Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Report du remboursement de la dette : un soutien du G20 difficile à accepter pour beaucoup de pays africains

  • Date de création: 11 mai 2020 13:21

(Agence Ecofin) - Les contours de l’initiative de suspension du service de la dette de 76 pays les plus pauvres du monde, annoncée par le groupe des 20 pays les plus riches de la planète (G20) le 15 avril 2020 sont de mieux en mieux connus. Malgré de nombreuses pressions dont ils font l’objet actuellement du fait de la conjoncture internationale, de nombreux pays bénéficiaires notamment ceux d’Afrique, auront du mal à accepter cette « offre ».

L’Afrique a urgemment besoin de ressources en devises…

Le continent a urgemment besoin de devises, car les chocs extérieurs provoqués par le coronavirus à l’échelle mondiale se font déjà ressentir. Le quasi-arrêt de l’économie mondiale a eu un impact sur prix des matières premières agricoles et minières qui sont la première source de revenus d’exportation dans la région. Le prix du pétrole en dessous des 35 $ a mis à mal les prévisions budgétaires des pays comme le Nigeria, l’Angola et ceux de la CEMAC (Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale) qui en dépendent. Même le Ghana qui est exportateur d’or subit la baisse des revenus pétroliers, une de ses trois sources de revenus en devises.

Dans le même ordre d’idée, des pays comme la Zambie ou la République démocratique du Congo seront marqués par la baisse des prix des ressources comme le cuivre qui leur apportent des revenus substantiels. Lorsque ce ne sont pas les prix des ressources minières qui sont en baisse, ce sont les revenus du tourisme qui sont affectés. Ainsi, les fermetures des frontières ont sévèrement frappé ce secteur dans des pays comme le Sénégal, le Kenya, la Tanzanie, le Rwanda, l’Afrique du Sud ou encore l’Ethiopie.

Malgré cette chute des revenus en devises, ces économies africaines continuent d’avoir de grosses contraintes de paiements extérieurs. Elles doivent déjà importer les intrants nécessaires à la réponse sanitaire au covid-19. Par ailleurs, leurs systèmes productifs ne sont pas solides et ils doivent aussi importer divers types de produits de consommation, parfois de première nécessité.

Plus urgent encore, l’Afrique devra trouver les moyens en devises pour rembourser les créanciers non bilatéraux. Ce sont des investisseurs privés qui ont fait des placements sur les eurobonds et autres emprunts bancaires effectués par les pays de la région.

Il est cependant compliqué d’accepter l’aide du G20

Malgré ces besoins urgents et importants de ressources en devises, de nombreux pays africains devront réfléchir avant d’accepter « l'élan de générosité » du G20. Plusieurs motifs de réticence ont déjà été présentés précédemment. La firme de services juridiques White & Case très présente en Afrique a soulevé d’autres défis de cette initiative de suspension des services de la dette. Elle rappelle par exemple que les pays qui feront la demande de bénéficier de cette suspension devront se montrer transparents sur l’ensemble de leurs dettes.

Cette condition suppose par exemple qu’il faudra donner des explications sur la portée et le volume de la dette due à la Chine. La Jubilee Debt Campaign, une coalition d'organisations au Royaume-Uni dédiée à l'allégement de la dette des pays en développement, a calculé qu'en 2018, environ 20% de la totalité de la dette publique africaine était due à ce pays « partenaire ».

L’autre défi que pose cette initiative, c’est que les pays africains continuent d’avoir une balance commerciale financée par la dette. Ils doivent surtout régler jusqu’à 3,7 milliards $ d’intérêts sur des eurobonds cette année or, ils ne peuvent pas utiliser les ressources dégagées de l’offre du G20 pour s’en acquitter. La condition imposée est d’utiliser la ressource dégagée pour exclusivement apporter des réponses aux conséquences du covid-19. Il faudra donc en quelque sorte négocier la gestion de cette dette privée internationale.

Cela s'avère difficile, car comme le mentionne White & Case, les pays qui vont solliciter le moratoire seront perçus comme étant dans l’incapacité de rembourser leurs dettes. Des agences de notation comme SP Global Ratings ont déjà souligné qu’elles ne vont pas considérer comme étant un défaut, le non-règlement de la dette due dans le cadre bilatéral. Cependant, une renégociation de la dette due au secteur privé international aura un autre traitement.

« Contrairement à notre point de vue sur le non-paiement de la dette publique, et en fonction de plusieurs considérations… nous pourrions percevoir une restructuration de dette ou modification des conditions des titres de créance commerciaux détenus par des investisseurs privés comme une situation de défaut, selon nos critères d’analyse », ont fait savoir leurs experts sur le sujet dans une récente note d’analyse. 

Idriss Linge



Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

La Côte d'Ivoire s'est dotée d'un nouveau Centre hospitalier régional de plus de 53 millions $ à Aboisso

L'adaptation en Afrique subsaharienne nécessitera un investissement de 30 à 50 milliards $ par an (FMI)

Mali : le gouvernement affirme n'avoir mandaté personne pour négocier avec les leaders de groupes armés terroristes

Le financement de l'adaptation au changement climatique sera très rentable en Afrique (Banque mondiale)

 
AGRO

Algérie : l’exécutif prévoit la création de 500 microentreprises dans le secteur halieutique d’ici 2024

Bénin : la filière agrumes veut transformer 50 000 tonnes de fruits d’ici la fin 2023

Egypte : Port-Saïd disposera d’un nouveau silo de stockage de 100 000 tonnes de céréales

Fairtrade augmentera les prix minimums pour la banane à partir de janvier 2022

 
ELECTRICITE

Nigeria : la France alloue 60 millions € aux énergies renouvelables

Sénégal : l’ITFC accorde 116 millions $ à la Senelec pour le développement du secteur de l’énergie

Afrique du Sud : Eskom cherche des partenaires privés qui utiliseront ses terres pour la production d’énergie renouvelable

Le Zimbabwe envisage la gazéification par plasma des déchets municipaux comme source d’énergie alternative

 
HYDROCARBURES

Congo-Brazzaville : le gouvernement table sur une augmentation de 13% des recettes pétrolières en 2022

Gambie : PetroNor bénéficie d’une prolongation d’une année sur la licence d’exploration A4

Gabon : « 100% de l’électricité qui alimente la ville de Port-Gentil est produite à base du gaz de torche » (Yann Yangari)

Tchad : Exxon Mobil suspend la production du champ de Doba suite aux protestations des travailleurs

 
MINES

Rio Tinto va consacrer 7,5 milliards $ jusqu’en 2030, à la réduction de son empreinte carbone

Le Brazil Africa Forum 2021, centré sur les ressources naturelles et les actions urgentes pour parvenir à un développement durable.

Agyapa Royalties : le Ghana indique une voie pour mieux valoriser les ressources minières africaines

Garantir l’approvisionnement mondial en cuivre nécessitera davantage de volonté politique (Freeport-McMoRan)

 
TELECOM

Les Togolais pourront bientôt migrer d'un opérateur télécoms à un autre sans changer de numéro

Comment la politique des fréquences radio peut contribuer à lutter contre le changement climatique

Angola : Africell a investi dans un centre de données qui soutiendra l’ensemble de ses activités télécoms

La stratégie de Huawei pour renforcer la connectivité et insuffler une nouvelle dynamique de croissance

 
TRANSPORT

Les compagnies aériennes africaines vont acquérir 1 030 nouveaux avions d’ici à 2040 (Boeing)

Tanzanie : le tchèque ŠKODA fournira les équipements électriques des locomotives commandées à Hyundai Rotem

Bolloré Transport & Logistics nomme Patrick Bitature, président de son CA en Ouganda

La flambée du taux de fret maritime des conteneurs s’exacerbe (Drewry)

 
ENTREPRENDRE

De retour au Niger, Mamadou Sow devient agriculteur

Au Malawi, Martin Masiya s’illustre dans l’énergie solaire en zone rurale

La plateforme de Duhqa révolutionne la chaîne logistique au Kenya

Des étudiants ougandais améliorent la vie des réfugiés grâce à l’agriculture

 
ECHO

King Café, première marque de capsules de café fabriquée au Togo

Les 5 meilleures écoles de commerce africaines pour 2022 - (Quacquarelli Symonds)

Emmanuel Kablan s’illustre dans l’élevage d’aulacodes en Côte d’Ivoire

63,89% des 767 milliards USD échangés par mobile money dans le monde en 2020 étaient en Afrique subsaharienne

 
FORMATION

Le fonds de réserve de l’université de Harvard dépasse les 50 milliards $

La BVMAC annonce la création d’une école de la bourse au Cameroun

Niger : 382 jeunes femmes formés dans plusieurs métiers dans la région de Zinder

Sikul, la plateforme gabonaise veut introduire l'e-learning au pré-primaire et au primaire.

 
COMM

Ouganda : le gouvernement ordonne aux stations TV de diffuser les émissions de potins seulement entre 22h et 5h

Egypte : JustWatch lance son guide international de streaming dans le pays

PayPal en passe de racheter Pinterest dans le cadre d'une transaction de 45 milliards de dollars

Afrique : SportyBet devient le premier partenaire officiel du Real Madrid sur le continent

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Les 5 premiers pays africains de l’UEMOA en valeur des transactions mobile money (2020)

InfographieFinance top5 valeur transactions mobile money uemoa