Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Les femmes et la « gig economy » digitale : mêmes problèmes, mêmes inégalités

« Le travail indépendant me donne la flexibilité dont j’ai besoin, mais pas l’argent que je mérite… » « Le travail indépendant me donne la flexibilité dont j’ai besoin, mais pas l’argent que je mérite… »
  • Date de création: 22 mai 2020 21:31

(MICROSAVE CONSULTING) - Dans un monde de plus en plus digital, où des technologies qui n’étaient que fiction il y a dix ans sont aujourd’hui une réalité, l’innovation a considérablement favorisé la participation des femmes à la prestation de services réalisée au moyen de plateformes digitales. Ce phénomène a donné naissance à la « gig economy » (ou « économie à la tâche »), un écosystème qui permet aux travailleurs salariés ou non-salariés de se procurer des revenus dans le cadre d’emplois temporaires, surnommés « gigs ».

Voir aussi le webinaire : Développer des concepts de produits d'assurance et de micro-assurance pour la "gig économie", l'exemple de Lynk au Kenya

La gig economy digitale s’est rapidement imposée en Afrique et continue d’être source de nouvelles opportunités pour les jeunes et les femmes. Research ICTAfrica estime qu’à fin 2018, il existait 277plateformes digitales uniques pour le seul continent africain, utilisées par près de 5 millions de travailleurs indépendants. Certaines plateformes digitales fonctionnent au niveau international, comme Airbnb, Uber ou Jumia, et couvrent de multiples marchés. D’autres sont plus locales et restent axées sur leur marché d’origine, comme par exemple Sendyet Lynkau Kenya, goDroppingau Ghana ou Gokadaau Nigeria.

La dynamique du genre dans l’économie du travail indépendant

Des études  récentes [1] de MSC au Kenya font ressortir une participation croissante des femmes à la gig economy, notamment en ce qui concerne les emplois peu qualifiés. Les plateformes émergentes permettent aux femmes d’accepter des missions temporaires et de mieux gérer leur temps. La flexibilité du travail à la tâche permet aux femmes de proposer des services qui correspondent à leurs compétences et d’organiser leur temps de travail en fonction de leur disponibilité. On observe néanmoins qu’elles sont davantage présentes dans les emplois traditionnellement féminins, comme par exemple la coiffure, l’esthétique ou le ménage. Les femmes prennent ces emplois en raison de leur connaissance de ces professions, de leur réticence à prendre des risques et du poids des normes sociales. Les hommes qui participent à la gig economy travaillent plus souvent comme livreur, travailleur de chantier, chauffeur ou réparateur à domicile.

Une analyse comportementale de ces travailleurs à la tâche fait ressortir d’importantes différences entre les motivations des hommes et des femmes.

 3 in les femmes et la gig economy digitale memes problemes memes inegalites

Cet aspect prédispose vraisemblablement (et injustement) les hommes à profiter de façon plus lucrative des emplois offerts sur les plateformes digitales. Nous avons étudié certaines des raisons de ce fossé entre hommes et femmes et souhaitons proposer des mesures pour le combler.

Les femmes se heurtent à des difficultés spécifiques lorsqu’elles utilisent des plateformes en ligne pour rechercher du travail et commercialiser leurs produits et leurs services. Dans beaucoup d’économies émergentes, l’accès aux appareils numériques qui permettent d’accéder à ces plateformes est traditionnellement inégal entre hommes et femmes.Les plateformes de travail indépendant du Kenya, comme par exemple Littlecab, un service de chauffeur privé, ou Sendy, une société de courses à domicile, exigent une disponibilité de 24h/24 pour offrir des services. La disponibilité des femmes sur les plateformes d’emploi en ligne qui exigent une présence physique est limitée par les besoins de leur famille. Sur la plupart de ces plateformes, le nombre d’heures que les travailleurs indépendants enregistrent influence leur notation, ce qui peut en retour avoir un impact négatif sur le niveau relatif de leur disponibilité supposée. Les femmes décrochent ainsi moins de missions sur les plateformes qui affectent les propositions de travail en fonction des notations d’utilisateurs, lesquelles sont influencées par le niveau de présence sur la plateforme.

Les travailleuses indépendantes et les clientes sont également exposées à des risques accrus dans le cadre des contrats qui impliquent une présence physique. Les clientes manifestent par exemple un souci de sécurité plus important lorsqu’elles réservent des services de chauffeur privé en ligne. Les travailleuses indépendantes font état de situations de harcèlement sexuel et sont donc moins enclines à servir des clients de sexe masculin, surtout en dehors des heures de travail habituelles. Une travailleuse indépendante qui offre des services d’esthétique et de soins à domicile indique ainsi dans le cadre d’un entretien que les « exigences excessives » de clients masculins l’ont amenée à éviter les demandes de services émanant de la clientèle masculine.

Comme dans les entreprises, les femmes ont du mal à obtenir le même niveau de revenus que les hommes sur ces plateformes. On observe qu’elles se montrent plus souples dans leur tarification et qu’elles sont davantage susceptibles d’être sous-payées sur les plateformes de travail en ligne, y compris pour des missions de travail plus qualifié, au point parfois de ne pas couvrir leurs frais. Les entrepreneuses en ligne qui facturent des tarifs comparables à ceux des hommes décrochent souvent moins de contrats que ces derniers. Un système dans lequel les femmes facturent moins que leurs homologues masculins conduit à une dévalorisation des services qu’elles proposent.

Même lorsqu’elles arrivent à surmonter ces difficultés, les travailleuses indépendantes qui utilisent les plateformes digitales n’obtiennent souvent pas suffisamment de travail ou finissent par abandonner complètement le système.

Comment encourager la participation des femmes à la « gig economy » ?

Plusieurs mesures pourraient être envisagées par les parties prenantes pour résoudre ces problèmes et encourager une participation continue des femmes. Certaines plateformes ont déjà adopté des mesures proactives dans ce sens.

Certaines plateformes offrent la possibilité aux utilisateurs et aux prestataires de services de choisir avec qui ils souhaitent travailler. Bolt, une application de services de chauffeur privé présente dans plusieurs pays d’Afrique, autorise par exemple ses clientes à choisir des chauffeurs de sexe féminin et inversement. AnNisaest une application de chauffeur privé axée sur les femmes, qui est gérée par des femmes et sert uniquement une clientèle féminine.

Certaines plateformes ont mis en place des tarifs standards pour garantir une rémunération correcte de leurs prestataires de services. Les plateformes pourraient également mettre en place des algorithmes qui favorisent une tarification uniforme et conduisent les utilisateurs à choisir des prestataires uniquement sur la base de leurs notations respectives. Elles pourraient aussi envisager de permettre aux clients de donner leur avis sur la qualité des services fournis et d’utiliser ces avis pour noter les prestataires présents sur la plateforme. Une notation plus élevée permettrait ainsi aux prestataires concernés de demander des tarifs plus élevés plutôt que de s’aligner sur la tarification standard de la plateforme.

Autonomiser les femmes grâce à une participation accrue à lagig economy

En plus de leur offrir davantage d’opportunités d’emploi et de revenus, la participation des femmes à la gig economy digitale leur permet également de se créer un historique professionnel en ligne, ainsi qu’un historique financier dans de nombreux cas. Les données ainsi générées pourraient permettre aux établissements financiers de concevoir des produits et services adaptéspour améliorer la gestion des finances et des risques de ces travailleuses. Lorsqu’elles accèdent à l’indépendance financière, les femmes acquièrent un pouvoir de décision plus important, ce qui permet d’accroître leur autonomisation économique.

Nous avons ainsi un moyen de tourner la « gig economy » à leur avantage.

Nancy Kiarie, Edward Obiko, Anup Singh.

[1]À paraître

logomsc 


 
FINANCE

Covid-19 : 54% des directeurs financiers de sociétés africaines craignent jusqu’à 50% de baisse des chiffres d’affaires

African Guarantee Fund apporte une réponse aux impacts économiques du COVID-19

En réponse au coronavirus, le FMI a déjà augmenté la dette de l'Afrique de 13 milliards $ supplémentaires

HSBC et la SFI mobilisent 474 millions $ pour l’adaptation au changement climatique dans les pays en voie de développement

 
AGRO

Cargill va mettre en place une traçabilité complète de sa chaîne d’approvisionnement de cacao au Cameroun

Kenya : l’industrie floricole reprend progressivement ses activités

Afrique du Sud : la volaille américaine poursuit sa percée

Criquets pèlerins : la Banque mondiale apporte un soutien de 500 millions $ aux pays affectés

 
ELECTRICITE

Kenya : cinq entreprises encore en lice pour la construction de la centrale géothermique d’Olkaria VI (140 MW)

Djibouti : le gouvernement valide la construction de la centrale solaire de Bara (30 MW)

Le Niger recadre l'attribution des licences dans le secteur de l'énergie électrique

EIG Global Energy Partners crée un fonds de 1,1 milliard $ pour le développement des énergies renouvelables

 
HYDROCARBURES

Les producteurs nigérians de baryte accusent les compagnies pétrolières de sabotage économique

Côte d’Ivoire : PGS publie les résultats d’une étude sismique améliorée du bloc pétrolier CI-706

Afrique du Sud : Sasol s’attend à une baisse d’au moins 20 % de ses bénéfices pour l’ensemble de l’année

Selon un juge londonien, l’Angleterre n’est pas compétente pour statuer sur l’affaire OPL 245

 
MINES

Zambie : Volt Resources acquiert un nouveau projet aurifère pour 4 millions de dollars

Ghana : Golden Star place 60 employés en quarantaine après la découverte de deux cas positifs au coronavirus

Botswana : Galileo Resources finalise l’acquisition de plusieurs actifs de cuivre

Namibie : Deep South publie une « solide » évaluation économique préliminaire pour le projet de cuivre Haib

 
TELECOM

Le Rwanda se dote d’une agence spatiale dont l’entrée en service est prévue pour juillet

Zambie : MTN injecte 9,8 millions $ dans la mise à niveau de son réseau

Afrique du Sud : Naspers investit 100 millions de rands dans l'agritech

L’Angola accorde à Africell la 4e licence mobile du pays

 
TRANSPORT

Le Rwanda va injecter 152 millions de dollars pour soutenir la compagnie aérienne nationale

Air France relance ses vols commerciaux vers le Cameroun dès le 25 mai

L’Angola et la Chine signent l’addenda au contrat de construction du nouvel aéroport international de Luanda

Le Cameroun automatise 14 de ses 44 postes de péage routier

 
ENTREPRENDRE

Une start-up nigériane réussit à réaliser 1 million de dollars de revenus avec l’exportation de déchets plastiques

Au Gabon, une jeune entrepreneure réussit à créer une start-up de jus de fruits avec 25 000 FCFA

Côte d’Ivoire, Rita Dro installe des mini-bibliothèques dans les rues pour promouvoir la culture littéraire

La Gabonaise Imoni Romba fait de la confiture d’oseille de Guinée, une plante d’Afrique Centrale et Occidentale

 
MULTIMEDIA

A la rencontre de René Téwou, entrepreneur et évangéliste de l'exode citadin (Vidéo)

Un dispositif automatique de lavage des mains made in Cameroun (Vidéo)

Le marché de la tomate au Nigéria - (Infographie)

Le Bénin est le premier producteur africain de coton - (Infographie)

 
FORMATION

Maroc : inauguration de la première académie virtuelle dans le domaine de la santé

Guinée : INTEGRA lance un programme de formation en ligne pour 200 jeunes

Tchad : l’UNESCO forme les enseignants-chercheurs à l’ingénierie pédagogique en ligne

Tunisie : Gomycode et Tunisia Jobs lancent le programme « Re-skill, Up-skill » pour former 2000 développeurs

 
COMM

Sénégal : une minisérie prend le pari de sensibiliser la population sur la pandémie

Afrique francophone subsaharienne : le Discop va organiser un marché virtuel pour les acteurs du secteur audiovisuel de la région

Un fonds d’aide à la presse divise les journalistes gabonais

Afrique du Sud : l'éditeur musical Sheer Music Publishing racheté