Ecofin Formation
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Educ

Pamphile Mezui-Mbeng, DG de BBS School : « Notre pourcentage de réussite avoisine les 98% en Licence et Master »

Pamphile Mezui-Mbeng, DG de BBS School :  « Notre pourcentage de réussite avoisine les 98% en Licence et Master »
  • Date de création: 27 juin 2019 08:58

(Agence Ecofin) - BBS s’impose peu à peu, en Afrique centrale, comme l’école de référence dans les domaines de la banque, de la finance et du management.  Sa proximité avec le monde de l’entreprise offre aux étudiants un enseignement orienté sur le savoir-faire concret, particulièrement recherché sur le marché de l’emploi. Entretien avec Pamphile Mezui-Mbeng, son directeur général.

Agence Ecofin : Vous assumez la direction de la BBS School depuis bientôt une année. Quel bilan tirez vous de cette première période ?

Pamphile Mezui-Mbeng : On peut globalement retenir qu’un certain nombre d’objectifs assignés par le Conseil d’administration de BBS ont été atteints. C’est par exemple le cas du retour à un calendrier académique international, avec une rentrée le 3 septembre et une fin des cours au 30 juin. Mais on peut encore citer l’amélioration du niveau d’encadrement de nos étudiants, avec des innovations apportées sur le contrôle de la qualité des enseignements dispensés, le recrutement des enseignants de qualité, la conformité au dispositif réglementaire du système LMD, et l’amélioration de la gestion administrative du parcours des étudiants. Ces efforts doivent néanmoins se poursuivre, car nous avons l’ambition de devenir une école de référence à l’échelle continentale.

AE : Quelle proportion de vos étudiants sortira cette année de votre business school avec une Licence et avec un Master ?

PMM : Le pourcentage de réussite à BBS avoisine les 98% en Licence et Master. Cela peut s’expliquer par les conditions d’accueil et le niveau élevé de l’encadrement que nous offrons à nos étudiants.

104 etudiant

« La question de l’employabilité des diplômés de BBS est cœur de notre stratégie de formation »

AE : BBS accueille-t-elle essentiellement des Gabonais ?

PMM : La proportion de Gabonais est élevée, mais il faut noter que l’école gagne en notoriété à l’international, au regard de la participation au concours d’entrée à BBS, d’un nombre important d’étudiants étrangers de nationalité congolaise, camerounaise, béninoise,…

AE : Une formation chez BBS est-elle accessible sur le plan financier ?

PMM : Comparativement aux universités et grandes écoles européennes ou nord-américaines, le rapport qualité-coût de la formation reste largement favorable à BBS. La perspective de l’augmentation des frais de scolarité dans les universités françaises, première destination des étudiants d’Afrique francophone, conforte cette assertion. Un jeune africain qui souhaite se former dans les métiers de la finance, aurait donc un réel avantage à entrer à BBS.

AE : Peut-il bénéficier de bourses ou d’aides diverses ?

PMM : Les étudiants de BBS ont la possibilité de candidater aux bourses sociales proposées par la Fondation BGFIBANK. Ces dernières sont accordées selon un classement axé essentiellement sur le critère des performances académiques.

AE : Quelle proportion d’éléves en fin de cursus, est généralement engagée par le groupe BGFI ?

PMM : La question de l’employabilité des diplômés de BBS est cœur de notre stratégie de formation qui mise sur la qualité plutôt que le nombre d’étudiants. Ainsi, au terme de leur formation, la proportion de diplômés recrutés par le Groupe BGFIBank est actuellement de 80%.

AE : Est-ce que la formation comprend également des cours en vidéo à distance ?

PMM : A l’instar de grandes écoles de cette catégorie, BBS est effectivement équipée en matériel didactique de pointe permettant de recevoir des cours par le biais de cette technologie.

AE : La BBS School produit-elle elle-même des MOOCs ?

PMM : La production des MOOCs est un projet que nous voudrions faire aboutir à court terme.

AE : Une partie de vos activités concerne la formation permanente. Combien d’interventions en entreprise avez vous réalisées, cette dernière année par exemple ?

PMM : Pour l’année en cours, nous en sommes à une trentaine de formations délivrées essentiellement aux filiales du Groupe BGFIBank. Ce chiffre est appelé à croître d’ici la fin de l’année, compte tenu de la place que le Groupe accorde à la formation du capital humain, et de son ambition de rester leader en Afrique centrale et au-delà.

AE : Quels sont les domaines de formation permanente les plus demandées par les entreprises ?

PMM : Il s’agit principalement des formations bancaires en lien avec la maîtrise des risques et l’optimisation des performances.

AE : Existe-il un réseau actif d’anciens élèves ?

PMM : Oui, c’est le cas par exemple de l’association des titulaires d’ITB, un diplôme que nous préparons en partenariat avec le CFPB en France.

AE : Au delà de votre charge de DG, vous poursuivez des activités de recherche. En quoi consistent ces recherches ?

PMM : Actuellement, notre programme de recherche est orienté vers la problématique de la stabilité du système bancaire, partant d’un certain nombre d’hypothèses sur les interactions et les stratégies des banques.

AE : Enfin, une question d’actualité : que pensez-vous de la récente décision de la BEAC de laisser le jeu de la concurrence déterminer les taux de commission de change ?

PMM : Ayant modestement contribué en 2018 à la réforme relative à la réglementation du change en zone CEMAC, dans le cadre d’une étude conduite par le GABAC, je partage le choix de la BEAC et reste persuadé qu’il favorisera une baisse des frais bancaires et de devises, en plus de ce que la concurrence devrait pousser les entreprises de ce secteur à plus d’innovation.

Propos recueillis par Dominique Flaux

 
GESTION PUBLIQUE

Burkina Faso: le FMI approuve un second décaissement de 25 millions $ au titre de la FEC

Côte d'Ivoire : l'Assemblée nationale adopte une nouvelle loi sur la commission électorale

Maroc : l’AFD porte à 101 millions € son appui au projet d’accès à l’eau des populations

L’AFD ouvre un programme de formation sur les stratégies financières des collectivités locales

 
FINANCE

Cameroun : selon le DG du groupe français BPCE, la reprise de la BICEC par le groupe marocain BCP est en bonne voie

Pioneer Foods a connu une hausse record sur le JSE, après l’annonce de l’offre de rachat à 1,8 milliard $ de PepsiCo

La BAD approuve un accord de partenariat avec Attijariwafa bank pour développer le commerce en Afrique

Kenya : Credit Bank va soutenir des PME grâce à un appui de 8 millions $ de la BAD

 
AGRO

Le Niger se fixe un objectif d’autosuffisance en riz d’ici 2023

Tunisie : la BAD va débloquer un prêt de 25 millions d’euros en faveur des filières agricoles à Zaghouan

Agroalimentaire : le sud-africain Pioneer Foods dans le viseur de l’américan PepsiCo

Kenya : les importations de sucre repartent à la hausse sur le premier semestre 2019

 
ELECTRICITE

Mozambique : des consultants recherchés pour la mise en place de 60 MW

Zimbabwe : en pleine crise énergétique, la ZESA envisage d’augmenter le tarif électrique

Le Gabon réduira le thermique au profit de l’hydroélectricité et ajoutera 500 MW en trois ans

Proparco, IFC et la BEI financent la construction de deux nouvelles centrales solaires au Sénégal dans le cadre du programme Scaling Solar

 
HYDROCARBURES

Le Nigeria consacrera à l’Inde 10 % de ses exportations de pétrole pour l’aider à répondre à sa demande croissante

Congo : le gouvernement ouvre au marché un bloc pétrolier situé au cœur d'un parc animalier sensible

La CEDEAO prépare une politique commune de développement et d’approvisionnement en produits pétroliers

Congo : AAOG réalise une levée de fonds pour poursuivre sa campagne de développement du champ Tilapia

 
MINES

Botswana : le deuxième plus gros diamant non taillé de l’histoire s’appelle Sewelô

Tanzanie : Acacia Mining accepte une nouvelle offre de rachat de Barrick

L’Angola veut privatiser sa compagnie de diamants Endiama

Burkina Faso : Roxgold en bonne voie pour atteindre son objectif de production pour 2019 à Yaramoko

 
TELECOM

Le marché télécoms d’Afrique subsaharienne s’est enrichi de 20 millions de nouveaux abonnés en 2018 et a généré plus de 144 milliards $

Le Ghana s’est doté d’une infrastructure à clés publiques d’une valeur de 4 millions $

Afrique du Sud : Vodacom a officiellement investi le segment de l’IoT en lançant ses produits grand public sur le marché

MTN Côte d’Ivoire et l’Ambassade d’Afrique du Sud célèbrent le 10ème anniversaire de la journée internationale Nelson Mandela

 
COMM

La Gambie va passer à la télévision numérique en 2020

Liberté de la presse : le Tanzanien Maxence Melo Mubyazi récompensé par le Comité pour la protection des journalistes

Tchad : les réseaux sociaux sont de nouveau accessibles

Seychelles : les autorités s’engagent à protéger la liberté de la presse

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Formation