Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Afrique du Sud : les autorités émettent un avertissement à l’encontre la plateforme de cryptomonnaies Binance

Afrique du Sud : les autorités émettent un avertissement à l’encontre la plateforme de cryptomonnaies Binance
  • Date de création: 06 septembre 2021 15:22

(Agence Ecofin) - En Afrique du Sud où les autorités réfléchissent à comment prendre le train des monnaies numériques de banque centrale, la situation des cryptomonnaies est délicate. Pour autant, le pays n’en est pas encore à une répression de ces actifs.                                 

Vendredi 3 septembre, les autorités sud-africaines, par l’intermédiaire de la South African Financial Sector Conduct Authority (FSCA), ont émis un avertissement à propos de la plateforme d’échanges de cryptomonnaies Binance. Selon le communiqué du régulateur, cette dernière n’est pas autorisée à fournir des « conseils financiers ou des services d'intermédiaire ».

« La FCSA avertit le public d’être prudent et vigilant lorsqu’il traite avec Binance Group, car ils ne sont pas autorisés à donner des conseils financiers ou à rendre des services d’intermédiaire en vertu de la loi sur les conseils financiers et les services intermédiaires, 2002 (loi FAIS) en Afrique du Sud », indique le régulateur qui décrit Binance Group comme une « société internationale domiciliée aux Seychelles ». Son communiqué ferait suite, apprend-on, à des informations selon lesquelles Binance Group disposerait d’un groupe Telegram auquel le public sud-africain peut se joindre pour accéder à sa plateforme de trading de cryptomonnaies.

Réagissant à la sortie, Binance a indiqué qu’elle n’a pas d’entité associée sous ce nom aux Seychelles et qu’elle « ne fournit pas de conseils financiers et ne rend pas de services d’intermédiaire ». Elle a mis en garde contre les escrocs qui utilisent son nom à de mauvaises fins, rappelant disposer d’un canal officiel dénommé Binance SA sur Telegram, qui promeut l’éducation à la blockchain.

Si la situation est assez confuse pour le moment, l’Afrique du Sud rejoint la liste des pays dont les régulateurs ont émis des avertissements ou pris des mesures contre Binance et ses entités, notamment Singapour, le Royaume-Uni, l’Italie, le Japon, la Thaïlande et le Canada. Rappelons que les dernières sorties des autorités sud-africaines étaient plutôt en « défaveur » des cryptomonnaies qui ne sont pas régulées dans la nation arc-en-ciel. L’Afrique du Sud réfléchit à la possibilité d’émettre sa propre monnaie numérique de banque centrale ; elle participe à un essai de paiements transfrontaliers grâce à cette classe d’actifs comme l’annonçait l’Agence Ecofin la semaine dernière.

Lire aussi :

02/09/2021 - Safcoin, première cryptomonnaie sud-africaine cotée sur une plateforme mondiale d’échange

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Résumé de l’activité des crypto-monnaies en Afrique (Juillet 2019 - Juin 2020)

InfographieNextTech activite cryptomonnaie afrique