Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Dette des entreprises publiques au Cameroun : une ardoise de plus de 4 milliards $ qui fragilise les finances publiques

Dette des entreprises publiques au Cameroun : une ardoise de plus de 4 milliards $ qui fragilise les finances publiques
  • Date de création: 21 octobre 2019 18:18

(Agence Ecofin) - La dette des entreprises publiques au Cameroun constitue un point de fragilité pour les efforts de consolidation fiscale, entrepris par les autorités camerounaises dans le cadre du programme économique mis en œuvre en collaboration avec le FMI, apprend-on d'une analyse du profil pays faite par l'Agence de notation Moody's le 10 octobre 2019 dernier.

Le document s'appuie sur des indicateurs de 2016 et affirme qu’excepté la Société nationale de raffinage (Sonara), la dette de ces entités dont plusieurs connaissaient des soucis financiers, représentait environ 8,2% du produit intérieur brut (PIB) de cette année-là. Mais selon des données collectées par l'Agence Ecofin sur des plateformes officielles du gouvernement, la dette de la Sonara incluse, ce ratio atteint les 13,5% du PIB du pays à la fin de l'année 2017.

En effet, évaluant le volume d'assistance qu'il faudrait apporter aux entreprises publiques en 2019, des données consolidées par le gouvernement font ressortir que la dette globale des 37 entreprises publiques ou à capitaux publics, atteignait en 2017, un montant proche de 2624,4 milliards FCFA (environ 4,7 milliards $) en 2017, pour un produit intérieur brut estimé à 34,8 milliards $ au cours du dollar américain à la fin de cette année-là.

Une situation très problématique pour Camtel et Sonara

La Sonara, Camtel, l'entreprise nationale des télécommunications, et la compagnie nationale des eaux (Camwater) occupaient le top trois des entreprises publiques endettées avec des totaux respectifs de dette à fin 2017 de 763,2 milliards FCFA, 554,5 milliards FCFA et 352,4 milliards FCFA. Les autres entreprises publiques qui bouclent le top 5 sont ; Electricity Development Corporation (140,4 milliards FCFA) et la Sodecoton (113,1 milliards FCFA).

Bien plus que leur endettement, ce qui pose problème c'est la difficulté que ces entreprises publiques ont à générer des revenus suffisants afin de rembourser leurs créanciers.

La Sonara a bénéficié d'une part importante de l'Eurobond de 750 millions $ émis en 2015 par le gouvernement et qui est toujours en cours de remboursement. Elle a aussi bénéficié de plusieurs autres lignes de crédit internationales et des banques locales.

On a pu apprendre qu'en avril 2019, l'entreprise a bénéficié d'un prêt de 160 millions $ d’un trader des produits pétroliers, mais elle a été frappée par un incendie en mai 2019. Déjà structurellement déficitaire, on voit mal comment la Sonara pourrait rembourser sa dette désormais. L'arrêt actuel de ses activités pèsera encore sur le déficit extérieur, en raison du besoin de continuer à satisfaire la demande locale en produits pétroliers ; vitale pour la stabilité économique.

Dans le cas de Camtel, l'exposition du budget de l’Etat à sa dette tient du fait qu'elle appartient à 100% au gouvernement, contrairement à la Sonara dont le capital est réparti entre le gouvernement, des entités parapubliques et le secteur privé. L'entreprise a massivement emprunté notamment auprès d'Exim Bank pour des projets d'envergure. Sur l'un des plus importants, notamment la fibre optique entre le Brésil et le Cameroun, on n'a pas encore de visibilité sur les premières retombées.

En plus de cela, à son stock de 2017, la dette financière de cette entreprise était de plus de 409 milliards FCFA et représentait un peu plus de 4 fois son chiffre d'affaires. La présidence de la République a pris des mesures fortes et ouvert la voie à une privatisation partielle de la structure. Des informations non encore confirmées officiellement suggèrent que cette évolution des choses pourrait profiter à Huawei, l'entreprise chinoise partenaire de cette société et qui concentre une part importante de sa dette.

Des arbitrages difficiles en perspective dans le cadre de la Loi des finances 2020

La session budgétaire devrait bientôt débuter au Cameroun, mais ce n'est pas sûr que ces questions fassent l'objet de grandes discussions, la discipline partisane laissant la latitude au gouvernement de conduire les arbitrages. Or celui-ci semble à court d'options. Plusieurs des sociétés sous son contrôle, dont l'une des plus importantes en termes de nombre d'employés (Cameroon Development Corporation), se trouvent dans des zones dites en crise anglophone. Les fermer risque d'entraîner un sentiment négatif, mais les maintenir improductives a aussi un coût pour les caisses publiques.

Toujours en rapport avec les zones Nord-Ouest et Sud-Ouest, elles abritent d'importants bassins de production, notamment de produits vivriers, mais aussi de produits d'exportation comme le cacao. Il est probable que le gouvernement y perde d'importantes sources de revenus.

Enfin, le gouvernement devra surveiller le coût fiscal des partenariats public-privé. La dette publique contingente liée à ce mécanisme de construction des infrastructures était de 6% du PIB à fin 2017. Moody's estime que cela devrait augmenter, avec le lancement du projet de barrage de Nachtigal, qui se fait lui aussi en mode PPP.

Idriss Linge


 
GESTION PUBLIQUE

RDC: les USA annoncent une aide de 600 millions $

Le président Obiang Nguema espère voir la CEMAC libérée de son partenaire monétaire

Franc CFA : la CEMAC attachée à la stabilité de sa monnaie, mais ouverte à faire évoluer les accords de coopération monétaire

Chagos : le Royaume-Uni respectera-t-il le Droit international qui confirme les droits de Maurice sur l’archipel ?

 
AGRO

La BAD accorde un prêt de 73,2 millions d’euros au profit des chaînes de valeur agricoles au Congo

Zimbabwe : l’exécutif supprime les restrictions à l’importation pour le maïs et la farine de blé

Cameroun : nouvelle hausse du prix du cacao camerounais à 1250 FCFA le kilogramme

L’Algérie plafonne ses importations de blé tendre à 4 millions de tonnes par an

 
ELECTRICITE

L’Éthiopie confie à l’Allemand Voith l’optimisation de la centrale hydroélectrique Gilgel Gibe II

Afrique du Sud : l’Eskom a besoin de 12 milliards $ pour satisfaire aux normes sur la qualité de l’air

Togo : Eranove signe l’accord de financement de 65,4 milliards de FCFA avec la BOAD et Oragroup pour la centrale électrique de Kékéli

Zambie : la BAD et le Fonds vert pour le climat mettent à disposition 154 millions $ pour installer 100 MW d’énergie propre

 
HYDROCARBURES

Guinée Équatoriale : sept membres d’équipage d’un ravitailleur affrété par Exxon Mobil ont été kidnappés par des pirates

BP entretient les parties prenantes sénégalaises et mauritaniennes sur la prévention et la gestion des déversements d’hydrocarbures

Sénégal : TGS et GeoPartners démarrent une nouvelle campagne de relevés sismiques 3D en mer

Ces dernières années, la Chine a investi plus de 75 milliards $ dans le secteur pétrolier de la région MENA

 
MINES

Afrique du Sud : Resgen engage Transnet pour le transport du charbon de Boikarabelo

Mali : Kodal obtient deux nouvelles licences d’exploration près de Bougouni

Zambie : Gemfields a déjà vendu 79 millions de dollars d’émeraudes en 2019

Au Niger, le gouvernement renouvelle le permis d'exploitation aurifère de Samira-Libiri

 
TELECOM

Au Togo, 680 milliards FCFA ont été injectés de 2010 à 2018, pour la modernisation des infrastructures routières

Le satellite de communications égyptien TIBA-1 sera envoyé dans l’espace ce 22 novembre à 21h08

Afrique du Sud : Liquid Telecom va installer deux centres de formation à l'innovation numérique dans le Cap-Oriental

Ghana : en les accusant de sous-déclarer le trafic télécoms, Ursula Owusu-Ekuful nuit aux investissements, estiment les opérateurs

 
TRANSPORT

L'Egypte et l'américain Progress Rail signent un contrat de 466,3 millions USD pour l’achat et la maintenance de 141 locomotives

La Banque mondiale octroie 130 millions USD pour la construction d'une ligne de chemin de fer de 27 km à Maputo

Modèle d’efficacité énergétique en Afrique, l’aéroport international d’Abidjan renouvelle pour la 3e année consécutive son accréditation carbone

Kenya : le port sec de Naivasha, d’un coût de 68 millions USD, sera achevé d’ici la fin d’année

 
FORMATION

Le Programme Wealth of Nations ouvre les candidatures pour sa première formation 2020 des journalistes africains sur les finances illicites

Sénégal : bientôt la création d’un centre de formation pour la promotion de la biomasse grâce à un partenariat avec la Chine

L’initiative du gouvernement américain, TechWomen propose une formation aux femmes des domaines scientifiques en Afrique

Au Maroc, 37% des chefs d’entreprises estiment que le système de formation professionnelle ne correspond pas à leur besoin en ressources humaines

 
COMM

Discop Johannesburg 2019 : une première journée dédiée aux nouveaux contenus et à la monétisation

Match Cameroun-Rwanda : l’Union africaine de radiodiffusion dément les accusations de la CRTV

Prix Orange de l’entrepreneur social 2019 : une couveuse néonatale d’invention camerounaise remporte la palme

Cameroun : près de 400 journalistes francophones réunis à Yaoundé, dans le cadre des 48e assises de l’UPF

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique