ENTETE PUB ECOFIN Gestion

Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

L’intégration régionale, point focal des rapports de la BAD sur les perspectives économiques en Afrique centrale et sur le continent

  • Date de création: 03 avril 2019 19:35

(BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT) - La Banque africaine de développement a procédé, mercredi 3 avril 2019 à Yaoundé, au Cameroun, au lancement de l’édition 2019 des rapports sur les perspectives économiques régionales, en Afrique centrale (PER) d’une part, et sur l’ensemble de l’Afrique (PEA) d’autre part.

L’événement était placé sous la présidence du ministre camerounais chargé du Plan et gouverneur de la Banque, Paul Tasong (photo), entouré de hauts responsables gouvernementaux, d’organisations régionales, de partenaires au développement, de la société civile et du secteur privé.

Paul Tasong a salué l’initiative de la Banque, dont les rapports mettent en évidence les défis économiques et sociaux à relever en Afrique centrale, tout en présentant des recommandations précises pour améliorer les performances de la région.

Le directeur général de la Banque pour l’Afrique centrale, Ousmane Doré, « qui dressent les performances et les perspectives économiques aussi bien de la région que du continent ». Il ajoutera : «Les commentaires reçus des participants vont enrichir les débats sur l’intégration, un des piliers des High5».

Le Responsable-pays, Solomane Koné, a quant à lui, souhaité la bienvenue au Cameroun, soulignant la pertinence des rapports, qui « informeront davantage les autorités du pays sur nos opérations à la Banque ».

La thématique véhiculée par ces deux rapports complémentaires, porte sur : « L’intégration régionale ». Le Rapport sur les perspectives économiques régionales, porte plus spécifiquement sur le rôle de l’intégration dans la réduction des facteurs fragilité, à travers la transformation structurelle des économies de l’Afrique centrale.

Les rapports examinent les évolutions macroéconomiques récentes en Afrique et dans la région d’Afrique centrale, et en dégage les perspectives à court terme pour les années 2019 et 2020. Ils exposent l’état d’avancement de l’intégration régionale et la situation de fragilité dans cette région, couvrant sept (7) pays – Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine, République démocratique du Congo et Tchad.

Dans son exposé sur les perspectives économiques en Afrique, Ferdinand Bakoup, directeur p.i du département économies-pays à la Banque, a souligné qu’une «intégration régionale effective en Afrique permettrait de stimuler l’essor des marchés nationaux au niveau continental, d’accroitre les flux commerciaux et d’investissements, d’atténuer les déficiences institutionnelles et infrastructurelles et d’impulser une transformation structurelle».

Le rapport sur les perspectives régionales, quant à  lui, indique, qu’en 2018, la région Afrique centrale a connu une accélération de la croissance comparativement à 2017, avec un taux moyen de 2,2% contre 1,1% en 2017. La croissance économique de la région a été principalement soutenue par le rebond observé des prix des matières premières, principalement le pétrole.

Dans son exposé, Hervé Lohoues, économiste régional en chef pour l’Afrique centrale, fait observer que les perspectives de croissance indiquent des hausses attendues du PIB réel de 3,6% et 3,5%, en 2019 et 2020 respectivement. «Pour la réalisation de ces projections, la région dispose d’opportunités dont elle pourrait profiter, notamment la croissance de l’économie mondiale, la hausse des prix du pétrole, les réformes macroéconomiques engagées dans les pays de la région et ses richesses naturelles,» explique-t-il. Et d’ajouter que : «En revanche, la région devra aussi relever certains défis, entre autres, la situation sécuritaire, le besoin de diversification des économies, l’amélioration du climat des affaires et de la gouvernance, ainsi que le développement du capital humain ».

La fragilité de l’Afrique centrale est caractérisée par un contexte sécuritaire volatile et une instabilité politique, résultant de l’éclatement de plusieurs conflits multiformes, notamment pour le contrôle des richesses naturelles. Ces conflits ont été exacerbés par la faible capacité des Etats à faire face aux problèmes d’insécurité et de reconstruction, le niveau élevé de pauvreté des populations et le déficit de gouvernance.

Dans la perspective souhaitée de transformation structurelle soutenue par l’intégration régionale, l’Afrique centrale pourrait s’appuyer, selon les rapports, sur les piliers suivants : réduire la fragilité et renforcer la résilience ; accélérer la diversification économique des États membres pour réduire la fragilité induite par les chocs exogènes ; développer le système financier pour promouvoir la finance inclusive et l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Il s’agit également de renforcer l’état de droit, la connectivité des infrastructures d’énergie, de transport et de TIC. Autre point important, la mutualisation des forces entre États dans la formation du capital humain et la valorisation de leurs avantages comparatifs mais aussi l’accélération des conditions de mise en œuvre de la future zone de libre-échange continentale (ZLEC).

Un panel de discussions a permis aux responsables de la Banque, responsables ministériels et représentants d’organisations sous-régionales de partager leurs expériences, d’enrichir les débats sur les deux rapports et de répondre aux questions de la presse.

26556 in Agency trade finance BAD 


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Afrique du Sud : le rand continue sa résistance face au dollar, soutenu par la conviction d'une baisse future des taux aux Etats-Unis

Zambie : Stanbic Bank recevra un prêt de 15 millions $ de la SFI pour soutenir des PME dirigées par des femmes

La Banque européenne d'investissement envisage d'investir 33,7 millions $ dans des PME en Angola

Le britannique AgDevCo annoncé dans un investissement dans le secteur agroalimentaire en Tanzanie

 
AGRO

L’Inde maintiendra ses subventions au secteur sucrier malgré les griefs du Brésil et de l’Australie

Algérie : le gouvernement suspend le responsable de l’OAIC pour des soupçons de corruption

Afrique du Sud : Tongaat Hulett négocie un gel des paiements de dettes à 10 créanciers

LA FAO sonne l’alerte sur la progression de la faim dans le monde en 2018

 
ELECTRICITE

Algérie : le renouvelable et le nucléaire à la rescousse pour réduire la dépendance au gaz

Zimbabwe : Power Ventures propose de construire une centrale solaire de 107 MW à Chidome

Egypte : des développeurs indépendants désireux d’implanter 2 150 MW de centrales éoliennes

Tunisie : un nouvel appel d’offres pour la mise en place de 107 MW de centrales solaires

 
HYDROCARBURES

Mauritanie : Expro remporte un contrat pour mettre hors service le champ pétrolier Chinguetti II

Ghana : un ancien patron de la GNPC soulève le manque de transparence dans les récents accords de GNL

Nigeria : la NNPC publie des lettres d’attribution des nouveaux swaps pétroliers

Afrique du Sud : une politique énergétique de plus en plus tournée vers le gaz naturel

 
MINES

Botswana : Kavango acquiert une nouvelle licence de prospection à Ditau

Tanzanie : la durée de vie de la mine New Luika prolongée jusqu’en 2025

Namibie : la mine d’uranium Rössing est désormais une propriété chinoise

Afrique du Sud : MC Mining obtient un financement de 245 millions de rands pour le projet Makhado

 
TELECOM

Ouganda : la taxe sur les réseaux sociaux n’a généré que 17,4 % de la somme annuelle escomptée en 2018

Zimbabwe: le ministre des télécoms demande aux ambassadeurs de vendre la vision TIC du pays à l’étranger

Ghana : 2000 coupures de fibre optique et 600 vols d’équipements, seulement pour le 1er semestre 2019

Rapport de TM Forum sur le processus d’appel d’offres : vers la fin d’un système obsolète ?

 
FORMATION

La Fondation Mondiale contre la Faim propose des bourses aux jeunes Africains dans le domaine de l'alimentation et de l'agroalimentaire

L’Université inter-Etat Cameroun-Congo va ouvrir ses portes en octobre 2019

Maroc : le gouvernement lance une plateforme de formation en ligne

L’Afrique doit former 300 000 personnes chaque année jusqu'en 2023 pour combler son déficit en ingénieurs (Etienne Ehouan Ehilé)

 
COMM

Tchad : les réseaux sociaux sont de nouveau accessibles

Seychelles : les autorités s’engagent à protéger la liberté de la presse

Sénégal : l’université virtuelle proposera bientôt une formation pour les professionnels africains des médias

Données personnelles : le régulateur américain de la concurrence inflige une amende de 5 milliards de dollars à Facebook

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance