Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

L'Egypte a beaucoup amélioré son cadre macroéconomique, mais pas visiblement assez pour l'ensemble de sa population

L'Egypte a beaucoup amélioré son cadre macroéconomique, mais pas visiblement assez pour l'ensemble de sa population
  • Date de création: 03 octobre 2019 15:08

(Agence Ecofin) - L'Egypte a mené ces trois dernières années, des réformes qui ont reçu des félicitations ou encouragements de plusieurs institutions de référence, allant des agences de notation, aux organisations multilatérales, comme le FMI et la communauté des investisseurs. Le caractère positif de ces avancées ne semble pourtant pas trouver une certaine unanimité au sein de la population de cette puissance économique d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient

Il y a deux semaines, de violentes protestations dans le pays sont venues rappeler cette dualité de perception, entraînant du coup en seulement trois jours, une baisse de plus de 10% de l'EGX 30, le principal indice de la Bourse du Caire. Une analyse des performances macroéconomiques publiées par la Banque centrale permet de voir que le volume des réserves de change atteignait, fin septembre dernier, 45 milliards $, soit près de 4 fois son encours de 2014. Dans le même temps, après avoir progressé à plus de 10%, fin 2017, l'inflation est redescendue à son niveau le plus bas de 7,5% très récemment.

« Nous avons effectué une réforme économique qui a eu un impact négatif sur la population, car cette réforme était très difficile. Je crois personnellement que les dépenses sociales sont une dimension importante, mais le plus important est de créer des emplois », a fait savoir Mohamed Maait (photo), le ministre égyptien des Finances, dans une interview accordée à Bloomberg Television.

L'Egypte a connu une croissance moyenne de son PIB de l'ordre de 5,2% par an. Mais des analyses convergentes estiment qu'il aurait fallu une croissance de 8% pour absorber efficacement les 2,5 millions de nouveaux demandeurs d'emploi que compte le pays chaque année. Aussi le président Abdel Fattah al-Sissi a accepté de se plier aux exigences du FMI, en dévaluant la monnaie et en réduisant au maximum les subventions de certains produits et services de consommation.

Il y en a justement qui se frottent les mains, ce sont les investisseurs ciblant des obligations sur des marchés émergents. Pour contenir l'inflation, la Banque centrale a augmenté plusieurs fois ses taux d'intervention, atteignant les 5,2%. Une évolution des choses qui ne pouvait qu'augmenter les rendements sur les titres publics émis par le gouvernement. Les futures orientations économiques du gouvernement seront à suivre avec attention, car le peuple a montré qu'il peut encore réagir et très violemment.

Idriss Linge


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Orabank confirme Network International comme un partenaire clé pour gagner le leadership dans le secteur bancaire numérique

Gabon : hausse des activités dans le secteur des assurances au cours du premier semestre 2019

L'Egypte prépare une réduction des frais des transactions sur son marché financier, dans un contexte assez concurrentiel

Nigeria : l'inflation était de retour en septembre, mais reste dans les prévisions à court terme de la Banque centrale

 
AGRO

Soudan : 56,5 millions d'euros du FIDA en faveur des petits exploitants agricoles

Bénin : trois produits agricoles possèdent désormais leurs indications géographiques

Zimbabwe : hausse de 60 % du prix du pain en raison de la flambée des coûts de production

Cameroun : l’Allemagne offre une unité de transformation de produits forestiers non ligneux aux associations de femmes dans le septentrion

 
ELECTRICITE

Mozambique : la construction du barrage de Mphanda Nkuwa (1 500 MW) pourra démarrer d’ici 5 ans

Egypte : Lekela confie à Siemens Gamesa, la construction de la centrale de West Bakr (250 MW)

Afrique du Sud : l’annonce de 14 heures de délestage ce mercredi affecte le cours du rand

Togo : le projet Cizo a permis d’équiper plus de 23 000 foyers ruraux en kits solaires, à fin juillet 2019

 
HYDROCARBURES

En septembre, l'Egypte a atteint un pic de production de gaz naturel

La société nigériane Seplat Petroleum s’apprête à acquérir le Britannique Eland Oil and Gas

La société américaine d’investissements Carlyle fait son entrée au capital du pétrolier Cepsa

Aujourd’hui grand exportateur de gaz, l’Algérie risque d’en devenir un importateur net en 2030

 
MINES

Côte d’Ivoire : fin de formation pour la première promotion d’artisans-miniers

Ghana : l’usine de traitement agrandie d’Ahafo entre en production commerciale

Lesotho : une baisse de production en vue à la mine Liqhobong ?

Petra a payé 23,1 millions $ de taxes et redevances dans les pays où elle opère en 2018/19

 
TELECOM

Afrique du Sud : l’INX-ZA procède à la mise à niveau de son hub de Johannesburg

La plateforme d’e-commerce Jumia ouvre un centre technologique en Egypte

Huawei publie ses résultats en hausse pour les neufs premiers mois de l’année 2019

Kenya : du Wifi et des hubs TIC bientôt déployés dans le comté de Kakamega

 
FORMATION

Maroc : le gouvernement ouvrira 46 centres de formation professionnelle dans le cadre du projet école de la deuxième chance

Ethiopie : deux universités signent un accord avec Nokia pour offrir des formations en innovation numérique

Deux organisations internationales offrent une formation courte sur l'environnement et le développement communautaire aux jeunes africains

Le programme Facebook London Accelerator propose une formation aux entrepreneurs technologiques d’Afrique

 
COMM

Afrique : l’application de streaming musical Boomplay vise désormais le public francophone du continent et sa diaspora

Reporters sans frontières étend son initiative de vérification des faits à l’Afrique

Afrique : Canal + va collaborer avec le groupe Mediawan pour produire du contenu audiovisuel

Le PDG de beIN Media Group met en garde les détenteurs de droits sportifs sur les dangers du piratage

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance