L’irrésistible ascension africaine de Viettel, l’opérateur de l’armée vietnamienne

(Ecofin Hebdo)


Au début, c’était le Mozambique, un an plus tard le Cameroun. Depuis, plus rien ne l’arrête. En quelques années, Viettel Mobile, le groupe vietnamien de téléphonie mobile, s’est fait une place sur un marché africain de la téléphonie mobile riche de plusieurs millions d’utilisateurs.

 

Viettel, déjà engagé dans plusieurs projets en Afrique

Créé en 2004 par le gouvernement vietnamien, Viettel Mobile est un groupe de téléphonie mobile qui opère non seulement au Vietnam, où il est le leader du secteur, mais aussi sur d’autres marchés émergents en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique. Présent sur ce dernier continent depuis près de six ans, le groupe, qui appartient de fait à l’armée vietnamienne, intervient aujourd’hui via ses filiales, au sud, au centre et à l’est.

 

3 hotesses viettel

Le groupe a pour objectif d’enregistrer un milliard d’abonnés à l’horizon 2020.

Movitel au Mozambique

Le 10 janvier 2011, Viettel Mobile a acquis sa licence d’opérateur mobile pour la somme de 28 millions de dollars, après avoir remporté, le 5 octobre 2010, l’offre lancée par le gouvernement. Viettel Mobile a devancé TMM, filiale de la compagnie Portugal Telecom, et UNI-Telecom, partenariat commercial entre l’Angolais Unitel SA et le Mozambicain Energy Capital SA. Devenu ainsi le troisième opérateur mobile du pays, dans le sillage de Vodacom et de Mcel, le groupe lance ses activités sous le nom de Movitel en mai 2012.

 

movitel ville

Viettel détient 70% de Movitel.

Movitel est une joint-venture (entreprise commune) dans laquelle Viettel détient 70% des actifs aux côtés des sociétés mozambicaines SPI et Invespar, qui possèdent respectivement les 20% et 10% des actifs restants.

Pour percer sur le marché mozambicain, l’entreprise a misé sur le potentiel inexploré que représentaient les zones rurales. Cette stratégie s’est avérée payante, puisque le groupe détient, selon certaines estimations, jusqu’à 80% du marché de la téléphonie mobile dans certaines zones rurales du Mozambique. Si Movitel a pu ainsi toucher des consommateurs ruraux, jusque-là non desservis, grâce à cette méthode, selon certains experts, la compagnie a aussi attiré certains utilisateurs des opérateurs traditionnels Vodacom et Mcel en raison de sa meilleure couverture du territoire mozambicain.

Le groupe a en effet déployé, depuis 2012, un réseau constitué de plus de 27 000 km de câbles de fibre optique, soit 70% du réseau global de fibre optique présent au Mozambique. Par ailleurs, le groupe revendique la construction de 3400 stations de base (BTS) de téléphonie mobile 3G et 4G, soit plus de 50% du total des stations BTS du pays.

 

Movitel zones rurales

Pour percer sur le marché, Viettel a investi les zones rurales délaissées par les grands opérateurs.

Au 31 décembre 2016, selon les dernières données publiées par l’Institut national des communications de Mozambique (INCM), Movitel était le premier opérateur de téléphonie mobile au Mozambique avec 9 253 490 abonnés sur un total de 19 205 158 abonnés total que compte le pays. Soit 48% part de marché. L’opérateur couvre 80% du territoire national et 95% des villages du pays. Les revenus générés par la filiale au 3ème trimestre 2017 s’élevaient à 8 349 306 dollars US.

 

Nexttel au Cameroun

Au Cameroun, Viettel a remporté, au début du mois de décembre 2012, l’appel d’offres pour l’établissement et l’exploitation d’un réseau de communications électroniques mobiles de troisième génération à la suite d’une compétition avec Bharti Airtel, Maroc Telecom et TSI.

 

cameroun nexttel

Le premier opérateur à déployer la 3G au Cameroun.

Le groupe devenait ainsi le premier opérateur à déployer la technologie 3G au Cameroun. L’entreprise opère dans le pays grâce à sa filiale Nexttel, qu’elle contrôle à 70%, contre 30% pour l’entreprise camerounaise Bestcam. Ayant prévu de lancer Nexttel en janvier 2014, la filiale sera finalement inaugurée le 18 septembre 2014 à cause de problèmes logistiques et administratifs.

Après neuf mois d’activités, au début de mai 2015, Nexttel comptait environ 2 millions d’abonnés.

Après neuf mois d’activités, au début de mai 2015, Nexttel comptait environ 2 millions d’abonnés. Selon les estimations, le groupe aurait investi près de 200 milliards FCFA pour le développement d’un réseau aujourd’hui constitué de 2500 stations BTS et de 8000 km de fibre optique. Ces investissements lui ont permis de couvrir les dix régions du Cameroun et environ 95% des zones habitées avec son réseau mobile 3G. Viettel Mobile est devenu le troisième opérateur du pays en termes de marché (4,66%), derrière MTN Cameroun (57,04%) et Orange Cameroun (36,83%). Il réclame déjà 4,2 millions d’abonnés.
D’après les résultats financiers du 3ème trimestre 2017 publiés par le groupe, les activités de Nexttel lui ont permis de dégager un revenu global de 8 457 592 dollars.

