Zimbabwe : le nouveau ministre des finances veut faire du règlement de la dette, son cheval de bataille

Zimbabwe : le nouveau ministre des finances veut faire du règlement de la dette, son cheval de bataille

(Agence Ecofin) - Au Zimbabwe, le nouveau ministre des finances Mthuli Ncube (photo), a annoncé lundi dernier son intention d’accélérer le règlement de la dette du pays afin d’assainir les finances de l’Etat.

Selon les propos du responsable relayés par Reuters, il s’agira pour le nouveau patron des finances zimbabwéennes, de mettre en place une stratégie afin de régler au plus vite les dettes du pays envers la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD).

Estimée à environ 1,8 milliard $, l’apurement de cette dette constitue un « élément constitutif » du plan global de relance de l’économie, a indiqué M. Ncube.

Si aucun détail n’a encore été fourni sur la stratégie d’apurement de ces arriérés, l’économiste de 55 ans a indiqué qu’à terme, cette mesure devrait permettre au pays de bénéficier d’un programme de financement du FMI, afin d’intensifier ses réformes et de redonner confiance aux investisseurs.

Afin d’assurer une mise en place effective de ces réformes, le nouveau gouvernement pourrait lancer un plan de réduction de la masse salariale du secteur public, indiquent les experts.

« Sur le plan interne, nous devons assainir nos finances publiques et veiller à ce que, sur le plan des dépenses, nous vivions selon nos moyens.», a indiqué le nouveau ministre.

Embourbé dans une crise économique caractérisée par une hyperinflation et une pénurie de liquidités, le Zimbabwe a tourné la page de décennies de règne de l’ancien président Robert Mugabe, en élisant en août dernier Emmerson Mnangagwa à la tête du pays.

Dès son arrivée au pouvoir après la démission forcée du président Mugabe, celui qui est surnommé « le crocodile », avait déjà annoncé son intention de mettre l’accent sur des stratégies visant à attirer les investisseurs étrangers qui avaient fui le pays.

Moutiou Adjibi Nourou


Ecofin Gestion Publique