Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Au Nigeria, le secteur de l’anacarde avance sans boussole

  • Date de création: 09 avril 2021 17:02

(Agence Ecofin) - Au Nigeria, la filière noix de cajou est l’une des principales contributrices aux recettes d’exportation agricole. Alors qu’elle affiche un important potentiel de croissance et de création d’emplois, l’industrie fait face à de nombreux vents contraires qui freinent son décollage. Décryptage. 

Produisant en moyenne 200 000 tonnes par an de noix de cajou, le Nigeria occupe la 6e place dans l’approvisionnement international. Avec l’augmentation de la demande mondiale et sa meilleure attractivité commerciale, l’anacarde est devenu l’une des principales cultures de rente du pays depuis quelques années. La filière compte ainsi parmi les principales sources de devises du pays, hors hydrocarbures.

1 anacardeL’anacarde est devenu l’une des principales cultures de rente du pays depuis quelques années.

En 2017, les exportations d’or gris ont généré 144,7 milliards de nairas (380 millions $) occupant ainsi le second poste dans le secteur agricole derrière le cacao en termes de recettes générées, selon les données de l’Association nationale de la noix de cajou (NCAN). Sur le plan social, la filière a également un poids considérable fournissant des moyens d’existence à plus de 900 000 personnes réparties dans les 19 Etats de production. Si globalement, tous les acteurs s’accordent sur l’importance du secteur pour l’économie nigériane, la filière ne jouit pas toutefois de l’attention qu’elle mérite…

Une négligence chronique du gouvernement

Aujourd’hui, la question de savoir dans quelle direction va la filière anacarde nigériane reste sans réponse claire en dépit des différents discours volontaristes des autorités. Si les initiatives ont été nombreuses ces dernières années, elles n’ont pas été vraiment opérationnelles et le flou persiste. A l’heure actuelle, il est très difficile pour les parties prenantes d’avoir une idée précise de la stratégie de développement du secteur.

La faute à l’absence d’une véritable politique nationale du gouvernement posant les bases des orientations stratégiques à moyen ou long terme. Ce manque de lisibilité plombe les décisions d’investissements dans des segments stratégiques comme la transformation génératrice de valeur ajoutée où les mesures incitatives publiques sont particulièrement requises.

Ce manque de lisibilité plombe les décisions d’investissements dans des segments stratégiques comme la transformation génératrice de valeur ajoutée où les mesures incitatives publiques sont particulièrement requises.

Cette situation est aggravée par l’absence de l’Etat dans la plupart des axes capables d’impulser un développement de la filière. En effet, le gouvernement n’a pas encore le contrôle du système de commercialisation intérieure des noix de cajou ; ce qui entretient la volatilité des prix perçus par les producteurs qui doivent composer avec les fluctuations des cours mondiaux.

2 nadisL’un des maux qui minent l’évolution du secteur est la faible structuration.

De plus, le manque d’encadrement agricole et l’accès insuffisant des producteurs au matériel végétal performant limitent d’autant plus la progression des rendements que le verger anacardier est vieillissant et plus vulnérable aux maladies.

Par ailleurs, l’absence d’un système efficace de contrôle de la qualité conduit à une décote du produit sur le marché mondial ; ce qui nuit à la réputation de la noix de cajou nigériane.

Par ailleurs, l’absence d’un système efficace de contrôle de la qualité conduit à une décote du produit sur le marché mondial ; ce qui nuit à la réputation de la noix de cajou nigériane.

Au-delà de ces problèmes structurels, l’un des maux qui minent l’évolution du secteur est la faible structuration. Actuellement, la NCAN est la seule organisation-cadre chargée de réguler la filière. Si elle essaie tant bien que mal de s’attaquer aux nombreuses contraintes dans la filière, la réalité est qu’elle ne pourra pas mener toutes les batailles pour faire émerger le secteur sans un véritable soutien du gouvernement.

Des réformes urgentes

Pour le Nigeria, l’implication des autorités dans la filière reste cruciale alors que l’industrie connaît un véritable boom au plan mondial et ne semble pas connaître la crise. Une meilleure considération de la filière serait salutaire pour le pays dans la mesure où elle a déjà accumulé des retards par rapport à d’autres pays de la sous-région. Il est clair que le Nigeria dispose du potentiel pour compter parmi les poids lourds du secteur, mais la valorisation de cet atout exige des politiques internes suffisamment stables. Elle requiert aussi que le gouvernement joue un rôle plus actif dans la construction d’un véritable cadre institutionnel pour les réformes dans le secteur, de la production à la commercialisation en passant par la transformation.

 

Il est clair que le Nigeria dispose du potentiel pour compter parmi les poids lourds du secteur, mais la valorisation de cet atout exige des politiques internes suffisamment stables.

Le pays pourrait notamment s’inspirer des exemples de la Côte d’Ivoire et du Ghana qui ont réussi à mettre sur pied des institutions pour gouverner leurs filières. La Côte d’Ivoire a notamment fait office de pionnier dans la réforme du secteur depuis quelques années, avec la mise sur pied du Conseil du coton et de l’anacarde (CCA) qui a pour but le suivi, la régulation et le développement de la filière anacarde. Le Ghana dispose quant à lui d’un Conseil du cajou.

Espoir Olodo

Espoir Olodo



 
GESTION PUBLIQUE

La Côte d'Ivoire s'est dotée d'un nouveau Centre hospitalier régional de plus de 53 millions $ à Aboisso

L'adaptation en Afrique subsaharienne nécessitera un investissement de 30 à 50 milliards $ par an (FMI)

Mali : le gouvernement affirme n'avoir mandaté personne pour négocier avec les leaders de groupes armés terroristes

Le financement de l'adaptation au changement climatique sera très rentable en Afrique (Banque mondiale)

 
FINANCE

Afrique subsaharienne : Citigroup affiche une stratégie payante sur le marché de la dette, mais...

La fintech nigériane Brass lève 1,7 million $ pour son expansion au Kenya et en Afrique du Sud, d’ici 2022

Togo : la BOAD apporte 20 milliards FCFA au développement de la Plateforme Industrielle d’Adetikopé

Afrique subsaharienne : la banque d'investissement a déjà généré des revenus records de 387,5 millions $ en 9 mois

 
ELECTRICITE

Nigeria : la France alloue 60 millions € aux énergies renouvelables

Sénégal : l’ITFC accorde 116 millions $ à la Senelec pour le développement du secteur de l’énergie

Afrique du Sud : Eskom cherche des partenaires privés qui utiliseront ses terres pour la production d’énergie renouvelable

Le Zimbabwe envisage la gazéification par plasma des déchets municipaux comme source d’énergie alternative

 
HYDROCARBURES

Congo-Brazzaville : le gouvernement table sur une augmentation de 13% des recettes pétrolières en 2022

Gambie : PetroNor bénéficie d’une prolongation d’une année sur la licence d’exploration A4

Gabon : « 100% de l’électricité qui alimente la ville de Port-Gentil est produite à base du gaz de torche » (Yann Yangari)

Tchad : Exxon Mobil suspend la production du champ de Doba suite aux protestations des travailleurs

 
MINES

Rio Tinto va consacrer 7,5 milliards $ jusqu’en 2030, à la réduction de son empreinte carbone

Le Brazil Africa Forum 2021, centré sur les ressources naturelles et les actions urgentes pour parvenir à un développement durable.

Agyapa Royalties : le Ghana indique une voie pour mieux valoriser les ressources minières africaines

Garantir l’approvisionnement mondial en cuivre nécessitera davantage de volonté politique (Freeport-McMoRan)

 
TELECOM

Les Togolais pourront bientôt migrer d'un opérateur télécoms à un autre sans changer de numéro

Comment la politique des fréquences radio peut contribuer à lutter contre le changement climatique

Angola : Africell a investi dans un centre de données qui soutiendra l’ensemble de ses activités télécoms

La stratégie de Huawei pour renforcer la connectivité et insuffler une nouvelle dynamique de croissance

 
TRANSPORT

Les compagnies aériennes africaines vont acquérir 1 030 nouveaux avions d’ici à 2040 (Boeing)

Tanzanie : le tchèque ŠKODA fournira les équipements électriques des locomotives commandées à Hyundai Rotem

Bolloré Transport & Logistics nomme Patrick Bitature, président de son CA en Ouganda

La flambée du taux de fret maritime des conteneurs s’exacerbe (Drewry)

 
ENTREPRENDRE

De retour au Niger, Mamadou Sow devient agriculteur

Au Malawi, Martin Masiya s’illustre dans l’énergie solaire en zone rurale

La plateforme de Duhqa révolutionne la chaîne logistique au Kenya

Des étudiants ougandais améliorent la vie des réfugiés grâce à l’agriculture

 
ECHO

King Café, première marque de capsules de café fabriquée au Togo

Les 5 meilleures écoles de commerce africaines pour 2022 - (Quacquarelli Symonds)

Emmanuel Kablan s’illustre dans l’élevage d’aulacodes en Côte d’Ivoire

63,89% des 767 milliards USD échangés par mobile money dans le monde en 2020 étaient en Afrique subsaharienne

 
FORMATION

Le fonds de réserve de l’université de Harvard dépasse les 50 milliards $

La BVMAC annonce la création d’une école de la bourse au Cameroun

Niger : 382 jeunes femmes formés dans plusieurs métiers dans la région de Zinder

Sikul, la plateforme gabonaise veut introduire l'e-learning au pré-primaire et au primaire.

 
COMM

Ouganda : le gouvernement ordonne aux stations TV de diffuser les émissions de potins seulement entre 22h et 5h

Egypte : JustWatch lance son guide international de streaming dans le pays

PayPal en passe de racheter Pinterest dans le cadre d'une transaction de 45 milliards de dollars

Afrique : SportyBet devient le premier partenaire officiel du Real Madrid sur le continent

“Pour la survie de l’Afrique, il faut qu’on aille à la transformation” Marc N’timon de SITRAPAT