Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Menaces et opportunités d’une alliance franco-chinoise dans le nucléaire sud-africain

  • Date de création: 25 février 2012 21:48

(Agence Ecofin) - S’allier à un concurrent pour gagner ? C’est le pari risqué que Français et Chinois sont prêts à prendre pour remporter l’appel d’offre que pourrait lancer Pretoria en 2012 pour la construction de six centrales nucléaires. Enjeu : 40 milliards d’euros. Pour bien saisir les enjeux de ce type d’alliance, il faut analyser les menaces et opportunités qu’elle représente sous le prisme de l’intelligence économique.

« Les Sud-Africains choisiront les fournisseurs qu’ils souhaitent. Or, ils nous ont dit qu’ils souhaitaient qu’on soit en partenariat avec les Chinois. Et donc si c’est ça qu’ils veulent, c’est ce qu’on va faire. » C’est cette déclaration inattendue de Hervé Machenaud, directeur exécutif production et ingénierie d’EDF, en marge d’une conférence de presse sur les résultats annuels du groupe le 16 février 2012 à Paris qui a alerté les analystes. Car en lieu et place d’un « partenariat » comme l’entendent les francophones, ce serait plutôt une alliance stratégique.

Comment ça marche ?
Une alliance stratégique comme pourrait l’être la franco-chinoise du nucléaire sud-africain est une association entre deux ou plusieurs entreprises concurrentes qui décident de mutualiser leurs ressources pour réaliser un projet. Toyota & General Motors (1984), Microsoft & Visa (1994), Wahaha & Danone (1996) ou General Motors & Peugeot Citroën (qui pourrait voir le jour en 2012) sont quelques exemples qui ont marqué l’histoire du business au cours des 30 dernières années. Pour qu’elles marchent, il faut absolument qu’elles soient gagnant-gagnant. Car les opportunités qu’offre cette opération sont à la hauteur des menaces qu’elle représente.

Trois menaces principales
Le premier risque concurrentiel auquel pensent les analystes est de voir EDF et Areva se faire dépouiller par un allié chinois… Or EDF et Areva coopèrent déjà avec le producteur d’électricité nucléaire chinois CGNPC pour développer un réacteur de moyenne puissance de troisième génération. Cette expérience permet d’identifier les menaces de part et d’autre.

Première menace : le risque de renforcer son concurrent. Au-delà de l’objectif qui est de remporter un marché de 40 milliards d’euros, l’alliance que nous baptisons affectueusement « la franco-chinoise du nucléaire sud-africain » sera un terrain de combat feutré. Car mieux ils collaboreront, très puissants ils seront, et plus concurrentiels ils deviendront, l’un pour l’autre. Le cimetière du business est rempli d’anciens alliés, morts pour avoir manqué de lucidité.

Deuxième menace : le risque de générer des doublons. L’excès de protection dans le cadre des alliances stratégiques a également son revers. A trop vouloir sanctuariser les technologies et les compétences-clés par crainte de renforcer le concurrent-allié, les entreprises ont tendance à réduire les synergies entre elles. Ce comportement génère souvent des doublons qui entament les économies d’échelle auxquelles les alliances stratégiques concourent théoriquement.

Troisième menace : le risque de voir la qualité des centrales sud-africaines pâtir de cette alliance. Loin des tchin-tchin et des discours officiels, la réalité des alliances stratégiques est faite d’attraction et de répulsion, de confiance et de suspicion, d’entente et d’affrontements. On accélère pour mener à bien le projet, mais on freine lorsqu’il s’agit de partager des informations-clés, ce qui risque de priver les Sud-Africains des savoir-faire les plus pointus.

Trois opportunités majeures
Dans le cadre de l’appel d’offres sud-africain, un partenariat ou plus exactement une alliance stratégique franco-chinoise ouvrirait au moins trois opportunités majeures.

Premièrement : se défendre face à des concurrents plus robustes. Des concurrents s’associent habituellement pour atteindre une taille critique sur des projets qu’ils pourraient difficilement réaliser séparément, voire pas du tout. C’est l’un des enjeux de la possible alliance entre General Motors et Peugeot Citroën en discussion depuis janvier 2012. Mais dans le nucléaire, le duo EDF-Areva n’a pas nécessairement besoin de Chinois pour construire six centrales en Afrique du Sud. Si Pretoria exige une alliance avec les Chinois, c’est à la fois pour satisfaire les deux parties et tirer un double bénéfice du transfert des compétences aux Sud-Africains.

Deuxièmement : associer des compétences. Les études les plus sérieuses ont montré que c’est l’alliance avec les Japonais, dans les années 80, qui a permis aux constructeurs automobiles américains de s’approprier les méthodes de management industriel. La réciprocité a permis aux constructeurs nippons de se déployer sur le marché étatsunien avec les résultats que l’on voit aujourd’hui. Dans le cadre du nucléaire sud-africain, il sera intéressant d’observer ce que les concurrents français et chinois sont prêts à mettre en commun pour une alliance win-win.

Troisièmement : réaliser des économies d’échelle – En interrogeant leur mémoire sur les échecs et les succès des alliances entre concurrents européens et chinois, il ne fait aucun doute que les Français insisteront pour circonscrire leur coopération dans un périmètre d’activités clairement définies comme on l’observe dans leur expérience avec le producteur d’électricité nucléaire chinois CGNPC. En tout état de cause, les deux alliés bénéficieront, en mutualisant leurs forces, d’un effet d’échelle sans pour autant renoncer à leur autonomie respective.

L’apport de l’intelligence économique
«Dans une relation, les deux partenaires savent ce qu’ils font, même si plus tard l’un d’eux vient à se plaindre d’avoir été utilisé» écrivit un jour la Sorcière de Portobello. Si elle voit le jour, cette alliance aura pour principal challenge la gestion à court et à moyen terme. Tout le long du processus, les responsables de l’intelligence économique des deux entités auront un rôle crucial à jouer pour éviter à leur société de se plaindre, un jour, d’avoir été utilisée...

A court terme, il faudra observer sur quelle base sera réalisée la collaboration. Si le but, comme laisse penser l’attitude des autorités sud-africaines, est de combiner des compétences chinoises et françaises, chaque allié devra s’occuper des activités dont il est expert. Dans ce cas, les responsables de l’intelligence économique poursuivront leur mission habituelle. En revanche, si le but est de réaliser des économies d’échelle, les deux parties devront rassembler certaines de leurs activités dans une structure commune et/ou répartir les tâches entre eux. Dans ces cas les responsables de l’intelligence économique devront être d’une vigilance sans faille pour éviter les fuites de technologies et la transmission accidentelle d’informations clés.

A moyen-long terme, deux problèmes pourraient surgir. La plupart des analystes s’attendent à ce que les Chinois jouent à fond la carte du transfert des compétences à leur profit. On l’a vu dans le secteur automobile où les alliés chinois d’hier sont de devenus des concurrents plus redoutables qu’avant leur alliance avec des firmes européennes ou américaines.

Mais face aux problèmes interculturels qui ne manqueront pas, il se peut aussi qu’EDF et Areva poussent stratégiquement les Chinois à l’essoufflement pour reprendre seuls la co-entreprise et la restructurer à leur manière. Les experts en intelligence économique de chaque partie devront proposer des solutions codifiées permettant d’éviter une trop grande dépendance de leur entreprise vis-à-vis de leur concurrent-allié. Car une telle dépendance serait mortelle à terme.

« Si vous voulez vous faire des ennemis, surpassez vos amis », écrivait La Rochefoucauld, « mais si vous voulez vous faire des alliés, laissez vos amis vous surpasse». L’avenir nous dira si les stratèges sud-africains ont gagné leur pari en suggérant une alliance à deux « ennemis ».

Guy Gweth, Conseil en intelligence économique & stratégique

Ref. : www.knowdys.comafricadiligence.com


 
GESTION PUBLIQUE

Afreximbank va accorder un financement de 3 milliards $ aux Etats africains pour atténuer l’impact du COVID-19

Egypte : 35 millions $ ont été consacrés à la protection des côtes en 9 mois

IAM Sénégal engagé dans l’effort collectif face à la pandémie de Covid-19

Le Tchad lance une nouvelle offensive militaire après l’attaque de Boma par Boko Haram

 
AGRO

Côte d’Ivoire : le Service américain des douanes se penche sur le travail forcé des enfants dans le cacao

Maroc : l’exécutif prend des mesures pour assurer la fourniture en produits alimentaires essentiels

Zimbabwe : la BAD octroie 8,25 millions $ au groupe agroalimentaire Olivine Industries

Le Conseil international des céréales anticipe une récolte record en 2020/2021

 
ELECTRICITE

Afrique du Sud : le confinement rend possible une maintenance sans délestage

Côte d’Ivoire : 70 % des factures se règlent désormais via des outils digitaux

Sao Tomé-et-Principe : la BAD donne 12 millions € pour la transition énergétique

Côte d’Ivoire : la BAD approuve un financement de 62 millions d’euros pour l’électrification de plus de 1300 localités rurales

 
HYDROCARBURES

Nigeria : il faut désormais un permis pour se rendre sur les plateformes pétrolières en mer

Avec la chute des prix du baril, les exportateurs de pétrole de la région MENA perdront 192 milliards $ cette année

Coronavirus : la conférence Sénégal Oil & Power 2020 reportée à une date ultérieure

Bowleven va rétrocéder au Cameroun sa licence d’exploration sur le projet gazier Bomono

 
MINES

Afrique du Sud : Eastplats publie de solides résultats financiers pour l’exercice 2019

Botswana : Giyani Metals obtient le permis environnemental pour son projet Lobatse

Afrique du Sud : Rand Refinery fonctionnera à capacité réduite durant la période de confinement

Maroc : Maya Gold augmente la capacité de production de la mine Zgounder

 
TELECOM

Les Nations unies somment l’Éthiopie de rétablir l'Internet dans la région Oromo, en ces temps de Covid-19

Orange Tunisie et ses partenaires lancent plusieurs initiatives numériques pour limiter la propagation du Covid-19

L’Égypte a investi 1,9 milliard $ en 2019 pour accroître ses capacités data internationales de 30%

OneWeb, le fournisseur de connectivité Internet par satellite, déclare faillite

 
TRANSPORT

Au Niger, les agences de voyages bénéficient d’une exonération fiscale de 3 mois en raison du Covid-19

Sky Mali réceptionne son premier avion, mais reporte le démarrage de ses opérations à cause du Covid-19

La route CU9, financée à 238 millions $ par la BAD, désenclave le nord du Togo et rapproche du Burkina Faso

En raison du covid-19, l'Afrique du Sud érige une clôture de 40 km à la frontière de Beitbridge avec le Zimbabwe

 
ENTREPRENDRE

Au Nigéria, Fela Akinse fabrique des chaussures à partir de plastique recyclé

L’ivoirienne Mabre Cissé propose du miel en sachet individuel

Maroc : Le Dr Lahbib Latrach propose une solution de traitement et de réutilisation des eaux usées

Au Nigeria, AirSynQ veut limiter les actes de vandalisme sur les canalisations pour matières gazeuses

 
MULTIMEDIA

Le pharmacien camerounais Tebimosa veut produire des anticancéreux pour le marché local (Vidéo)

Retrouvez le classement de l’opacité financière des pays africains (Infographie)

Tous les ivoiriens seront désormais à l’école de la finance ! (Vidéo)

Des étudiants sénégalais fabriquent une voiture utilitaire fonctionnant comme un générateur d’énergie (Vidéo)

 
FORMATION

L'AUF propose des sites de cours en ligne pour les étudiants et enseignants africains

Le centre régional ouest-africain de YALI propose des formations en ligne pour les leaders africains

L'accélérateur Wise offre une bourse de formation aux start-up internationales dans le domaine de l’apprentissage

Togo : le concours d’entrée à l’Ecole africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme est ouvert jusqu’au 17 avril

 
COMM

MultiChoice ajoute la chaîne Africanews à ses bouquets de télévision

Afrique : les salons Discop Abidjan et Discop Johannesburg sont reportés à cause de la pandémie de coronavirus

Afrique : Agora Services et Côte Ouest vont aider les opérateurs télécoms à créer leurs propres services de VoD

Les principaux services de vidéo à la demande baissent la qualité de leur streaming pour réduire la pression sur le trafic internet