Ecofin Hydrocarbures
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Hydro

« En Afrique, la subvention aux carburants pénalise l'essor des énergies renouvelables »

  • Date de création: 07 septembre 2013 05:23

(Agence Ecofin) - Arborescence Capital est spécialisé dans la conception, la structuration, la mise en place, la négociation et la gestion d’instruments de financement requis par les projets d’infrastructures du secteur énergétique. Jaona Ravaloson détaille les conditions qu’un pays africain doit réunir pour permettre l’essor des énergies renouvelables.

Agence Ecofin : quelles entités accompagnez-vous généralement ?

Nous disposons d’une expérience solide en matière d’accompagnement et de conseil dans les projets promus par des entreprises, des agences gouvernementales ou des institutions internationales. Arborescence Capital a établi des partenariats avec des établissements financiers et des investisseurs, ce qui facilite les levées de fonds nécessaires. En outre, nous avons a mis en place et gérons au Luxembourg un fonds d’investissement spécialisé, Arborescence Investment, doté de différents compartiments, pouvant héberger de nouvelles unités dédiées et susceptibles de servir aux opérations de structuration financière et de levées de fonds destinés aux projets.

Agence Ecofin : Il y a maintenant une année, Arborescence Capital créait un GIE avec la compagnie nationale d’électricité de Tunisie pour développer des centrales électriques de sources renouvelables. Où en est ce GIE aujourd’hui ?

Jaona Ravaloson : Effectivement, nous avons signé avec STEG-ER, la filiale énergie renouvelable de la compagnie nationale d'électricité tunisienne, un accord de partenariat, qui constitue un des éléments de notre dispositif opérationnel sur ce marché à fort potentiel qu'est la Tunisie. Parallèlement, Arborescence Capital a créé dans ce pays une filiale spécialisée dans le développement de projets (ARB Tunisie Développement)  et lancé un fonds d'investissement (Tunisia Energy Fund, dont le gestionnaire est Amen Capital, filiale d'un des plus grands réseaux bancaires du pays, Amen Bank). L'accent est mis sur l'éolien qui est beaucoup plus concurrentiel que l'énergie solaire, compte tenu de la structure tarifaire actuelle.

Agence Ecofin : Avez-vous conclu d’autres partenariats de ce type en Afrique ?

Jaona Ravaloson : Au Tchad, nous faisons partie d'un consortium qui a signé avec Société Nationale d'Electricité et le gouvernement une convention de vente d'électricité sur une puissance à installer qui va jusqu'à 100 MW d'énergie solaire photovoltaïque.

Ailleurs, nous avons des agents et des représentants qui sillonnent le terrain. Cependant peu de pays africains disposent de cadre juridique et de schéma institutionnel permettant de réaliser, avec la sécurité requise par les investisseurs internationaux, des projets d'envergure d'énergie renouvelable. Ce qui rend difficiles les négociations et élevé le coût d'approche, alors même que les besoins sont énormes et le gisement solaire très riche.

Agence Ecofin : La réduction générale des soutiens publics à l’énergie solaire a-t-elle affecté votre activité ?

Jaona Ravaloson : En Europe, oui. Puisque l'économie des énergies renouvelables est encore très dépendante des feed-in tariffs (des prix préférentiels plus élevés que le coût moyen pondéré de production et de vente de l'électricité du réseau).

En Afrique, c'est la subvention accordée aux énergies conventionnelles (produites généralement à partir du fuel ou du gas oil) qui est pénalisante pour l'essor des énergies renouvelables. Si les énergies conventionnelles ne bénéficiaient pas de subventions, les énergies renouvelables deviendraient très compétitives et résoudraient en grande partie le déficit énergétique de nombre de pays. Sans que cela ne coûte un kopeck au budget des Etats et n'érode davantage le pouvoir d'achat des usagers. Entreprises et classe moyenne africaines accepteraient de payer le juste prix de l'électricité du réseau pour éviter les délestages et l'utilisation de groupes électrogènes de secours extrêmement coûteux.

Agence Ecofin : La garantie souveraine est-elle une condition impérative pour réussir vos montages financiers ?

Jaona Ravaloson : C'est une condition nécessaire mais pas suffisante. Le rating des débiteurs souverains africains n'est pas assez élevé et nécessite un renforcement. De plus, les modalités de mise en jeu de la garantie souveraine ne sont pas toujours optimales. Au-delà des systèmes de garantie proposés par les institutions internationales de financement du développement (MIGA de la Banque mondiale ou PRG de la Banque africaine de développement), il y a lieu de penser et de mettre en place, en coopération avec la communauté internationale, des mécanismes de garantie standardisés et packagés, facilitant l'afflux de capitaux privés vers les projets d'infrastructures en Afrique.

Agence Ecofin : Quelle(s) autre(s) condition(s) un pays africain doit-il satisfaire pour financer une centrale d'énergie renouvelable ?

Jaona Ravaloson : Les projets d'infrastructures d'énergie renouvelable peuvent être installés rapidement ont une portée immédiate et sont basés sur des technologies éprouvées et faciles à maîtriser. Cependant, ils s'amortissent sur une durée longue, au moins 20 ans. Il est donc nécessaire que les pays, et donc ses dirigeants et ses institutions, s'inscrivent dans une vision et une stratégie long terme et disposent d'un schéma directeur consensuel pour le développement de leur système énergétique.


Ecofin Electricité     


 
GESTION PUBLIQUE

Le FMI se prépare à supprimer la limite d’âge applicable au poste de directeur général de sorte à ouvrir la voie à une candidature bulgare

Rwanda: la Banque centrale envisage l'émission d'une monnaie électronique pour améliorer les transactions financières

Afrique du Sud: le gouvernement envisage de réaliser de nouvelles coupes budgétaires au cours des prochaines années

Soudan: Abdalla Hamdok devient le premier 1er ministre de l'ère post-Béchir

 
FINANCE

Afrique du Sud : l'assureur Old Mutual maintient le renvoi de son CEO malgré une décision contraire de la justice

Egypte : Banque du Caire va accorder une ligne de crédit de 34,6 millions $ à la société immobilière Inertia

Ghana : la Banque centrale proroge jusqu’en 2020, le délai accordé aux banques rurales et institutions de microfinance pour se recapitaliser

Quelles astuces pour les Institutions de Microfinance qui souhaitent réussir leur transformation digitale ?

 
AGRO

Kenya : les exportations de thé en chute de 31 % dans le mois de juin

Zimbabwe : record en vue pour les livraisons de tabac en 2019

Afrique du Sud : la production de myrtilles devrait connaître une hausse de 45% en 2019

Afrique du Sud : l’inquiétude monte dans l’industrie de la laine face à l’interdiction chinoise

 
ELECTRICITE

Le Nigeria ambitionne de connecter son réseau électrique à celui de 8 pays d’Afrique de l’Ouest

Congo-Kinshasa : la libéralisation du secteur électrique entravée par l’absence de cadre opérationnel

Egypte : Lekela a achevé la mobilisation financière de la centrale éolienne de West Bakr

RDC : Félix Tshisekedi appelle à lever le paradoxe de l’électricité, 100 GW de potentiel pour 1 GW disponible

 
MINES

Mali : vers une coentreprise entre Altus et Glomin sur les projets aurifères Lakanfla et Tabakorole

Tanzanie : Katoro Gold veut céder ses projets aurifères Imweru et Lubando

Le Mali adopte un nouveau code minier pour augmenter la contribution des mines à l’économie

L’avalanche de nouvelles sources d’approvisionnement n’augure pas d’un bon avenir pour le lithium (CRU)

 
TELECOM

Sénégal : le gouvernement investit 50 milliards FCFA pour l’aménagement numérique du territoire

Selon Gartner, les smart cities, l’IoT et les satellites en orbite basse transformeront le monde des affaires en Afrique d’ici 2029

Harriet Thompson : « la Grande-Bretagne porte un grand intérêt au secteur nigérian des TIC »

Nigeria : 693 tours télécoms menacées de destruction par la NCC, après les 7 000 de la NCAA

 
FORMATION

L’Université Senghor d’Egypte lance un cours en ligne grand public sur la paix et la sécurité en Afrique francophone

Les universités anglophones sont les plus présentes sur le Web en Afrique, selon le classement Webometrics

Tchad : 19 établissements privés de l’enseignement supérieur fermés

Le Centre pour la science et l’environnement organise deux formations sur la gestion des eaux usées en milieu urbain en Afrique du Sud

 
COMM

Afrique : l'influence chinoise croissante sur le paysage médiatique ouvre un nouveau champ de bataille avec les USA

Warner Music confie le marketing digital de sa filiale sud-africaine à l’agence locale Flume

MultiChoice baisse les prix de ses bouquets de télévision pour résister à Netflix

L'Algérie expulse Ahmed Benchemsi de Human Rights Watch

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hydrocarbures