Ecofin Entrepreneur
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Les déchets de riz, véritable source de richesse au Kenya

Les déchets de riz, véritable source de richesse au Kenya
  • Date de création: 02 septembre 2021 16:27

(Agence Ecofin) - La cosse de riz, couche extérieure protégeant le grain et retirée lors du polissage, est souvent jetée ou brulée par les usines de transformation. Au Kenya, ce déchet est en train d'émerger comme un matériau à valeur ajoutée dans une variété d'applications, comme le carburant et l'engrais.

Au Kenya, la cosse de riz, autrefois considérée comme un sous-produit ou un déchet, constitue désormais une matière première pour de nombreux entrepreneurs. Transformée en panneaux de particules, en biocarburant ou en intrant agricole, elle crée de la richesse dans plusieurs secteurs économiques. Le comté de Kirinyaga, qui est l'un des plus grands producteurs de riz du Kenya, a lancé un ambitieux projet de recyclage des cosses de riz en panneaux de particules pour remplacer le bois.

1 panneau

Les panneaux, qui peuvent être utilisés pour fabriquer des meubles et d'autres types d’équipement, sont moins chers et plus denses que le contreplaqué et le bois conventionnel.

« Nous voulons créer une usine de transformation de cosses de riz à Kirinyaga, ce qui permettra de mettre plus d'argent dans les poches des agriculteurs et des autres acteurs de la chaîne de valeur, de créer des emplois pour des milliers de jeunes et de femmes, et de préserver notre environnement », a déclaré la gouverneure du comté, Ann Waiguru, sur Business Daily.

Le riz est principalement produit sous irrigation par de petits agriculteurs dans les comtés de Kirinyaga, Busia, Tana River, Kwale, Kisumu et bien d’autres. On compte environ 300 000 riziculteurs qui gagnent leur vie grâce à cette activité. Les déchets issus de la production rizicole sont volumineux et constituent un gros défi en raison de l’absence de moyens de stockage et de transformation. Leur recyclage en produits dérivés est salvateur à la fois pour l’environnement et pour l’économie locale.

2 bio

Utilisées comme biofertilisants, les cosses de riz ont la capacité d’améliorer l'aération du sol selon les scientifiques, en raison de leur teneur en potassium et en silicium. Elles permettent ainsi de réduire l’usage d’intrants, en particulier les engrais néfastes pour les plantes et pour l’atmosphère. Autre particularité, elles retiennent le dioxyde de carbone dans le sol pendant de nombreuses années. Par ailleurs, elles contribuent à réduire la coupe d'arbres pour le combustible de cuisson.

L’ONG locale Kilimo Trust travaille sur un projet pilote visant à introduire l'agriculture régénératrice par le biais de la culture durable et de la culture intercalaire, avec des légumineuses comme le niébé et le haricot vert, entre autres. Le projet soutenu par l’entreprise IKEA aborde les questions de changement climatique en réduisant l'utilisation excessive d'eau et d’intrants, et en promouvant l’adoption de pratiques rizicoles durables.

« Nous avons établi un partenariat avec les parties prenantes de la chaîne de valeur qui concevront des fourneaux utilisant la cosse de riz, ce qui réduira la coupe d'arbres pour le bois de chauffage et permettra de mieux préserver l'environnement », a précisé Anthony Mugambi, chef de l'équipe nationale de Kilimo Trust.

Alex Odundo, un entrepreneur basé dans le comté de Kisumu, transforme les déchets en richesse en fabriquant des briquettes de combustible. Il a mis au point un four spécial pour l’utilisation de biocombustible, non seulement pour un usage domestique, mais aussi dans les écoles et les hôtels.

« L'un de nos objectifs est d'essayer de promouvoir la conservation de l'environnement en réduisant l'utilisation du bois de chauffage et en augmentant celle de l'enveloppe que nous jetons normalement et que nous brûlons », explique-t-il.

Des femmes et des jeunes dans le pays se sont lancés dans la vente de la cosse de riz. Ils collectent les déchets auprès des industriels du secteur et des rizières, et les fournissent aux agriculteurs qui s’en servent comme litière ou aliments pour leurs animaux.

« Nous sommes payés des cacahuètes, car nous vendons une tonne à 200 shillings (1,82 USD), mais nous préférons nous engager dans cette activité plutôt que de rester oisifs, car comme on dit, un esprit oisif est l'atelier du diable », note l’un des jeunes.

3 riz

Sous d’autres cieux, la cosse de riz est une source d’énergie électrique. Environ 1,5 kg de cosses génère 1 kWh d’électricité. Un processus de gazéification permet en plusieurs étapes (séchage, combustion, pyrolyse et gazéification) de produire un gaz qui actionne des turbines en vue de générer du courant. Dans des pays comme la Guinée Bissau et Madagascar, des centrales de biomasse sont alimentées par ces résidus agricoles. 

Ce qui était jadis un déchet permet ainsi d'apporter plus de confort aux populations kényanes. En lui donnant une valeur économique, gouvernements et entrepreneurs changent le récit selon lequel la cosse de riz constitue un casse-tête pour les agriculteurs et les industriels.

Aïsha Moyouzame


Aïsha MOYOUZAME

Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

RDC : signature d’un plan de départ des forces de la MONUSCO d’ici 2024

Togo : avec un taux de réussite de 92%, l’expérience des Maisons de Justice sera étendue sur tout le territoire

100 millions de dollars alloués à African Parks pour préserver la biodiversité en Afrique

Centrafrique : la Banque mondiale va injecter plus de 120 millions USD pour soutenir l’économie mise à mal

 
FINANCE

Installée à Lomé, la Banque de développement du Mali se présente au patronat togolais

Fonds boursiers: la rentabilité de retour en Afrique masque des risques et fragilités

Ecobank CI : chiffres d’affaires, résultats nets et … coût du risque en hausse au premier semestre 2021

La société de paiement australienne Zip Co s’apprête à racheter la fintech sud-africaine PayFlex

 
AGRO

En faillite, l’ex-filiale de Rougier au Cameroun, prend langue avec ses créanciers alors que des ex-salariés licenciés protestent

Pr Jacques François Mavoungou : « Au Gabon comme dans la sous-région, la filière manioc est menacée par les maladies »

Hausse mondiale des coûts : construire ensemble une chaîne de valeur de la banane juste et durable (Afruibana)

Subventions mondiales à l’agriculture : la FAO appelle à un changement de paradigme

 
ELECTRICITE

Mozambique : le gouvernement met en place une réglementation sur l’accès à l’énergie hors réseau

GERD : Le Conseil de sécurité de l’ONU appelle à la poursuite des négociations avec l’Union africaine

Zimbabwe : le gouvernement demande l’aide du Mozambique et de la Zambie pour combler le déficit énergétique

Afrique du Sud : FirstRand ne financera plus de centrales à charbon

 
HYDROCARBURES

Nigéria : 11 usines de gaz de pétrole liquéfié et 2 stations-service non autorisées fermées à Abuja

Nigeria : Dangote recherche un prêt pour financer sa méga raffinerie de pétrole

Libye : le gouvernement encourage le retour dans le pays des compagnies pétrolières occidentales

Egypte : meilleurs résultats pour la société publique d’exploitation des pipelines sur l’exercice financier 2020-2021

 
MINES

Longtemps boudé pour son passé, le nucléaire revient en grâce… pour le bonheur des producteurs africains d’uranium

Guinée : le colonel Doumbouya demande plus de « contenu local » dans le secteur minier

Le Ghana signe un accord de 1,2 milliard $ avec Rocksure International pour l’exploitation de la bauxite

Ouganda : aucun gramme d’or vendu en juillet, après l’instauration d’une taxe à l’export

 
TELECOM

Alphabet a réussi à connecter les deux Congo avec l’Internet à haut débit par laser

La Gambie sollicite l'expertise du Ghana pour développer son secteur des télécoms

Orange Tunisie, avec l’appui de la Fondation Orange, lance son appel à projets Villages pour l’année 2021

L’Angola s’est mis en quête d’un partenaire pour la gestion et l’exploitation des infrastructures d’Angola Telecom

 
TRANSPORT

Gabon : Kumar Mohan nommé directeur général du Nouveau Port International d’Owendo

Le Cameroun et le Nigéria désormais reliés par un pont de 408 m

Ghana : la première certification Green Terminal décernée à Meridian Port Services du port de Tema

La compagnie américaine United Airlines revient au Nigeria après 5 ans d’absence

 
ECHO

Magazine Investir au Cameroun : le cacao camerounais à la loupe

Investisseurs & Partenaires veut apporter des solutions de financement aux PME camerounaises

Via Ovétal, la Camerounaise Diane Njoya veut populariser les essences africaines dans le cosmétique

De retour du Gabon, Didier Raoult se déclare « très impressionné » par la qualité de la prise en charge Covid

 
FORMATION

RDC : l’arrimage au LMD sera effectif à la prochaine rentrée académique

5 écoles de commerce africaines parmi les 286 meilleures au monde (classement)

Maroc : le gouvernement lance « Campus connecté », un projet pour faciliter l’enseignement à distance

Le Rwanda annonce une académie spécialisée dans les drones

 
COMM

Cap-Vert : SPI/FilmBox lance un bouquet en partenariat avec Unitel T+

Instagram propose un nouvel outil pour découvrir des entreprises

La Côte d’Ivoire annonce une subvention pour le personnel des médias à la retraite dès fin septembre

Nigeria : les autorités annoncent la fin de la suspension de Twitter pour « très bientôt »

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Rencontre avec Florence Roux, créatrice de la marque IVINDO