Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Subventions mondiales à l’agriculture : la FAO appelle à un changement de paradigme

Subventions mondiales à l’agriculture : la FAO appelle à un changement de paradigme
  • Date de création: 17 septembre 2021 16:34

(Agence Ecofin) - Dans le monde, l’agriculture fournit environ 4 % du PIB. Si jusqu’ici, ce secteur vital permet de nourrir une population globale en hausse, grâce des appuis financiers importants des gouvernements, les modes de production sont de plus en plus questionnés avec l’émergence des préoccupations environnementales et sociales. Dans son nouveau rapport « Multi-billion opportunity : Repurposing agriculural support to transform food systems », publié le 14 septembre dernier avec la PNUD et le PNUE, la FAO plaide pour une refonte totale des soutiens publics pour qu’ils répondent aux besoins des systèmes alimentaires.   

Des ressources financières préjudiciables à l’environnement et à la sécurité alimentaire

540 milliards $. C’est le montant alloué chaque année dans le monde par les gouvernements aux exploitants agricoles. Cette enveloppe considérable représente, d’après le rapport, près de 15 % de la valeur commerciale de la production agricole totale. Elle est principalement répartie entre les nations développées (pays de Union européenne, USA et Japon notamment) et les grandes économies émergentes comme la Chine, le Brésil, l’Argentine, l’Inde ou encore l’Indonésie.

Si un soutien budgétaire à l’agriculture reste crucial en raison de son importance dans plusieurs régions du monde, la FAO estime qu’actuellement, une grande partie de ce montant sert à financer des mesures qui génèrent des dommages environnementaux et nuisent à la sécurité alimentaire mondiale. 

Il s’agit principalement des mesures de soutien des prix du marché intérieur (permettant de gonfler artificiellement les prix des produits agricoles) qui ont totalisé 294 milliards $ et les paiements liés à la production ou à l’utilisation d’intrants sans contraintes (245 milliards $).

Concrètement, selon l’organisation onusienne, ces dispositions incitent les exploitants à accroître leur production indépendamment des coûts réels qui sont gommés par les subventions et par conséquent participent à l’aggravation des pressions sur les sols, la biodiversité et l’eau. 

Ces dispositions incitent les exploitants à accroître leur production indépendamment des coûts réels qui sont gommés par les subventions et par conséquent participent à l’aggravation des pressions sur les sols, la biodiversité et l’eau.

En outre, les soutiens ne sont pas équitables dans la mesure où ils sont essentiellement distribués en fonction du niveau de productivité des exploitants et favorisent donc les gros acteurs au détriment des producteurs à faibles revenus.

D’après la FAO, les produits comme le sucre, le riz, le lait, la viande de bœuf reçoivent les aides publiques les plus importantes dans le monde, malgré leur forte empreinte écologique et leur contribution au changement climatique. 

Selon le rapport, seulement 110 milliards $ sont consacrés dans le monde aux services d'intérêt général fournis à l’agriculture sous forme d’investissements publics dans la recherche développement et les infrastructures, des composantes essentielles pour atteindre la sécurité alimentaire.

Repenser urgemment les politiques de soutien agricole

Avec la nécessité de satisfaire la demande croissante en produits alimentaires dans les prochaines années, les gouvernements augmenteront encore le montant des subventions au secteur agricole. A l’horizon 2030, la FAO indique que les dépenses publiques en faveur du secteur devraient ainsi plus que tripler en s’élevant à 1,7 trillion de dollars. Dans un tel contexte, l’organisation onusienne estime qu’il est impératif de revoir les politiques de soutien agricole afin qu’elle contribue à la résolution des défis auxquels sont confrontés les systèmes alimentaires. Il s’agit notamment d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle d’une population mondiale croissante tout en assurant une durabilité des écosystèmes. 

Il est impératif de revoir les politiques de soutien agricole afin qu’elles contribuent à la résolution des défis auxquels sont confrontés les systèmes alimentaires. Il s’agit notamment d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle d’une population mondiale croissante tout en assurant une durabilité des écosystèmes. 

Face à ces enjeux importants, la FAO préconise notamment une réforme plus en profondeur des soutiens publics en allant au-delà des versements aux producteurs individuels.

Selon l’organisation, il faudrait en lieu et place, adopter une approche multipartite qui intègre tous les acteurs non seulement de la chaîne de production comme les petits producteurs et les femmes mais aussi les dimensions nutritionnelle et d’accessibilité à la nourriture.

Ce dernier aspect est particulièrement important dans la mesure où, dans la plupart des pays du monde, l’insécurité alimentaire est surtout liée à la pauvreté et au manque d’accès à la nourriture des populations. 

En réorientant les soutiens sous forme de mesures macroéconomiques et commerciales qui améliorent les revenus, la disponibilité alimentaire ainsi que la qualité des produits, le rapport estime que les gouvernements pourront faire des progrès dans l’atteinte des objectifs de réduction de la faim sous toutes ses formes d’ici 2030.

