Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Lancement de l’appel à propositions pour le financement de grands projets de formation en partenariat avec des entreprises au Togo

Lancement de l’appel à propositions pour le financement de grands projets de formation en partenariat avec des entreprises au Togo
  • Date de création: 28 mars 2019 15:47

(NEPAD ) - Le 28 mars 2019, SE. le Ministre de l’Enseignement technique, de la Formation et de l’Insertion professionnelle, Mr. Taïrou BAGBIEGUE, en présence de SE l’Ambassadeur de la République fédérale allemande, Mr. Christoph SANDER, de la représentante de l’Agence de Développement de l’Union Africaine / le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (AUDA/NEPAD), Mme Fati N’ZI-HASSANE et du représentant de la Banque allemande de développement KfW, Mr. Armel VIDO, a annoncé le lancement d’un appel à propositions permettant le financement de grands projets d’investissement dans le cadre de la formation professionnelle et le développement des compétences, projets soumis par les institutions / autorités de formation togolaises, en partenariat avec le secteur privé.

Il s’agit du guichet 1 du Mécanisme de financement de l’Initiative Compétences pour l’Afrique (SIFA – Skills Initiative for Africa). Les projets sélectionnés dans ce guichet de financement recevront une subvention pouvant aller jusqu’à 3 millions d'euros, soit environ 2 milliards de FCFA. Les soumissionnaires gagnants devront apporter une contrepartie de 10% du coût total du projet.

L’Initiative Compétences pour l’Afrique (Skills Initiative for Africa – SIFA)

L’Initiative Compétences pour l’Afrique est une initiative de la Commission de l’Union Africaine (CUA) mise en œuvre par l’Agence de Développement de l’Union africaine (AUDA-NEPAD), soutenue par le gouvernement allemand en vue de renforcer les perspectives d’emploi des jeunes, des femmes et des personnes vulnérables en Afrique. SIFA contribue à la réalisation de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine qui appelle à un changement de paradigme pour transformer le système d’éducation et de formation en un système capable de répondre aux besoins en connaissances, compétences, aptitudes, recherches, innovation et créativité propices à un avenir prospère. Pour libérer le potentiel de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels (EFTP), l’Union africaine a développé une « Stratégie continentale pour l’EFTP » qui fournit un cadre global pour le développement des compétences et l’emploi des jeunes.

Le Mécanisme de financement pour le développement des compétences a été établi dans le cadre de SIFA.Le mécanisme de financement SIFA estactuellement mis en œuvre par l’AUDA-NEPAD, sur financement du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement à travers la KfW. Le mécanisme de financement SIFA est conçu pour répondre de manière cohérente aux défis communs du développement des compétences, en formalisant et/ou en diffusant les meilleures pratiques locales et en soutenant des approches innovantes et durables, favorisant ainsi l'emploi et l'esprit d'entreprise des jeunes, des femmes et des groupes vulnérables.Actuellement, les pays participants au Mécanisme de financement SIFA sont l’Afrique du Sud, le Cameroun, l’Éthiopie, le Ghana, le Kenya, le Nigeria, le Togo et la Tunisie.

La situation de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (ETFP) au Togo

La loi d’orientation de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (EFTP) no. 2002-016 de 2002 a doté la République togolaise d’un cadre légal et d’un système de gestion. Elle a introduit trois orientations-clés qui visent à transformer fondamentalement le sous-secteur de l’EFTP et à l’orienter vers les exigences du secteur privé.L’un des principaux instruments mis en place est le Conseil supérieur de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (CSETFP), un organe de concertation et de conseil, le plus important mis en place par le Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (METFP). La Chambre de Commerce et d'Industrie du Togo (CCIT), l’Association des Grandes Entreprises du Togo (AGET) et le Patronat sont des organisations patronales impliquées dans le développement de l’ETFP.

On note également d’autres prestataires d’ETFP et associations professionnelles comme :

  •     L’Union des Chambres Régionales de Métiers (UCRM), une organisation professionnelle impliquée dans la formation professionnelle à travers l’apprentissage ;
  •     Les établissements privés (confessionnels et laïcs) d’ETFP qui absorbent environ 70% des effectifs de l’ETFP ;
  •     Le Centre de Formation aux Métiers de l'Industrie (CFMI), un centre public mis en place dans le cadre du partenariat public/privé. 

Le niveau de couverture de l’ETFP a sensiblement progressé ces dernières années grâce à l’accroissement des capacités d’accueil du secteur public et au développement de l’offre privée. En 2015, le dispositif d’ETFP du Togo accueillait un effectif de 35 892 apprenants dont 15 037 filles (41,9%) et 20 855 garçons (58,1%) inscrits dans 179 centres et établissements dont 25 publics. Au niveau national, les établissements publics accueillent 29,4% de ces effectifs contre 70,6% pour ceux du secteur privé. Cette répartition est largement dominée par les filières industrielles qui reçoivent 91% des élèves contre 8% pour celles du tertiaire, et seulement 1% pour la filière agro-pastorale dans un pays à vocation agricole. 

Bien que la formation professionnelle pourrait constituer une véritable opportunité d’amélioration des compétences des jeunes, l’ETFP fait face actuellement à des défis, entre autres celui de la formation initiale et continue des enseignants. Cette situation a pour effet de rendre obsolètes les compétences techniques et pédagogiques des enseignants au bout de quelques années après leur recrutement, obsolescence aggravée au plan technique par la vétusté des équipements utilisés dans la majeure partie des établissements et très rarement renouvelés.

Les guichets de financement

Le Mécanisme de financement SIFA est mis en œuvre à travers trois guichets de financement :

  •    Guichet 1: Projets d’investissement de grande envergure de développement des compétences proposés par des structures de formations locales en partenariat avec le secteur privé.
  •    Guichet 2: Projets d’investissement de développement des compétences proposés par une structure locale de formation de développement des compétences en collaboration avec une entreprise internationale du secteur privé.
  •    Guichet 3: Projets pilotes innovants de promotion des compétences proposés par des structures locales de formation en partenariat avec des entreprises publiques ou privées. 

Le guichet de financement 1

Suite à la cérémonie d’ouverture, les participants à l’atelier de lancement du Guichet 1 ont reçu des informations détaillées pratiques sur le processus de soumission, les critères d’éligibilité et les modalités pour soumissionner une note conceptuelle de projet.

Les guichets de financement 2 et 3

L’appel à propositions pour des projets relevant des guichets 2 et 3 de financement sera annoncé à une date ultérieure.

33069 sifa

Pour plus d’informations sur le Mécanisme de financement SIFA, rendez-vous sur le site : www.skillsafrica.org

33069 logo


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Marché financier régional : l’emprunt obligataire du Mali souscrit près de 4 fois

Tunisie: baisse de 20,2% du bénéfice de la banque islamique Zitouna en 2018, à 5,3 millions $

Maroc: l’équipementier automobile canadien Magna International entame la construction d’une usine à Kénitra

La BRVM lance officiellement la diffusion de ses informations boursières sur la plateforme Refinitiv de Thomson Reuters

 
AGRO

Kenya Breweries pourrait accroître le prix de la bière Tusker si la pression fiscale augmente

Maroc : trois barrages seront édifiés dans le Nord afin d'améliorer l’approvisionnement en eau

Afrique du Sud : l’industrie bovine retrouve l’accès à 10 marchés d’exportation

Afrique du Sud : la perspective d’augmentation des droits de douane sur la volaille inquiète

 
ELECTRICITE

Egypte : une centrale solaire de 600 MW sera construite à l’Ouest du Nil selon le système des enchères

Nigeria : un tarif électrique reflétant les coûts est nécessaire pour plus d’investissements privés

Namibie : la libéralisation du secteur électrique sera effective dès septembre 2019  

Tanzanie : la puissance électrique sera multipliée par six, passant de 1 602 MW à 10 000 MW, d’ici à 2025

 
HYDROCARBURES

Sénégal / Mauritanie : Black & Veatch reçoit le top pour doter le FLNG Gimi de la technologie de liquéfaction PRICO

Algérie : le président par intérim limoge le patron de la société publique du pétrole et du gaz

Les perspectives de croissance du marché global du raffinage pétrolier s’appuient énormément sur la raffinerie de Dangote

L’ALSF accompagne le Rwanda dans la construction d’une centrale de 56 MW avec le méthane du lac Kivu

 
MINES

Lutte contre le travail des enfants dans les mines : BMW veut acheter son cobalt directement d’Australie et du Maroc

Egypte : la mine Sukari en bonne voie pour atteindre ses objectifs de production annuelle

Guinée : Alufer veut augmenter à 10 millions de tonnes la production annuelle de Bel Air

Côte d’Ivoire : le gouvernement octroie une licence d’exploration à IronRidge pour l’or de Zaranou

 
TELECOM

Botswana : Econet Group veut introduire Mascom sur la bourse cette année  

Tunisie: le régulateur télécoms a initié une étude pour déterminer si le pays est prêt pour la 5G

Egypte: LG Electronics a discuté avec le ministre des Télécoms d’une éventuelle contribution à la fabrication locale de tablettes numériques

Nigeria : 7000 tours télécoms menacées de destruction par la NCAA pour défaut de licence

 
COMM

Afrobytes IV : le 15 mai à la Station F, à Paris, 6 marchés africains seront présentés à l’écosystème mondial de la tech

Côte d’Ivoire : les autorités prévoient d'arrêter l’émission du signal analogique le 17 juin 2020

Contenu local africain : vers la naissance d’un modèle ougandais ?

Afrique subsaharienne : la CAF attribue les droits de diffusion en clair de la CAN 2019 à l’Union africaine de radiodiffusion

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance