Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

UEMOA : la BCEAO conteste un rapport de FINACTU sur l’impact des accords de Bâle III sur le système bancaire dans la zone

  • Date de création: 19 décembre 2018 16:37

(Agence Ecofin) - Par la voie de sa chargée de la réglementation bancaire à la Direction de la Stabilité financière, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), Yaye Aminata Seck Mbow, a fortement contesté un rapport que vient de publier le cabinet FINACTU concernant l’impact de la mise en œuvre des accords de Bâle sur le système bancaire de la zone franc.

C’était à l’occasion de la conférence de présentation du rapport intitulé « Mille milliards FCFA ! Avis de tempête sur les banques de la zone franc » et réalisé par le cabinet FINACTU, le mardi 18 décembre à Abidjan.

En effet, ce rapport estime que plus de 1000 milliards FCFA (environ 1,7 milliard $) seront nécessaires aux 179 banques implantées dans la zone franc pour se conformer aux nouvelles normes prudentielles prescrites par les accords de Bâle III. Ceci à raison de 744 milliards FCFA (environ 1,3 milliard $) pour la zone UEMOA et environ 300 milliards FCFA (environ 521 millions $) pour la zone CEMAC.

Concernant particulièrement la zone UEMOA, ce sont plus de 69% des banques qui seraient touchées par les nouvelles exigences de Bâle III, selon le rapport. Parmi elles, toutes les banques présentes dans un seul pays seraient appelées à disparaitre, juge FINACTU.

« L’application de Bâle III risque d’être fatale aux banques mono-pays (présentes dans un seul pays : NDLR) au profit de grands groupes bancaires, surtout africains », estime Géraldine Mermoux, Directrice générale associée du cabinet FINACTU.

Une situation qui, selon le rapport, va forcer le marché bancaire de la zone à plus de « concentration et de consolidation ».

En plus de voir un bon nombre d’acteurs du secteur bancaire disparaitre, le rapport estime les banques vont devoir se réinventer avec plus de « stratégie », en se tournant vers des activités plus rentables et qui « consomment moins de capitaux propres », tout en « optimisant les frais généraux ».

« Un agenda caché » selon la BCEAO

Présente lors de la présentation de ce rapport, la chargée de la réglementation bancaire à la Direction de la Stabilité financière de la BCEAO, Yaye Aminata Seck Mbow, a ouvertement taxé ce rapport de « mensonger ». Dénonçant au passage « un agenda caché » en vue de semer la panique dans le système bancaire de l’UEMOA au profit de certains groupes bancaires internationaux.

« Les rédacteurs de ce rapport ont fait la preuve d’une méconnaissance totale de ce qui est Bâle III », a-t-elle renchérit.

Yaye Aminata Seck Mbow a, par ailleurs, soutenu que la méthodologie utilisée pour la rédaction de ce rapport était totalement mauvaise. Avec en plus des données utilisées qui sont purement « fausses » puisque se basant sur les données publiques des banques à fin 2016, avec certaines approximations.

Elle s’est, en outre, insurgée contre les informations contenues dans le rapport concernant la situation réelle des banques internationales, ou encore d’origine marocaines, présentes dans l’UEMOA. « Savez-vous que certaines banques nationales ont des fonds propres plus importants que des banques internationales d’origine marocaine et européenne présente dans notre zone ? Il est donc totalement erroné de dire que toutes les banques mono-pays sont appelées à disparaitre », a-t-elle révélé.

La chargée de la réglementation bancaire à la Direction de la Stabilité financière de la BCEAO a, par ailleurs, précisé que la BCEAO a mené une série d’études auprès des banques de l’Union afin d’évaluer le véritable impact des mesures prudentielles édictées par Bâle III. Et les résultats de cette étude qui « se base sur des données plus fiables » a permis à l’institution de prendre les mesures idoines pour la sauvegarde et la stabilité du système bancaire de l’UEMOA.

Poursuivant, Yaye Aminata Seck Mbow, a estimé que, contrairement à d’autres pays tels que le Ghana, le Nigeria et même le Maroc où se situe le siège de FINACTU, la BCEAO avait adopté des mesures prudentielles beaucoup moins contraignantes en tenant compte des « réalités de notre zone ».

« Je ne comprends donc pas pourquoi FINACTU qui a son siège à Casablanca ne s’intéresse pas à l’impact de Bâle III sur le système bancaire marocain où les ratios de solvabilité réglementaire sont plus élevés que dans l’UEMOA, et préfère venir créer la panique dans notre zone », s’est-elle indignée.

Nous reviendrons la semaine prochaine plus en détail sur ce rapport de FINACTU et les griefs exprimés par la BCEAO.

Borgia Kobri


Ecofin Gestion Publique     




 
FINANCE

Nigeria : African Capital Alliance réalise sa sortie sur un investissement immobilier, en s'offrant un rendement de 25,6% en dollars américains

Une entité fondée par le milliardaire George Soros, a soutenu Cepheus Growth Capital Partners avec un apport de 10 millions $

BGFIBank gagne la bataille judiciaire contre E-Doley

La BAD finalise un engagement de 12,5 millions d’euros au profit des PME d’Afrique de l’Ouest francophone

 
AGRO

Afrique du Sud : la province de Mpumalanga veut attirer 277 millions $ dans l’agriculture

Lesotho : l’industrie du mohair reprend ses activités après plus d’un an de blocage

Cameroun : le gouvernement va réduire les importations de blé et de malt qui ont coûté au pays 149 milliards de FCFA en 2018

Nigeria : Kano allouera 10 000 hectares de terres irrigables à la tomate durant la saison sèche 2019

 
ELECTRICITE

Nigeria : la Banque mondiale alloue 3 milliards $ pour l’extension du réseau de transmission

Sahel : l’Alliance Sahel ambitionne de doubler le taux d’électrification de la région en 3 ans

Côte d’Ivoire : accord d’assistance technique de la SFI pour l’étude de faisabilité de deux centrales solaires de 30 MW

Afrique du Sud : la stratégie énergétique nationale (IRP) enfin adoptée !

 
HYDROCARBURES

Le Nigeria première victime du vol de pétrole à travers le monde (Etude)

Shell prévoit de vendre ses actifs d’exploration dans le désert occidental égyptien

En 2020, Total se dotera d’un navire ravitailleur au GNL

Saudi Aramco reporte le lancement de sa première cotation boursière, la plus importante de l’histoire

 
MINES

Ghana : la mine Asanko atteint une production record au troisième trimestre

Tanzanie : l’Etat et Barrick créent une nouvelle entité pour gérer les mines Bulyanhulu, North Mara et Buzwagi

Togo : la Société Générale des Mines exploitera le gisement de manganèse de Nayéga

Mozambique : des licenciements en vue à la mine de graphite Balama

 
TELECOM

Le Congo bientôt doté d’une stratégie nationale d’e-santé

Vodacom Best of the Best Class 2019 : voici les 12 candidats retenus pour cette édition

Angola : ITA a investi près de 7 millions $ dans son nouveau centre de données inauguré le 16 octobre

L’américain SpaceX veut porter à 42 000 le nombre de ses mini-satellites à déployer autour de la terre

 
FORMATION

Ghana : l’enseignement du français bientôt obligatoire dans les écoles

L’Unesco et la Chine signent un accord en vue de soutenir la formation des enseignants en Afrique

Le programme sur la gouvernance et le développement en Afrique ouvre les candidatures pour 2020

La faible qualité de la formation en Afrique prépare mal les jeunes pour le marché du travail (Rapport)

 
COMM

Nigeria : lancement prochain du premier rapport analysant l’impact des publicités audiovisuelles

Tunisie : le régulateur de l’audiovisuel lance une brigade anti-infox

Nigeria : des versions locales des émissions The Voice seront bientôt diffusées

Liberia : les autorités envoient les forces de l’ordre fermer la radio Roots FM

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance