ENTETE PUB ECOFIN Gestion

Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

UEMOA : la BCEAO conteste un rapport de FINACTU sur l’impact des accords de Bâle III sur le système bancaire dans la zone

  • Date de création: 19 décembre 2018 16:37

(Agence Ecofin) - Par la voie de sa chargée de la réglementation bancaire à la Direction de la Stabilité financière, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), Yaye Aminata Seck Mbow, a fortement contesté un rapport que vient de publier le cabinet FINACTU concernant l’impact de la mise en œuvre des accords de Bâle sur le système bancaire de la zone franc.

C’était à l’occasion de la conférence de présentation du rapport intitulé « Mille milliards FCFA ! Avis de tempête sur les banques de la zone franc » et réalisé par le cabinet FINACTU, le mardi 18 décembre à Abidjan.

En effet, ce rapport estime que plus de 1000 milliards FCFA (environ 1,7 milliard $) seront nécessaires aux 179 banques implantées dans la zone franc pour se conformer aux nouvelles normes prudentielles prescrites par les accords de Bâle III. Ceci à raison de 744 milliards FCFA (environ 1,3 milliard $) pour la zone UEMOA et environ 300 milliards FCFA (environ 521 millions $) pour la zone CEMAC.

Concernant particulièrement la zone UEMOA, ce sont plus de 69% des banques qui seraient touchées par les nouvelles exigences de Bâle III, selon le rapport. Parmi elles, toutes les banques présentes dans un seul pays seraient appelées à disparaitre, juge FINACTU.

« L’application de Bâle III risque d’être fatale aux banques mono-pays (présentes dans un seul pays : NDLR) au profit de grands groupes bancaires, surtout africains », estime Géraldine Mermoux, Directrice générale associée du cabinet FINACTU.

Une situation qui, selon le rapport, va forcer le marché bancaire de la zone à plus de « concentration et de consolidation ».

En plus de voir un bon nombre d’acteurs du secteur bancaire disparaitre, le rapport estime les banques vont devoir se réinventer avec plus de « stratégie », en se tournant vers des activités plus rentables et qui « consomment moins de capitaux propres », tout en « optimisant les frais généraux ».

« Un agenda caché » selon la BCEAO

Présente lors de la présentation de ce rapport, la chargée de la réglementation bancaire à la Direction de la Stabilité financière de la BCEAO, Yaye Aminata Seck Mbow, a ouvertement taxé ce rapport de « mensonger ». Dénonçant au passage « un agenda caché » en vue de semer la panique dans le système bancaire de l’UEMOA au profit de certains groupes bancaires internationaux.

« Les rédacteurs de ce rapport ont fait la preuve d’une méconnaissance totale de ce qui est Bâle III », a-t-elle renchérit.

Yaye Aminata Seck Mbow a, par ailleurs, soutenu que la méthodologie utilisée pour la rédaction de ce rapport était totalement mauvaise. Avec en plus des données utilisées qui sont purement « fausses » puisque se basant sur les données publiques des banques à fin 2016, avec certaines approximations.

Elle s’est, en outre, insurgée contre les informations contenues dans le rapport concernant la situation réelle des banques internationales, ou encore d’origine marocaines, présentes dans l’UEMOA. « Savez-vous que certaines banques nationales ont des fonds propres plus importants que des banques internationales d’origine marocaine et européenne présente dans notre zone ? Il est donc totalement erroné de dire que toutes les banques mono-pays sont appelées à disparaitre », a-t-elle révélé.

La chargée de la réglementation bancaire à la Direction de la Stabilité financière de la BCEAO a, par ailleurs, précisé que la BCEAO a mené une série d’études auprès des banques de l’Union afin d’évaluer le véritable impact des mesures prudentielles édictées par Bâle III. Et les résultats de cette étude qui « se base sur des données plus fiables » a permis à l’institution de prendre les mesures idoines pour la sauvegarde et la stabilité du système bancaire de l’UEMOA.

Poursuivant, Yaye Aminata Seck Mbow, a estimé que, contrairement à d’autres pays tels que le Ghana, le Nigeria et même le Maroc où se situe le siège de FINACTU, la BCEAO avait adopté des mesures prudentielles beaucoup moins contraignantes en tenant compte des « réalités de notre zone ».

« Je ne comprends donc pas pourquoi FINACTU qui a son siège à Casablanca ne s’intéresse pas à l’impact de Bâle III sur le système bancaire marocain où les ratios de solvabilité réglementaire sont plus élevés que dans l’UEMOA, et préfère venir créer la panique dans notre zone », s’est-elle indignée.

Nous reviendrons la semaine prochaine plus en détail sur ce rapport de FINACTU et les griefs exprimés par la BCEAO.

Borgia Kobri


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Pioneer Foods a connu une hausse record sur le JSE, après l’annonce de l’offre de rachat à 1,8 milliard $ de PepsiCo

La BAD approuve un accord de partenariat avec Attijariwafa bank pour développer le commerce en Afrique

Kenya : Credit Bank va soutenir des PME grâce à un appui de 8 millions $ de la BAD

InsuResilience Investment Fund va acquérir 39,25 % de parts dans le capital d’un assureur nigérian

 
AGRO

Tunisie : la BAD va débloquer un prêt de 25 millions d’euros en faveur des filières agricoles à Zaghouan

Agroalimentaire : le sud-africain Pioneer Foods dans le viseur de l’américan PepsiCo

Kenya : les importations de sucre repartent à la hausse sur le premier semestre 2019

Sénégal : la BAD octroie 60 millions d’euros à un projet de « valorisation des eaux » pour le développement des chaînes de valeur agricoles

 
ELECTRICITE

Mozambique : des consultants recherchés pour la mise en place de 60 MW

Zimbabwe : en pleine crise énergétique, la ZESA envisage d’augmenter le tarif électrique

Le Gabon réduira le thermique au profit de l’hydroélectricité et ajoutera 500 MW en trois ans

Proparco, IFC et la BEI financent la construction de deux nouvelles centrales solaires au Sénégal dans le cadre du programme Scaling Solar

 
HYDROCARBURES

Le Nigeria consacrera à l’Inde 10 % de ses exportations de pétrole pour l’aider à répondre à sa demande croissante

Congo : le gouvernement ouvre au marché un bloc pétrolier situé au cœur d'un parc animalier sensible

La CEDEAO prépare une politique commune de développement et d’approvisionnement en produits pétroliers

Congo : AAOG réalise une levée de fonds pour poursuivre sa campagne de développement du champ Tilapia

 
MINES

Botswana : le deuxième plus gros diamant non taillé de l’histoire s’appelle Sewelô

Tanzanie : Acacia Mining accepte une nouvelle offre de rachat de Barrick

L’Angola veut privatiser sa compagnie de diamants Endiama

Burkina Faso : Roxgold en bonne voie pour atteindre son objectif de production pour 2019 à Yaramoko

 
TELECOM

Le marché télécoms d’Afrique subsaharienne s’est enrichi de 20 millions de nouveaux abonnés en 2018 et a généré plus de 144 milliards $

Le Ghana s’est doté d’une infrastructure à clés publiques d’une valeur de 4 millions $

Afrique du Sud : Vodacom a officiellement investi le segment de l’IoT en lançant ses produits grand public sur le marché

MTN Côte d’Ivoire et l’Ambassade d’Afrique du Sud célèbrent le 10ème anniversaire de la journée internationale Nelson Mandela

 
FORMATION

Les pays anglophones ont capté 80% des investissements privés dans le secteur de l'éducation en Afrique entre 2012 et 2019

Algérie : Petrofac inaugure un centre de formations aux métiers de l’ingénierie pétrolière

Le gouvernement algérien met à la disposition des jeunes camerounais 30 bourses dans le domaine de la formation professionnelle

L’Inde lance un programme de bourses pour les étudiants des pays étrangers, dont plusieurs d’Afrique

 
COMM

La Gambie va passer à la télévision numérique en 2020

Liberté de la presse : le Tanzanien Maxence Melo Mubyazi récompensé par le Comité pour la protection des journalistes

Tchad : les réseaux sociaux sont de nouveau accessibles

Seychelles : les autorités s’engagent à protéger la liberté de la presse

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance