Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

L’arrimage du franc CFA à l’euro freine le développement de l’Afrique, selon l’économiste Kako Nubukpo

  • Date de création: 10 juillet 2015 11:21

(Agence Ecofin) - L’économiste togolais Kako Nubukpo (photo) a souligné, dans un entretien publié le 8 juillet par le quotidien français Le Monde, l’urgence de revoir l’arrimage à l’euro du franc CFA, la monnaie des pays de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale créée en 1945, estimant que rien n’empêche ces pays d’utiliser les 3600 milliards de francs CFA (environ 72 milliards d’euros) dont ils disposent au titre de dépôts auprès du Trésor public français.

«Si  l’arrimage du franc CFA à l’euro était une garantie de stabilité monétaire dans la zone franc et qu’en contrepartie, ces pays avaient des taux de croissance relativement faibles, on pourrait considérer que l’arbitrage fait à la création du franc CFA en 1945, confirmé à la création de l’euro en 1999, a son sens. Mais on voit bien avec le cas de la Grèce qu’une économie faible qui a une monnaie forte engendre des ajustements très difficiles à soutenir. Comment pouvons-nous avoir un discours crédible sur l’émergence si nous ne touchons pas aux outils dont nous disposons ? Il faut revoir l’arrimage fixe du franc CFA à l’euro, si nous voulons développer nos économies», a-t-il déclaré. Et d’ajouter : «Personne n’interdit à nos pays d’utiliser le volet excédentaire des réserves de change pour financer la croissance. L’accord signé avec la France en 1945, dans le cadre du fonctionnement du compte d’opérations avec le Trésor, était qu’elle couvre l’émission monétaire des pays de la zone franc à hauteur de 20 %. Aujourd’hui, nous la couvrons quasiment à 100 %. Cela veut dire que nous n’avons plus besoin de l’«assureur» qu’est la France pour avoir la fixité entre le CFA et l’euro. Les dirigeants africains doivent prendre leurs responsabilités».

Le franc CFA a une parité fixe avec l’euro et les pays de la zone franc ont l’obligation de déposer 50 % de leurs réserves de change auprès du Trésor public français. Selon un rapport de la zone franc, la BEAC (Banque des Etats de l’Afrique centrale) et la BCEAO (Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest) disposaient en 2005 de plus de 3600 milliards de francs CFA auprès du Trésor français.

«La monnaie doit être au service de la croissance et du développement. Pour cela, il faut des crédits. Or le ratio crédit à l’économie sur PIB dans les pays de la zone franc est de 23 % quand il est de plus de 100 % dans la zone euro. Si bien qu’il est quasiment impossible pour nos pays de rattraper les économies émergentes si le franc CFA reste arrimé à l’euro», fait remarquer M. Nubukp.

Pour  revoir l’arrimage du franc CFA à l’euro, l’économiste suggère une démarche par étapes. La première étape consisterait, selon lui, à  remettre sur la table les objectifs des deux banques centrales d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale ainsi que leur capacité à financer la croissance économique et évaluer la qualité de leur gestion monétaire.

La seconde étape serait de modifier le régime de change pour aller vers un régime plus flexible avec, par exemple, un arrimage du CFA à un panier de devises.

«Cela va supposer de revoir le dispositif institutionnel. Aujourd’hui, le franc CFA via son rattachement à l’euro est beaucoup plus déterminé par les événements au sein de la zone euro que par la conjoncture au sein de la zone franc. C’est une hérésie», s’emporte M. Nubukp.

En réponse à une question sur les motifs de la non-utilisation des  3600 milliards de francs CFA dont les pays de la zone franc disposent auprès du Trésor public à Paris, M. évoque la «servitude volontaire», et rappelle que la France a officiellement ouvert le débat, si l’on s’en tient aux déclarations de François Hollande, en octobre 2012, à Dakar, où il encourageait les gouverneurs de nos banques centrales à utiliser de façon plus active les réserves de change dont les Etats de la zone franc disposent auprès du Trésor public français.

«Peut-on demander plus ? On ne peut pas en même temps revendiquer notre indépendance et attendre que ce soit l’ancien colonisateur qui nous donne l’autorisation d’agir. C’est à nous de demander à utiliser de ce qui nous revient», martèle-t-il.

 L’entretien complet ici

 

Lire aussi

20/06/2014 - La question du franc CFA et la monnaie binaire (nationale) !

12/01/2012 - Il y a 17 ans le franc CFA était dévalué de 50%

06/01/2012 - Quel avenir pour le Franc CFA?


Ecofin Finance     


 
GESTION PUBLIQUE

Maroc: 237 millions $ du Fonds arabe pour le développement économique et social pour des projets d’infrastructures

Kenya: une commission parlementaire propose la nationalisation de la compagnie aérienne nationale

  Etats-Unis : le gouvernement va entamer son programme d’expulsion massive de migrants illégaux dès la semaine prochaine (Donald Trump)

Maroc : la Banque centrale prévoit un ralentissement de la croissance économique en 2019, à 2,8 %

 
AGRO

Kenya : l’industrie floricole veut accroître le volume des livraisons vers les USA

L’Afrique du Sud veut augmenter ses exportations de fruits vers la Russie

Burkina Faso : la production de mangue s'est chiffrée à 200 000 tonnes en 2018

La fixation du prix plancher du cacao de 2 600 $ la tonne est aussi salutaire que risquée

 
ELECTRICITE

Energies renouvelables : 288,9 milliards $ investis en 2018, soit le triple du capital consacré au charbon et au gaz

Ghana : la distribution électrique sera ouverte au secteur privé dès 2023  

Rwanda : l’allemand NOTS injecte 70 millions $ dans une usine d’installations solaires domestiques

Le solaire et l’éolien fourniront 50% de notre électricité, d’ici à 2050, selon BloombergNEF

 
HYDROCARBURES

Les sociétés publiques chinoises du pétrole auront le 4e plus gros CAPEX dans le secteur pétrolier africain entre 2019 et 2023

Engie lance un emprunt obligataire de 1,7 milliard de dollars

Mozambique : la décision finale d’investissement sur le plus grand projet de GNL du pays a été prise

Congo : un rapport de Havoc confirme l’excellente qualité du réservoir du puits TLP-103C sur Tilapia

 
MINES

Afrique du Sud: Transnet assurera le transport des produits de United Manganese of Kalahari, grâce à un contrat de 585 millions $

Rwanda : la première raffinerie d’or du pays ouvre ses portes avec une capacité de 6 tonnes par mois

L'Afrique du Sud veut accroître sa part de marché dans le secteur minier de la RDC

Ghana : pour l’ancien président Kufuor, le secteur minier local a le potentiel pour produire des milliardaires locaux

 
TELECOM

Egypte : la contribution des TIC au PIB est passée de 15 à 18 % durant les neuf derniers mois 

Une délégation d’entreprises congolaises en mission de prospection dans le numérique en France

Nigeria: l’ultimatum de 30 jours servi aux opérateurs pour régulariser leurs tours télécoms illégales, a expiré

Bénin: les opérateurs télécoms mis en garde contre la vente de cartes SIM pré-identifiées

 
FORMATION

L’École de Design de Nantes Atlantique va ouvrir au Bénin un campus spécialisé en design numérique, ouvert à toute l’Afrique

La coopération franco-allemande lance un appel à candidatures pour la formation de Jeunes Entrepreneurs ouest africains

France Université Numérique propose une formation certifiante en ligne sur l’urbanisme durable

L’École Supérieure de la Francophonie pour l'Administration et le Management vient de lancer son concours d'admission pour la promotion 2019-2020

 
COMM

Les Marocains de RAPP désignés agence de communication africaine de l’année à l’African Cristal media & advertising summit

Prix africains du Fact-Cheking : Africa Check attend les candidatures jusqu’au 30 juin

La part du digital dans les revenus de l’industrie des médias et du divertissement ne cesse d’augmenter (PwC)

Afrique : selon l’étude « Brand Africa 100 », Nike est la marque la plus appréciée sur le continent en 2018

AFFICHE PUB ECOFIN Finance

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique