Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

L’intégration régionale, point focal des rapports de la BAD sur les perspectives économiques en Afrique centrale et sur le continent

L’intégration régionale, point focal des rapports de la BAD sur les perspectives économiques en Afrique centrale et sur le continent
  • Date de création: 03 avril 2019 19:35

(BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT) - La Banque africaine de développement a procédé, mercredi 3 avril 2019 à Yaoundé, au Cameroun, au lancement de l’édition 2019 des rapports sur les perspectives économiques régionales, en Afrique centrale (PER) d’une part, et sur l’ensemble de l’Afrique (PEA) d’autre part.

L’événement était placé sous la présidence du ministre camerounais chargé du Plan et gouverneur de la Banque, Paul Tasong (photo), entouré de hauts responsables gouvernementaux, d’organisations régionales, de partenaires au développement, de la société civile et du secteur privé.

Paul Tasong a salué l’initiative de la Banque, dont les rapports mettent en évidence les défis économiques et sociaux à relever en Afrique centrale, tout en présentant des recommandations précises pour améliorer les performances de la région.

Le directeur général de la Banque pour l’Afrique centrale, Ousmane Doré, « qui dressent les performances et les perspectives économiques aussi bien de la région que du continent ». Il ajoutera : «Les commentaires reçus des participants vont enrichir les débats sur l’intégration, un des piliers des High5».

Le Responsable-pays, Solomane Koné, a quant à lui, souhaité la bienvenue au Cameroun, soulignant la pertinence des rapports, qui « informeront davantage les autorités du pays sur nos opérations à la Banque ».

La thématique véhiculée par ces deux rapports complémentaires, porte sur : « L’intégration régionale ». Le Rapport sur les perspectives économiques régionales, porte plus spécifiquement sur le rôle de l’intégration dans la réduction des facteurs fragilité, à travers la transformation structurelle des économies de l’Afrique centrale.

Les rapports examinent les évolutions macroéconomiques récentes en Afrique et dans la région d’Afrique centrale, et en dégage les perspectives à court terme pour les années 2019 et 2020. Ils exposent l’état d’avancement de l’intégration régionale et la situation de fragilité dans cette région, couvrant sept (7) pays – Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine, République démocratique du Congo et Tchad.

Dans son exposé sur les perspectives économiques en Afrique, Ferdinand Bakoup, directeur p.i du département économies-pays à la Banque, a souligné qu’une «intégration régionale effective en Afrique permettrait de stimuler l’essor des marchés nationaux au niveau continental, d’accroitre les flux commerciaux et d’investissements, d’atténuer les déficiences institutionnelles et infrastructurelles et d’impulser une transformation structurelle».

Le rapport sur les perspectives régionales, quant à  lui, indique, qu’en 2018, la région Afrique centrale a connu une accélération de la croissance comparativement à 2017, avec un taux moyen de 2,2% contre 1,1% en 2017. La croissance économique de la région a été principalement soutenue par le rebond observé des prix des matières premières, principalement le pétrole.

Dans son exposé, Hervé Lohoues, économiste régional en chef pour l’Afrique centrale, fait observer que les perspectives de croissance indiquent des hausses attendues du PIB réel de 3,6% et 3,5%, en 2019 et 2020 respectivement. «Pour la réalisation de ces projections, la région dispose d’opportunités dont elle pourrait profiter, notamment la croissance de l’économie mondiale, la hausse des prix du pétrole, les réformes macroéconomiques engagées dans les pays de la région et ses richesses naturelles,» explique-t-il. Et d’ajouter que : «En revanche, la région devra aussi relever certains défis, entre autres, la situation sécuritaire, le besoin de diversification des économies, l’amélioration du climat des affaires et de la gouvernance, ainsi que le développement du capital humain ».

La fragilité de l’Afrique centrale est caractérisée par un contexte sécuritaire volatile et une instabilité politique, résultant de l’éclatement de plusieurs conflits multiformes, notamment pour le contrôle des richesses naturelles. Ces conflits ont été exacerbés par la faible capacité des Etats à faire face aux problèmes d’insécurité et de reconstruction, le niveau élevé de pauvreté des populations et le déficit de gouvernance.

Dans la perspective souhaitée de transformation structurelle soutenue par l’intégration régionale, l’Afrique centrale pourrait s’appuyer, selon les rapports, sur les piliers suivants : réduire la fragilité et renforcer la résilience ; accélérer la diversification économique des États membres pour réduire la fragilité induite par les chocs exogènes ; développer le système financier pour promouvoir la finance inclusive et l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Il s’agit également de renforcer l’état de droit, la connectivité des infrastructures d’énergie, de transport et de TIC. Autre point important, la mutualisation des forces entre États dans la formation du capital humain et la valorisation de leurs avantages comparatifs mais aussi l’accélération des conditions de mise en œuvre de la future zone de libre-échange continentale (ZLEC).

Un panel de discussions a permis aux responsables de la Banque, responsables ministériels et représentants d’organisations sous-régionales de partager leurs expériences, d’enrichir les débats sur les deux rapports et de répondre aux questions de la presse.

26556 in Agency trade finance BAD 


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Marché financier régional : l’emprunt obligataire du Mali souscrit près de 4 fois

Tunisie: baisse de 20,2% du bénéfice de la banque islamique Zitouna en 2018, à 5,3 millions $

Maroc: l’équipementier automobile canadien Magna International entame la construction d’une usine à Kénitra

La BRVM lance officiellement la diffusion de ses informations boursières sur la plateforme Refinitiv de Thomson Reuters

 
AGRO

Kenya Breweries pourrait accroître le prix de la bière Tusker si la pression fiscale augmente

Maroc : trois barrages seront édifiés dans le Nord afin d'améliorer l’approvisionnement en eau

Afrique du Sud : l’industrie bovine retrouve l’accès à 10 marchés d’exportation

Afrique du Sud : la perspective d’augmentation des droits de douane sur la volaille inquiète

 
ELECTRICITE

Egypte : une centrale solaire de 600 MW sera construite à l’Ouest du Nil selon le système des enchères

Nigeria : un tarif électrique reflétant les coûts est nécessaire pour plus d’investissements privés

Namibie : la libéralisation du secteur électrique sera effective dès septembre 2019  

Tanzanie : la puissance électrique sera multipliée par six, passant de 1 602 MW à 10 000 MW, d’ici à 2025

 
HYDROCARBURES

Sénégal / Mauritanie : Black & Veatch reçoit le top pour doter le FLNG Gimi de la technologie de liquéfaction PRICO

Algérie : le président par intérim limoge le patron de la société publique du pétrole et du gaz

Les perspectives de croissance du marché global du raffinage pétrolier s’appuient énormément sur la raffinerie de Dangote

L’ALSF accompagne le Rwanda dans la construction d’une centrale de 56 MW avec le méthane du lac Kivu

 
MINES

Lutte contre le travail des enfants dans les mines : BMW veut acheter son cobalt directement d’Australie et du Maroc

Egypte : la mine Sukari en bonne voie pour atteindre ses objectifs de production annuelle

Guinée : Alufer veut augmenter à 10 millions de tonnes la production annuelle de Bel Air

Côte d’Ivoire : le gouvernement octroie une licence d’exploration à IronRidge pour l’or de Zaranou

 
TELECOM

Botswana : Econet Group veut introduire Mascom sur la bourse cette année  

Tunisie: le régulateur télécoms a initié une étude pour déterminer si le pays est prêt pour la 5G

Egypte: LG Electronics a discuté avec le ministre des Télécoms d’une éventuelle contribution à la fabrication locale de tablettes numériques

Nigeria : 7000 tours télécoms menacées de destruction par la NCAA pour défaut de licence

 
COMM

Afrobytes IV : le 15 mai à la Station F, à Paris, 6 marchés africains seront présentés à l’écosystème mondial de la tech

Côte d’Ivoire : les autorités prévoient d'arrêter l’émission du signal analogique le 17 juin 2020

Contenu local africain : vers la naissance d’un modèle ougandais ?

Afrique subsaharienne : la CAF attribue les droits de diffusion en clair de la CAN 2019 à l’Union africaine de radiodiffusion

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance