Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

L’ADEA lance son Plan stratégique 2018-2022 et un Pôle de qualité inter-pays sur l’enseignement supérieur et la recherche scientifique

(BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT) - Le ministre sénégalais de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, qui préside par ailleurs le comité directeur de l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA), Mary Teuw Niane, a lancé, le 5 octobre 2018, le Plan stratégique de l’ADEA pour 2018-2022, dénommé « Notre voix commune, notre succès commun ». Le nouveau Pôle de qualité inter-pays sur l’enseignement supérieur et la recherche scientifique dirigé par le Sénégal a également été dévoilé.

C’était en marge du Salon de l’innovation dans le secteur de l’éducation en Afrique organisé par l’Union africaine du 4 au 6 octobre 2018, au Centre international de conférences Abdou Diouf (CICAD), à Diamniadio, au Sénégal. L’événement a réuni plus de 130 représentants issus des gouvernements africains, des missions diplomatiques au Sénégal, des organismes de coopération au développement, des rangs des innovateurs, des organisations de la société civile et de la jeunesse, du secteur privé et des médias.

Sarah Anyang Agbor, commissaire de l’Union africaine chargée des ressources humaines, de la science et de la technologie (CUA-RHST), a assisté à la cérémonie, aux côtés notamment d’Edgar Moyo et d’Adama Jimba Jobe, respectivement ministre adjoint et secrétaire permanent adjoint des ministères de l’Éducation primaire et secondaire du Zimbabwe et de Gambie.

Au côté de Raky Gassama, chargée de la Gestion des connaissances, Shem Bodo, secrétaire exécutif par intérim de l’ADEA, a rappelé l’orientation du nouveau Plan stratégique de l’ADEA 2018-2022, structuré autour de deux piliers : la Plateforme continentale de l’éducation et les Services de conseil et d’appui à l’exécution, dans la droite ligne de la Stratégie continentale de l’éducation pour l’Afrique 2016-2025 (CESA 16-25) de l’Union africaine et l’Objectif de développement durable 4. « En s’appuyant sur ces deux piliers continentaux et nationaux, l’ADEA contribuera à donner aux pays africains les moyens de développer des systèmes d’éducation et de formation qui répondent à leurs besoins émergents et favorisent la transformation socioéconomique durable de l’Afrique », a-t-il indiqué.

La Plateforme continentale de l’éducation comprend trois initiatives stratégiques : le renforcement du réseau de Pôles de qualité inter-pays (PQIP) ‒ qui capitalisent les expériences éducatives novatrices en Afrique afin de permettre à chaque pays de renforcer ses programmes d’éducation ‒, la création et l’opérationnalisation d’un Centre de connaissances, et l’organisation de forums des parties prenantes de haut niveau.

L’autre pilier, les Services de conseil et d’appui à l’exécution, comporte cinq axes : la collecte de données et les outils de diagnostic, l’élaboration de politiques fondées sur des données factuelles, la prestation de services et la mobilisation des ressources, le leadership et la gestion, ainsi que le suivi de la réforme politique.

L’objectif global du nouveau Pôle de qualité inter-pays de l’ADEA sur l’enseignement supérieur et la recherche scientifique (PQIP-ESRS) mis en place au Sénégal est d’aider les ministres de l’Enseignement supérieur et/ou de la Recherche scientifique à mettre en œuvre des synergies entre pays pour un enseignement supérieur et une recherche efficaces en Afrique. Ce PQIP mettra l’accent sur le perfectionnement professionnel des enseignants, la réussite des élèves et la création d’un environnement propice à une recherche de qualité et au développement de l’innovation. Hébergée dans un pays dont l’engagement en faveur du développement de l’éducation en Afrique n’est plus à démontrer, cette nouvelle plateforme fournira concrètement aux pays africains des ressources exploitables pour l’identification, la documentation, l’analyse, la diffusion et le partage d’expériences.

Lors du lancement officiel du PQIP, le ministre et président du comité directeur de l’ADEA Mary Teuw Nianne s’est félicité du choix du Sénégal pour l’instauration d’un pôle dédié à l’enseignement supérieur et à la recherche scientifique. Il a exprimé la vision du président sénégalais Macky Sall et du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne de faire de ces deux domaines « un levier du développement économique, social et culturel du pays ». Si, à en juger par l’impact qu’elles produisent, les innovations éducatives en Afrique sont déterminantes, leur efficacité peut être décuplée grâce à leur réplication sur l’ensemble du continent, a-t-il observé.

C’est cette vision, et la conviction que la qualité doit sous-tendre les réformes et les innovations pertinentes, quelles que soient les difficultés liées au fonctionnement des systèmes d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation, qui explique l’intérêt du Sénégal à soutenir l’ADEA dans le déploiement des PQIP.

« Ce PQIP sera un forum intergouvernemental de dialogue politique et d’action concertée entre les ministres africains de l’Enseignement supérieur et de la recherche et les partenaires stratégiques pour promouvoir l’enseignement supérieur et la recherche de qualité, dans leurs pays respectifs en particulier et en Afrique en général », a insisté Mary Teuw.

À propos de l’ADEA

L’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA) est un forum de dialogue sur les politiques, composé de tous les ministres de l’Éducation, de la science et de la technologie en Afrique. Créée en 1988 à l’initiative de la Banque mondiale, elle est devenue une institution panafricaine basée en Afrique au sein de la Banque africaine de développement. La mission de l’ADEA s’est élargie pour se concentrer davantage sur le développement des aptitudes et des compétences dans tous les sous-secteurs de l’éducation. Sa priorité est le développement d’un « système africain d’éducation et de formation de haute qualité axé sur la promotion de connaissances et de compétences essentielles au développement accéléré et durable en Afrique. » www.adeanet.org

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 29 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 Etats membres régionaux.

24153 GestionPublique ADEA


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Sunu Capital et la firme américaine Axel Johnson Inc annoncés dans un investissement dans le secteur de la santé en Ouganda

AccorHotels va ouvrir 60 nouveaux établissements dans 14 pays africains au cours des quatre prochaines années

Maroc : Asma Invest prévoit une augmentation de capital à hauteur de 1,2 milliard de Dirhams pour soutenir son expansion dans les secteurs de l’éducation et des énergies

CEMAC: des crédits bancaires plus chers et peu tournés vers le financement de l'investissement au cours du second semestre 2018

 
AGRO

Kenya Breweries pourrait accroître le prix de la bière Tusker si la pression fiscale augmente

Maroc : trois barrages seront édifiés dans le Nord afin d'améliorer l’approvisionnement en eau

Afrique du Sud : l’industrie bovine retrouve l’accès à 10 marchés d’exportation

Afrique du Sud : la perspective d’augmentation des droits de douane sur la volaille inquiète

 
ELECTRICITE

Egypte : une centrale solaire de 600 MW sera construite à l’Ouest du Nil selon le système des enchères

Nigeria : un tarif électrique reflétant les coûts est nécessaire pour plus d’investissements privés

Namibie : la libéralisation du secteur électrique sera effective dès septembre 2019  

Tanzanie : la puissance électrique sera multipliée par six, passant de 1 602 MW à 10 000 MW, d’ici à 2025

 
HYDROCARBURES

Sénégal / Mauritanie : Black & Veatch reçoit le top pour doter le FLNG Gimi de la technologie de liquéfaction PRICO

Algérie : le président par intérim limoge le patron de la société publique du pétrole et du gaz

Les perspectives de croissance du marché global du raffinage pétrolier s’appuient énormément sur la raffinerie de Dangote

L’ALSF accompagne le Rwanda dans la construction d’une centrale de 56 MW avec le méthane du lac Kivu

 
MINES

Côte d’Ivoire : le gouvernement octroie une licence d’exploration à IronRidge pour l’or de Zaranou

Le Congo exporte ses premières tonnes de minerai de fer

Guinée : la société guinéenne du patrimoine minier rattachée à la présidence

La BAD soutient la lutte contre le travail des enfants dans les mines de cobalt en RDC

 
TELECOM

Tunisie: le régulateur télécoms a initié une étude pour déterminer si le pays est prêt pour la 5G

Egypte: LG Electronics a discuté avec le ministre des Télécoms d’une éventuelle contribution à la fabrication locale de tablettes numériques

Nigeria : 7000 tours télécoms menacées de destruction par la NCAA pour défaut de licence

RD Congo : lancement du partenariat entre Vodacom et Ingenious City

 
COMM

Afrobytes IV : le 15 mai à la Station F, à Paris, 6 marchés africains seront présentés à l’écosystème mondial de la tech

Côte d’Ivoire : les autorités prévoient d'arrêter l’émission du signal analogique le 17 juin 2020

Contenu local africain : vers la naissance d’un modèle ougandais ?

Afrique subsaharienne : la CAF attribue les droits de diffusion en clair de la CAN 2019 à l’Union africaine de radiodiffusion

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance