Les chaînes de valeur mondiales, une arme à double tranchant pour l’Afrique

Les chaînes de valeur mondiales, une arme à double tranchant pour l’Afrique

(Ecofin Hebdo) - Ayant véritablement pris leur essor à partir des années 1990, les chaînes de valeur mondiales (CVM) ont façonné le commerce sur le globe. Ces réseaux de production internationaux offrent de nombreuses perspectives pour l’Afrique afin de tirer profit des bénéfices de la mondialisation. Toutefois, s’il est certain que de nombreux pays du continent possèdent un important potentiel pour participer à ces échanges, tout l’enjeu réside dans la progression le long de la chaîne…

Avec la CVM, le processus de production d’un bien est fragmenté en plusieurs tâches et réparti entre différents pays. L’époque où les articles de consommation étaient produits dans un seul pays et puis expédiés vers l’étranger est désormais révolue. « Les biens traversent souvent plusieurs étapes, au cours desquelles ils franchissent plusieurs frontières géographiques et organisationnelles, incorporent des composants et gagnent en valeur, avant d’arriver sur leurs marchés finals », explique la CNUCED. Ces réseaux sont l’apanage de grandes entreprises internationales qui investissent dans un pays où y nouent des relations avec des fournisseurs, en fonction de l’abondance des matières premières, le coût de la main-d’œuvre, la taille du marché local ou encore la proximité avec les grands marchés de consommation.

Une entreprise manufacturière peut ainsi utiliser du coton importé des USA, des lacets du Vietnam, produire les chaussures en Chine, puis les expédier vers l’Europe ou l’Afrique. 

Dans un tel contexte, les chaînes d’approvisionnement sont diversifiées, couvrant parfois des continents et profitant des progrès technologiques ainsi que de la réduction des obstacles au commerce, liée à la libéralisation. Une entreprise manufacturière peut ainsi utiliser du coton importé des USA, des lacets du Vietnam, produire les chaussures en Chine, puis les expédier vers l’Europe ou l’Afrique.  « Un exemple archétypique est la chaîne de valeur des téléphones Iphone d’Apple, qui implique un seul producteur de mémoires et de processeurs d’applications (Samsung, en Corée du Sud), un seul fournisseur de composants de réseaux téléphoniques (Infineon en Allemagne) et une seule entreprise d’assemblage (Foxconn située à Shenzen en Chine) », indique l’Institut des politiques publiques (IPP), dans un rapport publié au début du mois de mars.   

 

De nombreuses opportunités

D’après les analystes, les chaînes de valeur mondiales offrent plusieurs avantages économiques aux pays. S’il est vrai que le lien entre la participation aux chaînes de valeur mondiales et le développement n’est pas avéré, les gains engendrés sont toutefois significatifs, selon la Banque mondiale.

1Fragmentationproduction2

La crise sanitaire actuelle a toutefois démontré que lorsqu’un maillon de chaine fait défaut, toute la production est pénalisée.

 

Dans l’édition 2020 de son « Rapport sur le développement dans le monde », mettant l’accent sur le commerce à l’ère de la mondialisation des chaînes de valeur, l’organisation indique qu’une hausse de 1 % de la participation se traduit par une amélioration de 1 % du revenu par habitant. Cela représente 5 fois plus que le gain lié au commerce traditionnel (0,2%). En outre, souligne l’institution de Bretton Woods, l’intégration aux chaînes de valeur mondiales réduit davantage la pauvreté que le commerce traditionnel parce qu’elles augmentent plus la croissance économique que le commerce de produits finals. Les bénéfices liés aux CVM se répercutent aussi sur les entreprises qui bénéficient de technologies et s’alignent sur les pratiques efficientes. « En Ethiopie par exemple, les entreprises participant aux CVM sont deux fois plus productives que celles qui se limitent au commerce traditionnel. Les entreprises d’autres pays en développement enregistrent également des gains de productivité importants grâce à leur participation aux CVM », souligne le rapport.

« Les chaînes de valeur mondiales contribuent considérablement à la croissance en permettant aux entreprises des pays en développement de gagner en productivité et en les aidant à passer de l’exportation de produits de base à l’exportation de produits manufacturés simples ».

« Les chaînes de valeur mondiales contribuent considérablement à la croissance en permettant aux entreprises des pays en développement de gagner en productivité et en les aidant à passer de l’exportation de produits de base à l’exportation de produits manufacturés simples », conclut Pinelopi Koujianou Goldberg, économiste en chef de la Banque mondiale.  

 

Une contribution africaine modeste

D’après la Banque africaine de développement (BAD), le niveau total d’intégration dans les CVM du continent africain est élevé, en comparaison avec d’autres régions, mais l’Afrique est encore en retard lorsqu’il s’agit de la valeur ajoutée.

2GVC map

Des niveaux inégaux de contribution aux chaines de valeurs mondiales.

 

La plupart des pays africains se situent au niveau du maillon de la production. En effet, le continent est surtout une source de matières premières minérales ou agricoles, lesquelles sont transportées dans d’autres régions du monde pour y être transformées ou assemblées en produits finis. De ce fait, la valeur ajoutée liée aux opérations de transport, de conditionnement ou de distribution est également éparpillée entre les régions où elles se déroulent.

A titre d’exemple, d’après la BAD, l’Afrique produit environ 70 % de toutes les fèves de cacao au monde, en termes de poids, mais elle ne fournit qu’environ 20 % des produits  intermédiaires  du  cacao. Lorsqu’on considère également la noix de cajou, le continent africain est un fournisseur majeur, mais est surpassé par des pays comme le Vietnam qui s’arroge une meilleure part de la valeur ajoutée avec son statut de premier transformateur mondial.

Lorsqu’on considère également la noix de cajou, le continent africain est un fournisseur majeur, mais est surpassé par des pays comme le Vietnam qui s’arrogent une meilleure part de la valeur ajoutée avec son statut de premier transformateur mondial.

Globalement, sur le continent, l’Afrique australe est la région la mieux intégrée dans les chaînes de valeur mondiales, avec l’Afrique du Sud en chef de file. Le pays est une plaque tournante en Afrique dans l’industrie automobile, en ce qui concerne la fourniture de pièces d’origine. Plusieurs multinationales comme BMW, Ford, Volkswagen, Daimler‑Chrysler et Toyota font d’ailleurs fabriquer des composants et assembler des véhicules dans la nation arc-en-ciel, à destination des marchés local et international. Ces différents échanges ont augmenté la part de la valeur ajoutée étrangère dans les exportations du pays, l’un des indicateurs de la participation d’un pays aux chaînes de valeur mondiales. D’après les données de l’OCDE, datant de 2014, les exportations du pays comptaient 16 % de valeur étrangère.

A côté de l’Afrique du Sud, on peut également citer des pays comme le Kenya et l’Ethiopie qui essaient de participer activement aux chaînes de valeur du cuir et des produits horticoles. Le Maroc également a réussi, ces dernières années, à devenir l’un des principaux fournisseurs des chaînes de prêt-à-porter comme Zara en misant sur la sous-traitance et sur sa proximité avec l’Europe. 

 

Le confinement aux phases de valeur ajoutée faible, ce piège qui guette l’Afrique

Aussi attractive qu’elle soit pour impulser le développement des pays, la CVM peut représenter un véritable miroir aux alouettes. En effet, une fois dans la chaîne, les experts soulignent qu’il faut monter en gamme, c’est-à-dire s’arroger une plus grande part de la valeur ajoutée. Or, le passage à un stade supérieur dépend fortement des relations au plus haut niveau avec les entreprises transnationales et exige des efforts considérables en termes de mise en œuvre d’un cadre favorable. Il s’agit notamment d’une logistique efficiente, de faibles obstacles à l’importation de biens intermédiaires, une fourniture énergétique fiable ou encore une offre suffisante de travailleurs disposant des compétences nécessaires. Autant de facteurs qui font cruellement défaut à de nombreux pays africains.

Il s’agit notamment d’une logistique efficiente, de faibles obstacles à l’importation de biens intermédiaires, une fourniture énergétique fiable ou encore une offre suffisante de travailleurs disposant des compétences nécessaires.

Dans ce contexte, il est clair que très peu de pays africains peuvent réaliser une telle ascension et risquent de facto d’être confinés aux étapes créant le moins de valeur ajoutée.  « Cela peut aboutir à une industrialisation superficielle et à une croissance économique faible. Ces activités sont également préjudiciables d’un point de vue dynamique, car elles ne créent pas les capacités productives locales indispensables à un développement réel », prévient la CNUCED.

 3parts de marché

 Trois régions du monde se partagent la majeure partie du marché des CVM.

 

D’après l’organisation, un autre piège reste une hyperspécialisation dans une gamme réduite de produits, ce qui rend l’accès à ces chaînes de valeur trop tributaire des multinationales. Cet argument trouve tout son sens lorsqu’on le met dans le paysage africain où de nombreux pays se contentent de fournir des matières premières aux entreprises internationales.

« Une telle intégration superficielle se manifeste également dans l’asymétrie de pouvoir entre fournisseurs et entreprises donneuses d’ordre, et dans les faibles capacités de négociation des pays en développement.»

On peut notamment citer la RDC, leader mondial avec plus de deux tiers de l’offre mondiale du cobalt entrant dans la fabrication de batteries et de nombreux autres minéraux précieux. « Une telle intégration superficielle se manifeste également dans l’asymétrie de pouvoir entre fournisseurs et entreprises donneuses d’ordre, et dans les faibles capacités de négociation des pays en développement. Il est peu probable qu’un pays qui se contente de satisfaire aux exigences des principales entreprises de ces chaînes parvienne à favoriser la mise en place d’un appareil industriel susceptible de lui assurer une croissance durable et un développement équitable », ajoute l'organisation.   

Le salut par l’intégration régionale ?

Avec les défis que présente l’insertion dans les chaînes de valeur mondiales, la question est de savoir si les pays africains peuvent se tourner vers une l’intégration régionale. Une telle approche permettrait en théorie d’exploiter les avantages complémentaires au sein d’une même région. Cela a déjà lieu en Afrique australe où l’Afrique du Sud permet à de petits pays comme la Namibie ou le Lesotho d’utiliser ses infrastructures portuaires pour exporter leurs produits. D’après la CNUCED, « une meilleure participation régionale aux chaînes de valeur peut permettre aux pays d’acquérir de l'expérience et de renforcer les capacités locales nécessaires pour soutenir la concurrence mondiale, et servir ensuite de tremplin vers les chaînes de valeur mondiales ».  Dans une telle logique, la Zone de libre-échange africaine (Zlecaf) pourrait être une véritable opportunité à condition que les Etats s’en donnent véritablement les moyens.  

La Chine, championne des chaînes de valeur mondiales

Pour qui s’intéresse, au phénomène des chaînes de valeur mondiales, la Chine représente sans doute l’exemple le plus frappant. Le pays asiatique s’est bien intégré en se spécialisant notamment dans l’assemblage de produits finis et est un fournisseur clé d’intrants et de composants pour des biens comme les automobiles, les téléphones portables et les équipements médicaux. A l’heure actuelle, environ 20% du commerce mondial de produits intermédiaires manufacturés proviennent de la Chine contre 4% en 2002, selon la CNUCED. Les coûts de production faibles, la faiblesse de la monnaie locale (yuan) et son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2000 ont permis à la Chine de jouer le rôle de principal centre manufacturier mondial pour de nombreux biens de consommation.  Pour ces différentes raisons, toute perturbation de la production chinoise a de façon mécanique des répercussions dans les chaînes de valeur régionales et mondiales.

« Une réduction de l’offre chinoise d’intrants intermédiaires pourrait ainsi affecter la capacité de production et donc les exportations d’un pays donné en fonction de la dépendance de ses industries vis-à-vis des fournisseurs chinois. Par exemple, certains constructeurs automobiles européens peuvent être confrontés à une pénurie de composants essentiels pour leurs activités, les entreprises japonaises peuvent avoir des difficultés à obtenir les pièces nécessaires à l’assemblage des appareils photo numériques, etc. », indique la CNUCED.

Signe de cette importance, le ralentissement de l’activité manufacturière en Chine, en raison de la pandémie de coronavirus qui sévit depuis décembre 2019, devrait engendrer des pertes de près de 50 milliards $ à travers la chaîne de valeur mondiale, d’après l’organisme onusien.

 

Espoir Olodo 

Espoir Olodo

 

Les secteurs de l'Agence

● GESTION PUBLIQUE

● Finance

● Agro

● ELECTRICITE

● FORMATION

● TRANSPORT

● ENTREPRENDRE

● Mines

● Hydrocarbures

● TIC & Télécom

● Multimedia

● Comm