à 2025. Ce levier, lui permettra de réduire son déficit budgétaire, et de se donner les moyens de recourir plus facilement au marché de la dette pour le financement de nouveaux projets.

Ces bonnes perspectives masquent toutefois quelques fragilités, qui devraient guider les prises de décision des investisseurs. Déjà les exportations du Cameroun reposent encore sur 5 principales matières premières, dont le gaz et le pétrole qui représentent 50% des revenus en devises. Une conjoncture défavorable sur les prix de ces deux matières, serait de nature à bousculer l'équilibre budgétaire du pays. Aussi, avec une croissance tirée par les services, la possibilité d'atteindre une amélioration vraiment inclusive est assez faible.

Les services au Cameroun reposent encore sur un portefeuille d'entreprises étrangères, ou des produits importés, qui ne permettent pas une redistribution des gains au sein d'une chaîne de valeur locale plus large, mais profitent aux pays où sont fabriqués où conçus les biens et services proposés sur le marché local. Dans le même sillage, la fiscalité continuera d'aider à la mobilisation des ressources en valeur absolue, mais relativement au PIB, on ne dépassera pas les 15% du PIB, contre une moyenne de 18% pour les pays d'Afrique subsaharienne, selon le FMI.

Le défi majeur au Cameroun demeure l'incertitude politique et les crises sécuritaires. Le pays a parachevé la mise en place des institutions de transmission du pouvoir avec l'existence d'un Sénat, d'une cour constitutionnelle et des conseils régionaux. Mais les divergences entre les groupes sociaux, tant sur le plan culturel que professionnel (notamment secteurs public et privé), constituent un risque permanent de tensions sociales si l'ordre institutionnel actuellement maintenu, venait à se rompre.

Sur le plan sécuritaire, la crise dite anglophone dans les régions nord-ouest et sud-ouest du pays, ainsi que celle de Boko Haram dans l'extrême nord, sont à l'origine d'importantes dépenses sécuritaires, qui auraient pu être affectées au profit du développement économique et social.

Bien qu'elle soit toujours déficitaire, le gouvernement a soutenu la Cameroon Development Corporation (CDC), qui est le plus important employeur au Cameroun après l'Etat. L'entreprise prévoit d'ailleurs de relancer l’ensemble de ses activités.

Le secteur privé enfin, continue de se relever d'une pandémie de Covid-19, pour laquelle il a reçu un soutien marginal du gouvernement. Il doit continuer de prendre des risques dans la zone en crise Nord-Ouest/Sud-ouest, et faire en même temps face à une fiscalité rigide, alors que le gouvernement continue avec des dépenses fiscales onéreuses (plus de 400 milliards de FCFA en 2019), qui se sont avérées pourtant inefficaces, selon la direction générale des impôts.

Ainsi, la bonne nouvelle pour le Cameroun, c’est que ces projections restent stables sur le court terme. Mais d’un autre côté, le Cameroun continuera d’être perçu par les analystes internationaux, comme étant un pays spéculatif, avec un niveau de revenus qui restera assez faible, et des difficultés à mettre en place un système économique avec une production plus dynamique, et surtout plus inclusive.

Idriss Linge



Banner LNG Gestion et Economie

 
FINANCE

Ecobank CI : « seulement 25 à 30% de nos transactions continuent de se faire dans les agences », Paul Harry Aithnard

Asante, la fintech axée sur les PME africaines lève 7,5 millions $ pour s’étendre au Rwanda et au Nigeria

United Bank for Africa a traîné Credit Suisse en justice, au sujet du scandale du Mozambique

TLG Capital investit au sein de la néobanque nigériane FairMoney

 
AGRO

Ouganda : le commerce illicite d’alcool a explosé entre 2017 et 2020

Liberia : l’exécutif signe un accord de 40 millions $ avec la Banque mondiale au profit de la pêche

Côte d’Ivoire : la production d’anacarde est estimée à 1 million de tonnes en 2021

Bénin : le groupe tunisien Aigle investit 11 milliards de FCFA dans la Glo-Djigbé Industrial Zone (GDIZ)

 
ELECTRICITE

Eswatini : Frazium Energy construira la plus grande unité de stockage pour une centrale solaire en Afrique (100 MW)

Ghana : 2 milliards $ ont été investis dans les énergies renouvelables en 10 ans

La start-up Energy Clever remporte l'étape camerounaise du concours EDF Pulse Africa Tour

Salon de l’énergie d’Abidjan : les énergies renouvelables, « moteurs du développement en Afrique » (BAD)

 
HYDROCARBURES

Gabon : récemment découvert, le puits de pétrole DTM-7H entre en production

Libye : le ministre du Pétrole fait à nouveau suspendre le patron de la NOC

Le Nigeria dissout trois agences de régulation du secteur pétrolier

Shearwater GeoServices décroche un contrat d’exploration sismique 3D en Afrique du Sud

 
MINES

Angola : Catoca nie tout déversement « toxique » de résidus miniers dans les rivières congolaises

De Beers enregistre des revenus en baisse pour le cycle 8 de ventes de diamants bruts

Red Rock Resources veut entrer dans le secteur aurifère ivoirien

Burkina Faso : au troisième trimestre 2021, nouvelle performance solide pour Iamgold à Essakane

 
TELECOM

Via sa fibre optique d’Afrique de l’Est et de l’Ouest, Liquid Intelligent Technologies a relié les USA à l’Asie

Le Mozambique veut apprendre de l’Angola pour développer sa stratégie spatiale

Au Better World Summit 2021, Huawei s’engage pour une industrie des TIC plus verte

Afrique du Sud : MTN et Vodacom rejoignent Telkom en justice pour empêcher le retrait du spectre télécoms provisoire

 
TRANSPORT

Guinée : reprise des services ferroviaires du train express de Conakry

Côte d'Ivoire : le trafic aérien connaît une forte baisse en 2020

Le Bénin et le Nigeria vont renforcer les instruments juridiques de leur coopération

Ghana : le Japon alloue une subvention de 35,5 millions $ pour financer des routes dans la capitale et le centre du pays

 
ENTREPRENDRE

Comment Anyoti Peronaci exporte des produits agricoles de l’Ouganda vers l’Occident

Au Bénin, Constant Ayihounoun promeut une agriculture durable avec des engrais bio

Lyn Kerubo, 16 ans et fermière au Kenya

Virunga Origins, du chocolat contre la guerre à l’Est de la RDC

 
ECHO

63,89% des 767 milliards USD échangés par mobile money dans le monde en 2020 étaient en Afrique subsaharienne

Production cotonnière au Bénin : l’évolution sur la décennie 2010-2020

Avec du papier, l’Ivoirienne Mylène Amon réalise des tableaux d’art

Trike, le projet de pendulaire du Nigérien Nouhou Green

 
FORMATION

Le fonds de réserve de l’université de Harvard dépasse les 50 milliards $

La BVMAC annonce la création d’une école de la bourse au Cameroun

Niger : 382 jeunes femmes formés dans plusieurs métiers dans la région de Zinder

Sikul, la plateforme gabonaise veut introduire l'e-learning au pré-primaire et au primaire.

 
COMM

Afrique : SportyBet devient le premier partenaire officiel du Real Madrid sur le continent

Du nouveau dans les statistiques Instagram

Ghana : le régulateur invite le gouvernement à remplacer la redevance TV par une taxe sur les médias

Sportfive obtient les droits médias et de sponsoring des Jeux africains de 2023 et 2027

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Classement des pays d’Afrique selon le niveau de digitalisation des services publics (2020)

InfographieTech classement pays africain niveau digitalisation services publics