 

Halotel en Tanzanie

Autorisé à lancer ses services 3G en 2011, Viettel mobile a intégré le très concurrentiel marché tanzanien des télécoms comme septième opérateur le 15 octobre 2015. Opérant sous la marque Halotel, il y a retrouvé des concurrents comme Vodacom, Airtel, Tigo, Zantel, Smart et TTCL.

 

Halotel CA

Premier opérateur du pays à déployer son propre réseau de fibre optique dans les 26 régions que compte le
pays.

Capitalisant sur un taux de pénétration mobile proche de 80% et fidèle à sa stratégie orientée vers les zones rurales, le groupe vietnamien est devenu le premier opérateur du pays à déployer son propre réseau de fibre optique dans les 26 régions que compte le pays. Ce réseau, d’une envergure de 18 000 km, lui a permis de toucher 95% de la population vivant aussi bien en zones urbaines qu’en zones rurales. Soit 3,5 millions d’abonnés pour 9% de part de marché.

Dans les zones rurales, le groupe qui est désormais quatrième du marché en termes de clients a raccordé 3000 villages autrefois sans accès mobile à son réseau, qui compte aujourd’hui plus de 5000 stations BTS. Au total, les investissements du groupe dans la construction d’infrastructures et l’installation de son réseau sont évalués à plus de 736 millions de dollars.

D’après le groupe, ces investissements ont permis de créer 2000 emplois directs et environ 20 000 emplois indirects. Le groupe a enregistré, au cours du 3ème trimestre 2017, un revenu estimé à 10 198 287 dollars.

Dans les zones rurales, le groupe qui est désormais quatrième du marché en termes de clients a raccordé 3000 villages autrefois sans accès mobile à son réseau, qui compte aujourd’hui plus de 5000 stations BTS.

Coté perspectives, le groupe prévoit de porter le nombre de villages couverts par son réseau à 4000 d’ici 2018, soit 70% du nombre total de villages que compte le pays.

 

Lumitel au Burundi

Lancé en juin 2015, Lumitel, a été le premier opérateur à offrir, à partir du 24 février 2016, la technologie 4G LTE (Long Term Evolution). Lumitel est devenu le premier opérateur téléphonique du Burundi, avec 1,3 million d'abonnés, grâce à l’installation de 1000 stations de base et d’un réseau de fibre optique de 5000 km soutenu par la transmission à fibre optique nationale.

 

Lumitel

Lumitel couvre 90% de la population burundaise et six des 18 provinces que compte le pays.

Le groupe Viettel a ainsi damé le pion à certains opérateurs comme Smart Mobile, Econet, Onatel Mobile et Africa Cellulaire (TEMPO). Par ailleurs, Lumitel couvre 90% de la population burundaise et six des 18 provinces que compte le pays. Le revenu lié à ses activités dans le pays est estimé à 3 982 731 dollars pour le compte du 3ème trimestre 2017.

 

Plusieurs autres pays africains dans le viseur

Porté par son succès dans ces nombreux pays, Viettel Mobile nourrit d’autres ambitions sur le continent africain. « Nous croyons que nous pouvons réussir dans les marchés africains », estime Tao Duc Thang, le directeur de Viettel Global, l’instrument d’investissement de Viettel. Le dirigeant explique que les pays africains disposent d’un énorme potentiel pour accroître le taux d’utilisation des TIC, d’autant plus que la densité d’utilisateurs des services de télécommunication est encore faible. Dans cette logique, Viettel s’est déjà lancé à la conquête de nouveaux marchés sur le continent.

Au Burkina Faso, il serait actuellement le seul groupe télécom candidat à l’attribution de la quatrième licence mobile.

En Côte d’Ivoire, Viettel a tenté d’acquérir la quatrième licence de téléphonie mobile, mais il a été supplanté par le groupe libyen LPTIC basé à Chypre.

Au Kenya, Viettel avait dévoilé son intention d’acquérir 70% de Telkom Kenya avant de se retirer au profit de la société de capital-investissement Helios Investment Partners.

La société a aussi des visées sur le Nigeria.

Par ailleurs, selon M. Thang, le groupe mènerait actuellement des études de marché dans plusieurs autres pays d’Afrique comme le Swaziland, l’Ouganda, le Rwanda, l’Ethiopie et Madagascar.

Au plan mondial, Viettel ne cache pas non plus ses ambitions. Le groupe a pour objectif d’enregistrer un milliard d’abonnés à l’horizon 2020. « L’objectif est que d’ici 2020, Viettel devienne une entreprise internationale faisant partie des plus grandes compagnies du monde », soutient Tong Viet Trung, vice-président de Viettel.

 

Muriel Edjo

muriel edjo

Les secteurs de l'Agence
Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo