Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Croissance molle en Afrique subsaharienne pour 2019, à l’exception de l’UEMOA, du Kenya, du Rwanda et de l'Ouganda

Croissance molle en Afrique subsaharienne pour 2019, à l’exception de l’UEMOA, du Kenya, du Rwanda et de l'Ouganda
  • Date de création: 08 avril 2019 20:07

(Agence Ecofin) - C’est sur une note peu reluisante, sur fond d’inquiétude, que la Banque mondiale a annoncé ce lundi, en marge des réunions de printemps, ses perspectives de croissance pour l’Afrique subsaharienne en 2019. La croissance régionale devrait rebondir à 2,8 % cette année, plus lente que prévu,  après avoir frôlé, quatre ans durant, la barre des 3%.

Bien que plusieurs pays aient tenu la dragée haute, l’incertitude marquée par une instabilité macroéconomique intérieure qui persiste à l'échelle mondiale, notamment une mauvaise gestion de la dette, de l'inflation et des déficits, ainsi que l'incertitude politique, ont visiblement, entamé la reprise de certaines économies africaines, résume cette nouvelle d’édition d'avril 2019 d’Africa's Pulse.

« La fragilité d'une poignée de pays coûte à l'Afrique subsaharienne plus d'un demi-point de pourcentage de croissance par an. Cela représente 2,6 points de pourcentage sur cinq ans. », Remarquent les auteurs du rapport.

Concrètement, avec une croissance ayant atteint 1,9 % en 2018, contre 0,8 % en 2017, l’économie nigériane, la plus importante en PIB du continent, reprend modestement.

L’Afrique du Sud, son dauphin, se remet à pas étriqués des incertitudes politiques ayant plombé son secteur privé, alors que l’Angola, troisième géant de la région, semble toujours dans les eaux troubles. Le pays étant resté en récession, avec une croissance en forte baisse, la production pétrolière restant faible.

Dans d'autres pays, comme le Libéria et la Zambie, l’institution de Bretton Woods constate une croissance modérée engluée par une inflation et un niveau de dette élevés.

En ce qui concerne la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), la reprise fragile s'est poursuivie alors que les efforts de réforme visant à réduire les déséquilibres budgétaires et extérieurs ont ralenti dans certains pays.

Dans une atmosphère aussi incertaine, rappelle Africa’s Pulse, le salut est porté par des économies à faible intensité de ressources comme le Kenya, le Rwanda, l'Ouganda et plusieurs pays de l’Uemoa, dont le Bénin et la Côte d'Ivoire, ou encore le Sénégal. Ces pays,  ont enregistré une croissance économique solide en 2018 et la dynamique devrait se poursuivre cette année.

De même, profitant de l'augmentation de la production minière et des prix des produits de base, indique l’indique l’institution qui a désormais à sa tête David Malpass,   « certains pays à forte intensité de ressources comme la République démocratique du Congo et le Niger », ont fait accélérer leur économie.


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Marché financier régional : l’emprunt obligataire du Mali souscrit près de 4 fois

Tunisie: baisse de 20,2% du bénéfice de la banque islamique Zitouna en 2018, à 5,3 millions $

Maroc: l’équipementier automobile canadien Magna International entame la construction d’une usine à Kénitra

La BRVM lance officiellement la diffusion de ses informations boursières sur la plateforme Refinitiv de Thomson Reuters

 
AGRO

Kenya Breweries pourrait accroître le prix de la bière Tusker si la pression fiscale augmente

Maroc : trois barrages seront édifiés dans le Nord afin d'améliorer l’approvisionnement en eau

Afrique du Sud : l’industrie bovine retrouve l’accès à 10 marchés d’exportation

Afrique du Sud : la perspective d’augmentation des droits de douane sur la volaille inquiète

 
ELECTRICITE

Egypte : une centrale solaire de 600 MW sera construite à l’Ouest du Nil selon le système des enchères

Nigeria : un tarif électrique reflétant les coûts est nécessaire pour plus d’investissements privés

Namibie : la libéralisation du secteur électrique sera effective dès septembre 2019  

Tanzanie : la puissance électrique sera multipliée par six, passant de 1 602 MW à 10 000 MW, d’ici à 2025

 
HYDROCARBURES

Sénégal / Mauritanie : Black & Veatch reçoit le top pour doter le FLNG Gimi de la technologie de liquéfaction PRICO

Algérie : le président par intérim limoge le patron de la société publique du pétrole et du gaz

Les perspectives de croissance du marché global du raffinage pétrolier s’appuient énormément sur la raffinerie de Dangote

L’ALSF accompagne le Rwanda dans la construction d’une centrale de 56 MW avec le méthane du lac Kivu

 
MINES

Lutte contre le travail des enfants dans les mines : BMW veut acheter son cobalt directement d’Australie et du Maroc

Egypte : la mine Sukari en bonne voie pour atteindre ses objectifs de production annuelle

Guinée : Alufer veut augmenter à 10 millions de tonnes la production annuelle de Bel Air

Côte d’Ivoire : le gouvernement octroie une licence d’exploration à IronRidge pour l’or de Zaranou

 
TELECOM

Botswana : Econet Group veut introduire Mascom sur la bourse cette année  

Tunisie: le régulateur télécoms a initié une étude pour déterminer si le pays est prêt pour la 5G

Egypte: LG Electronics a discuté avec le ministre des Télécoms d’une éventuelle contribution à la fabrication locale de tablettes numériques

Nigeria : 7000 tours télécoms menacées de destruction par la NCAA pour défaut de licence

 
COMM

Afrobytes IV : le 15 mai à la Station F, à Paris, 6 marchés africains seront présentés à l’écosystème mondial de la tech

Côte d’Ivoire : les autorités prévoient d'arrêter l’émission du signal analogique le 17 juin 2020

Contenu local africain : vers la naissance d’un modèle ougandais ?

Afrique subsaharienne : la CAF attribue les droits de diffusion en clair de la CAN 2019 à l’Union africaine de radiodiffusion

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance