Ecofin Entrepreneur
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Xaviera Kowo, 18 ans, conceptrice d’un robot écologique

  • Date de création: 05 mai 2021 17:21

(Agence Ecofin) - Au Cameroun, la collecte et le traitement des ordures demeurent un épineux problème dans les grandes villes. Xaviera Kowo a conçu un robot de collecte de déchets qui pourrait contribuer aux efforts de salubrité. Son invention lui a déjà valu une récompense à l’international.

Xaviera Kowo (photo), une jeune programmeuse et étudiante camerounaise passionnée de robotique, a conçu un robot capable de collecter des déchets. Le dispositif équipé de roulettes ramasse automatiquement sur son passage les ordures traînant dans les espaces publics, et les dépose dans des bacs à ordures, centres de recyclages et autres lieux de traitement en un temps record.

Elle a mis au point cet appareil avec pour objectif de contribuer à l’assainissement du continent grâce à la technologie. C’est lors de la compétition internationale de robotique First Global durant laquelle elle a eu le privilège de représenter le Cameroun, que le robot a été créé. La compétition s’est tenue à Dubaï en 2019, et il fallait mettre au point des robots capables de résoudre des problèmes communautaires.

Dans les grandes villes du pays comme Douala et Yaoundé, les ordures font partie du décor de certains quartiers. Le trop-plein de déchets a amené le gouvernement à mettre fin au monopole de la structure en charge de l’hygiène et de la salubrité (Hysacam) en 2018, et à faire appel à de nouvelles entreprises. Une aubaine pour de nombreux innovateurs et start-up de recyclage.

Un robot de collecte d’ordures peut présenter un avantage pour les agents, qui pourront le laisser fonctionner en totale autonomie et effectuer d’autres tâches en parallèle. Toutefois, il pourrait avoir du mal à s’adapter à tous les environnements, à cause des routes impraticables du pays.

Le 8 mars dernier, le dispositif mis au point par Xaviera Kowo lui a valu d’être récompensé par le Prix les Margaret dans la catégorie « Junior Afrique ». À présent, la programmeuse encourage l’éducation des jeunes filles aux métiers de la technologie et de la robotique.

Aïsha Moyouzame


Aïsha MOYOUZAME