Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Nigeria : malgré le soutien de la communauté internationale, le secteur des entreprises a été impacté par la covid-19

Nigeria : malgré le soutien de la communauté internationale, le secteur des entreprises a été impacté par la covid-19
  • Date de création: 27 septembre 2021 10:02

(Agence Ecofin) - La covid-19 a eu un impact réel sur l’économie nigériane. Pour limiter le choc, le Nigeria a adopté un plan de réponse économique doté d’un fonds de 1800 milliards de nairas. Cependant, près de 20% des travailleurs nigérians seraient au chômage, selon le NBS.

Comme plusieurs pays africains, le Nigeria a mis en place un plan de riposte contre la covid-19 soutenu par les bailleurs de fonds internationaux. Plusieurs secteurs de l’économie jugés vitaux ont été ciblés par les mesures de soutien du gouvernement, avec l’adoption d’un budget révisé pour 2020, en réponse au choc induit par la pandémie. Ainsi, 500 milliards de nairas (1,2 milliard $) ont été inclus dans le budget révisé du gouvernement fédéral au titre du fonds d’intervention contre la pandémie.

De plus, la Banque centrale (CBN) a pris des mesures pour soutenir les secteurs de l’économie confrontés à un manque de liquidité. Une facilité de crédit ciblée de 50 milliards de nairas (139 millions de dollars) a ainsi été créée par la Banque qui a également injecté 3600 milliards de nairas de liquidité (2,4 pour cent du PIB) dans le système bancaire, dont « 100 milliards de nairas pour soutenir le secteur de la santé, 2000 milliards de nairas pour le secteur manufacturier et 1500 milliards de nairas à destination des industries impactées », selon le Fonds monétaire international (FMI).

L’institution ajoute qu’en septembre « la CBN a déboursé un total de 3,5 trillions de nairas en fonds d'intervention, depuis le début de la pandémie de covid-19, dont 73,7 milliards de nairas en facilités de crédit ciblées pour aider les ménages et les petites et moyennes entreprises, dépassant leurs plans initiaux de 50 milliards de nairas ». Seulement, ces politiques ont-elles vraiment été efficaces ?

En mars 2021, les autorités nigérianes ont indiqué que l’Etat « a réussi à créer et sauver plus de 2 millions d’emplois, grâce à son plan de relance économique contre la covid-19 ». Pourtant, dans son rapport intitulé « The impact of covid-19 on business enterprises in Nigeria » et réalisé avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Bureau national de statistique (NBS) a révélé mardi dernier que 20% des travailleurs nigérians ont perdu leur emploi, du fait de l’impact de la pandémie.

Menée avec 3000 entreprises (2100 formelles et 900 informelles) œuvrant dans 18 secteurs majeurs de l’économie repartis dans des zones urbaines et rurales du pays, l'étude révèle que les entreprises nigérianes ont été assez impactées par la pandémie, malgré les politiques publiques annoncées par Abuja.

En plus des pertes d’emploi, on relève des pertes de revenus qui se sont poursuivies bien après la levée des premières mesures de confinement. 74% des entreprises affirment en effet avoir enregistré une baisse de production même après la levée des mesures restrictives. De plus, plusieurs commerces ont dû fermer, suite à la crise.

Les données recueillies dans le rapport du NBS indiquent que de nombreuses entreprises ont dû s’acquitter de taxes parafiscales, « informelles » en dehors de toute loi statutaire. « 95% des entreprises ont déclaré payer des taxes informelles », a mentionné l’étude.

Un service de la dette en hausse sur fond d’accroissement de la pauvreté

Malgré ces contraintes et difficultés internes, le Nigeria a quand même continué à assurer son service de la dette tout au long de l’année dernière. Pour rappel, le pays avait refusé d’adhérer à l’initiative de suspension de la dette initiée par le G-20. Cette mesure était perçue par de nombreux pays, dont le Kenya et l’Afrique du Sud, comme étant de nature à saper la confiance des investisseurs dans le pays.

Ainsi, le Nigeria a payé en 2020, 1 milliard $ d’intérêts sur sa dette. Au cours du premier trimestre 2021, le NBS indique que le pays a déboursé plus de 332 millions $ pour rembourser les intérêts sur sa dette. Au total, le service de la dette extérieure du Nigeria pour l’année 2020 et le premier trimestre 2021 a atteint 2,6 milliards $, soit plus des deux tiers des 3,4 milliards $ que le pays a obtenus du FMI pour financer son plan de riposte en avril 2020.

Malgré ces situations, aucune nouvelle annonce n’a été faite par les autorités pour soutenir les entreprises en difficulté. Même si l’économie nigériane affiche une progression depuis le deuxième trimestre 2021, avec l’assouplissement des restrictions, plus de 11 millions de Nigérians vont être touchés par la pauvreté, d'ici 2022, selon le NBS. De plus, la baisse de production induite par la crise sanitaire a entraîné une hausse des prix des denrées de base, notamment alimentaires. En juillet, l’indice des prix à la consommation s’affichait en hausse à 17,38%. Bien que relativement en baisse par rapport au mois précédent, l'indice composite des produits alimentaires a augmenté de 21,03 % en juillet 2021.

De son côté, le président Muhammadu Buhari entend continuer à se tourner vers des investisseurs internationaux, afin de financer des projets d’infrastructures. Le 14 septembre dernier, il a présenté au Parlement un projet d’emprunt de plus de 4 milliards de dollars.



Banner LNG Gestion et Economie

 
FINANCE

Cameroun : l’État officialise le plan de remboursement de 261,4 milliards de FCFA dus par la Sonara à 9 banques locales

Le fonds Ideas axé sur les infrastructures en Afrique australe clôture à 1,4 milliard $

PaySika obtient son premier financement, un an après sa création

La banque entièrement digitale Sparkle mobilise 3,1 millions $ pour soutenir son activité au Nigeria

 
AGRO

Togo : une unité de transformation de fruits et légumes installée à Tsévié

Cameroun : le brasseur SABC lance une ferme avicole capable de produire 90 000 poussins et 112 500 œufs par semaine

Tunisie : la BERD octroie 6 millions d’euros au producteur d’huile d’olive COGIA SA

Le Kenya veut renforcer le contrôle phytosanitaire de ses produits horticoles destinés à l’UE

 
ELECTRICITE

Le français Bouygues livre les lignes de transport du projet hydroélectrique de Nachtigal, au Cameroun

La BAD obtient 150 millions $ du Fonds vert pour le climat afin « d’éclairer le Sahel » à l’énergie renouvelable

Afrique du Sud : Eskom devrait s’adapter à l’évolution du secteur énergétique, selon André de Ruyter

Ouganda : 250 000 ménages en attente de raccordement au réseau électrique

 
HYDROCARBURES

Angola : prolongation du contrat de forage pour un puits record du monde en termes de profondeur

Deux firmes égyptiennes choisies pour fournir un distillateur atmosphérique à la raffinerie pétrolière d’Assiout

Occidental Petroleum cèdera ses parts dans les champs ghanéens TEN et Jubilee pour 750 millions $

En cas de statu quo, la demande pétrolière en 2050 sera supérieure à 100 millions b/j

 
MINES

Rétrospective : le point de l’actualité minière africaine de la semaine en cinq infos marquantes

« Les nouvelles autorités guinéennes vont certainement renforcer l’application des règles prévues dans le code minier », (Me Hamidou Dramé)

L’Angola organise en novembre prochain sa première conférence internationale sur le diamant

Nouvel accord entre la Namibie et De Beers : 2,7 milliards $ de contribution fiscale en vue sur 20 ans

 
TELECOM

Cameroun : Orange a inauguré son Digital Center à Douala, et annonce des extensions dans les universités publiques

Le parc technologique du Cap-Vert, d’une valeur de 40 millions €, sera prêt en juin 2022

Tunisie : 11e édition du Orange Summer Challenge, placé sous la thématique du recyclage des déchets plastiques

Angola : Unitel révèle avoir déjà investi 25 millions $ dans la préparation de son réseau pour la 5G

 
TRANSPORT

Bolloré Africa Logistics, une des puissantes branches africaines de Bolloré, serait mise en cession

Sénégal : l'opérationnalisation du Train express régional fixé au 24 décembre 2021 après plusieurs reports

Zimbabwe : le projet de construction de l’échangeur de Mbudzi dans le sud de la capitale se précise

Congo : les échanges avec l’Union européenne ont atteint 1,5 milliard EUR en 2020

 
ENTREPRENDRE

Mymanu Click, les écouteurs sans fil de Danny Manu qui traduisent en temps réel

La Camerounaise Anastasie Obama, spécialiste des crevettes fumées, reconnue ‘’Food Hero’’ par la FAO

Nafissatou Mamane, juriste de formation et pâtissière à succès au Niger

Pourquoi les fonds d’investissements ne financent pas les start-up dirigées par des femmes en Afrique

 
ECHO

Magazine Investir au Cameroun : zoom sur la place du Cameroun dans le commerce international

Présences militaires étrangères sur le continent africain en 2021 (Control Risks)

Niveau d’adoption des crypto monnaies en Afrique : le Top 5

Passeports africains les plus puissants au troisième trimestre 2021 : le classement Henley & Partners

 
FORMATION

Le fonds de réserve de l’université de Harvard dépasse les 50 milliards $

La BVMAC annonce la création d’une école de la bourse au Cameroun

Niger : 382 jeunes femmes formés dans plusieurs métiers dans la région de Zinder

Sikul, la plateforme gabonaise veut introduire l'e-learning au pré-primaire et au primaire.

 
COMM

Fespaco 2021 : des défis et des innovations pour un événement d’envergure continentale

RDC : cérémonie de remise des trophées Ligue 1 aux meilleurs acteurs 2021 sur Vodacom TV ce samedi à 18h

Afrique subsaharienne : Netflix et l'Unesco lancent un concours de courts métrages pour les cinéastes émergents

Afrique subsaharienne : la CAF lance un appel d'offres pour les droits TV de la Coupe d'Afrique des nations 2021

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Le top 3 des fournisseurs du Gabon en 2020

InfographieLNG top3 fournisseurs gabon 2020