Kenya: les banques s'attendent à une croissance du crédit en 2019, grâce à une augmentation des emprunts des consommateurs (Banque Centrale)

Kenya: les banques s'attendent à une croissance du crédit en 2019, grâce à une augmentation des emprunts des consommateurs (Banque Centrale)

(Agence Ecofin) - Le secteur bancaire kényan s’attend à une hausse du crédit en 2019, a-t-on appris cette semaine du rapport de la Banque centrale sur la perception du marché (« Market Perception Survey »), édition janvier 2019.

Le document indique que les banques commerciales s’attendent à augmenter leur volume de prêts pendant les deux premiers mois de l’année 2019, une tendance prévue pour se maintenir jusqu’à la fin de l’année, malgré la loi sur le plafonnement des taux d’intérêt.

Cette croissance du crédit devrait être tirée par une augmentation des emprunts des consommateurs, qui devraient majoritairement alimenter une demande de prêts liés à l’éducation.

Le secteur privé devrait également enregistrer une croissance de sa demande de crédit, en raison d’une hausse prévue des investissements, stimulée par des taux d’intérêt bas, la stabilité de l’environnement politique et les opportunités économiques offertes par le programme « Big 4 Agenda » du gouvernement.

Cette croissance du crédit devrait s’accompagner d’une inflation maîtrisée durant toute l’année grâce à « des conditions météorologiques favorables et de faibles prix des denrées alimentaires, la baisse du coût de l'électricité, le faible niveau des prix internationaux du pétrole et la stabilité du shilling ».

Ce regain d’optimisme de la part des banques commerciales intervient après une baisse significative des crédits accordés aux particuliers et aux PME, consécutive à la loi sur le plafonnement des taux d’intérêt, adoptée en 2016 par le gouvernement.

Fin janvier dernier, la banque centrale avait annoncé le maintien de son principal taux directeur à 9%, pour la troisième fois consécutive depuis le mois de septembre.

D’un autre côté, l’étude indique que l’offre de crédit reste limitée par « le plafonnement des taux d'intérêt et l'incapacité qui en résulte de fixer efficacement les prix du risque » alors que les banques semblent de plus en plus se tourner vers des prêts à revenus élevés, mais à risques moindres.

Pour rappel, le « Market Perception Survey »  de la banque centrale kényane est un rapport bimestriel issu d’une enquête réalisée auprès de plus de 377 entreprises privées intervenant au Kenya dans les secteurs bancaires et non bancaires.

Moutiou Adjibi Nourou


Ecofin Gestion Publique