Les nouvelles ambitions du terminal à conteneurs de Doraleh

(REPUBLIQUE DE DJIBOUTI) - Suite à la résiliation, le 22 février 2018, du contrat de concession attribué à DP World concernant l’exploitation de Doraleh Container Terminal (DCT), la République de Djibouti réaffirme sa volonté stratégique de préserver et de développer les activités du terminal à conteneurs, en respectant les conditions du droit et au mieux des intérêts de toutes les parties prenantes.

La Société de Gestion du Terminal à Conteneurs de Doraleh (SGTD), entité créée pour prendre en charge les activités de Doraleh Container Terminal, est une entreprise publique dont le seul actionnaire est l’État djiboutien. Son objectif primordial consiste à défendre les intérêts souverains de la nation. SGTD sera également en charge de la promotion des activités du terminal, avec une qualité de service aux meilleurs standards internationaux.

Avec la résiliation du contrat et la fin des limites aberrantes imposées à l’activité de DCT par DP World, la structure retrouve toute son ambition et son potentiel. DCT redevient le port majeur en mer Rouge, en particulier dans l’activité de transbordement.

Il s’impose comme l’une des étapes incontournables entre l’Asie et le monde, en particulier concernant les flux vers les grands ports de la façade est-africaine, notamment Mombassa, Dar es Salam, Maputo et Durban. Les activités de transbordement ont toujours été prévues dans le plan stratégique de DCT. Le projet avait d’ailleurs été conçu pour traiter 1 600 000 conteneurs/an. Mais l’ancien opérateur a voulu le limiter au trafic import-export vers le marché local et à destination de l’Éthiopie, dont le volume cumulé des activités annuelles représente environ 800 000 conteneurs/an.

Premier port de la mer Rouge en termes de productivité (avec un déchargement moyen de 35 conteneurs par heure et par portique), réduction des temps à quai, longue expérience, position géographique : DCT détient un avantage comparatif significatif sur les routes commerciales entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique.

La forte reprise de l’activité a été marquée en particulier par le contrat signé le 5 mars avec l’armateur singapourien Pacific International Lines (PIL) pour le traitement en transbordement d’un volume additionnel de 300 000 conteneurs/an. L’accord témoigne de la confiance renouvelée des opérateurs ainsi que de la volonté de Djibouti de diversifier ses partenaires. D’autres acteurs stratégiques similaires ont déjà fait part de leur souhait d’accompagner la République de Djibouti dans l’expansion de DCT.

Le gouvernement de la République de Djibouti assure tous ses partenaires historiques, privés, publics, et les grandes nations amies, de son engagement d’ouverture, de sa volonté de promouvoir et de défendre les intérêts de chacun dans le respect du droit et de l’équité. L’objectif final reste de s’investir pleinement, fortement, dans l’attractivité de DCT ainsi que des autres installations portuaires du pays, éléments centraux du plan national de développement économique et social de Djibouti.

10173-in-GestionPublique--doraleh.jpg


Ecofin Gestion Publique