Pour la FAO, il est aussi essentiel de maintenir à des niveaux importants, les investissements publics dans la recherche-développement agricole ainsi que dans les infrastructures de transport et de stockage pour conserver la valeur nutritionnelle des produits et gérer les denrées   périssables riches en nutriments.

Espoir Olodo

Espoir Olodo


Espoir OLODO

 
GESTION PUBLIQUE

Le Mozambique obtient 6,4 millions $ de la Banque mondiale pour la réduction de ses émissions de CO2

Après l’Océanie, l’Afrique est le continent où les IDE ont le moins progressé dans le monde au 1er semestre 2021 (Etude)

Mozambique : l’Espagne accorde 47 millions d'euros pour la réalisation de projets de développement

Afrique du Sud : les pays riches doivent augmenter le financement au climat pour renforcer la résilience climatique

 
FINANCE

United Bank for Africa a traîné Credit Suisse en justice, au sujet du scandale du Mozambique

TLG Capital investit au sein de la néobanque nigériane FairMoney

Après la levée de 1,8 million $, la plateforme de logistique nigériane Sendbox vise l’Afrique de l’Ouest et de l’Est

Tunisie : la Banque nationale agricole devient l’actionnaire majoritaire d’AMI Assurances

 
ELECTRICITE

Qair et STOA lancent une plateforme d’investissement dans les énergies renouvelables en Afrique

Egypte : Orascom, Engie et Toyota s’allient pour construire une centrale éolienne de 500 MW dans le golfe de Suez

EDF Pulse Africa Tour : EDF rencontrera les candidats camerounais ce mardi 19 octobre à Douala

Le français Bouygues livre les lignes de transport du projet hydroélectrique de Nachtigal, au Cameroun

 
HYDROCARBURES

Le Nigeria dissout trois agences de régulation du secteur pétrolier

Shearwater GeoServices décroche un contrat d’exploration sismique 3D en Afrique du Sud

Egypte : SDX lance une campagne de forage de 12 puits sur les champs pétrolifères de Meseda et Rabul

Le prince Harry s’oppose à la campagne de forages pétroliers dans le bassin de Kavango en Namibie

 
MINES

Egypte : Centamin enregistre une baisse de production et des revenus au troisième trimestre 2021

La performance au troisième trimestre pousse B2Gold à augmenter ses prévisions de production d’or en 2021

La mine lesothane Letšeng livre deux nouveaux diamants blancs de plus de 100 carats

Guinée : le financement obtenu, la première coulée d’or à Kouroussa est attendue pour mi-2023

 
TELECOM

Afrique du Sud : MTN et Vodacom rejoignent Telkom en justice pour empêcher le retrait du spectre télécoms provisoire

L’Egypte prépare actuellement le cadre légal pour les fréquences et licences 5G (Ericsson MENA)

Congo : Yves Castanou, DG de Congo Telecom, en quête de partenaires financiers pour développer l’opérateur public

Le Rwanda a introduit une requête auprès de l’UIT pour déployer une constellation 327 320 nano-satellites

 
TRANSPORT

Ghana : le Japon alloue une subvention de 35,5 millions $ pour financer des routes dans la capitale et le centre du pays

L’opérationnalisation d’Air Congo, la compagnie aérienne en gestation entre Ethiopian Airlines et la RDC, se précise

8,5 % des conteneurs servant aux expéditions maritimes mondiales demeurent bloqués dans les ports (Banque mondiale)

Bolloré Ports s’équipe de tracteurs électriques pour Freetown Terminal

 
ENTREPRENDRE

Lyn Kerubo, 16 ans et fermière au Kenya

Virunga Origins, du chocolat contre la guerre à l’Est de la RDC

Mymanu Click, les écouteurs sans fil de Danny Manu qui traduisent en temps réel

La Camerounaise Anastasie Obama, spécialiste des crevettes fumées, reconnue ‘’Food Hero’’ par la FAO

 
ECHO

63,89% des 767 milliards USD échangés par mobile money dans le monde en 2020 étaient en Afrique subsaharienne

Production cotonnière au Bénin : l’évolution sur la décennie 2010-2020

Avec du papier, l’Ivoirienne Mylène Amon réalise des tableaux d’art

Trike, le projet de pendulaire du Nigérien Nouhou Green

 
FORMATION

Le fonds de réserve de l’université de Harvard dépasse les 50 milliards $

La BVMAC annonce la création d’une école de la bourse au Cameroun

Niger : 382 jeunes femmes formés dans plusieurs métiers dans la région de Zinder

Sikul, la plateforme gabonaise veut introduire l'e-learning au pré-primaire et au primaire.

 
COMM

Sportfive obtient les droits médias et de sponsoring des Jeux africains de 2023 et 2027

Afrique : pour la première fois, Netflix hausse ses prix pour une autre raison que les fluctuations de devises

Ghana : la Ghana Broadcasting Corporation forme une partie du personnel du service de radiodiffusion libérien

Clap de fin pour un opérateur clé du piratage de contenu audiovisuel francophone au Maroc

Avec 200 000 FCFA, cet Ivoirien construit un business autour de l’aulacodiculture