Ecofin Mines
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Mines

Potentiel minier inexploité ou sous-exploité (5e partie) : le cas de l’Ouganda

Potentiel minier inexploité ou sous-exploité (5e partie) : le cas de l’Ouganda
  • Date de création: 08 octobre 2021 16:54

(Agence Ecofin) - Ils disposent d’un sous-sol riche, hébergeant d’immenses ressources minérales, mais leurs secteurs miniers ne contribuent encore que faiblement (ou pas du tout) à l’économie. Nombreux sont ces pays africains qui n’arrivent toujours pas à valoriser leur important potentiel minier. Les raisons varient entre un manque de volonté politique et l’absence de mesures efficaces pour attirer les investisseurs. Ce nouvel épisode de la série que vous propose l’Agence Ecofin s’intéresse à l’Ouganda, pays abritant une riche diversité de ressources minérales, mais où l’exploitation artisanale est encore dominante.

L’or, principale ressource exploitée

Mi-septembre le ministère ougandais des Finances a annoncé une baisse de 30,4% en glissement annuel des recettes d’exportations pour le mois de juillet. En cause, apprend-on, l’absence d’exportation d’or sur la période. Après une décision du gouvernement visant à augmenter la taxe sur le kilogramme exporté, les acteurs du secteur ont en effet protesté, entrainant une suspension des ventes, le temps de trouver un terrain d’entente avec les autorités. Si cet épisode peut suffire à lui seul à expliquer la place qu’occupe l’or dans le secteur minier ougandais en particulier, et dans la collecte des recettes publiques en général, une autre statistique permet de mieux l’appréhender. En juin 2021, les exportations de café ont rapporté 58,6 millions $ pour l’Ouganda, ce qui correspond au plus haut niveau mensuel enregistré par le secteur depuis 1991. Dans le même temps, les exportations d’or ont généré 165,9 millions $ au cours de la période, soit près du triple du montant lié au café dont le pays est le premier exportateur du continent… Une progression importante quand on sait qu’en décembre 2017 les exportations n’avaient généré que 20 millions $.

Dans le même temps, les exportations d’or ont généré 165,9 millions $ au cours de la période, soit près du triple du montant lié au café dont le pays est le premier exportateur du continent…

Cette croissance du secteur aurifère est portée par une série d’initiatives mises en place pour développer le secteur minier en général, mais surtout pour tirer plus de profits sur la chaîne de valeur. Cela s’est traduit notamment par la construction de raffineries d’or dans le pays, afin de transformer localement la production.

« Nous souhaitons de la valeur ajoutée, parce que l’exportation de minéraux bruts c’est du colonialisme. De quel colonialisme parle-t-on ? Prendre des produits bruts, les transformer à l’étranger et ensuite les ramener à des prix très élevés. Nous ne voulons pas être dans ce type de relation, car nous souhaitons une réelle valeur ajoutée », explique en 2016 Yoweri Museveni, le président ougandais.

1 YoweriYoweri Museveni : De quel colonialisme parle-t-on ? Prendre des produits bruts, les transformer à l’étranger et ensuite les ramener à des prix très élevés. Nous ne voulons pas être dans ce type de relation.

Après celle d’Africa Gold Refinery inaugurée en 2017, la société chinoise Wagagai Gold a lancé cette semaine la construction d’une nouvelle installation de transformation dans le district de Busia. Un investissement de 200 millions $ est annoncé avec une entrée en production en 2023 et des recettes de plus de 20 millions $ sous forme de taxes au profit de l’État ougandais.

Cependant, ces raffineries sont détenues par des entreprises privées, ce qui limite forcément le bénéfice qu’en tire l’État, in fine.

Global Witness accuse ainsi les dirigeants ougandais, ainsi que ceux d’AGR, de fermer les yeux sur la provenance réelle de l’or transformé dans le pays, originaire, selon l’ONG, des régions en conflit dans l’est de la RDC ou le Soudan du Sud.

De plus, plusieurs accusations visent l’Ouganda qui ne produirait pas lui-même l’or transformé dans ces raffineries, mais l’obtiendrait plutôt grâce aux contrebandiers qui font sortir le métal jaune des pays de la sous-région.

2 AGRL’AGR est accusée de traiter de l’or congolais et sud-soudanais de contrebande.

Global Witness accuse ainsi les dirigeants ougandais, ainsi que ceux d’AGR, de fermer les yeux sur la provenance réelle de l’or transformé dans le pays, originaire, selon l’ONG, des régions en conflit dans l’est de la RDC ou le Soudan du Sud. Si les autorités démentent, elles omettent pourtant de fournir des chiffres sur les quantités d’or extraites chaque année dans le pays.

Des minerais stratégiques inexploités

Si les différents paramètres indiqués plus haut peuvent expliquer pourquoi le secteur minier ne contribue encore que faiblement à l’économie, la prépondérance de l’exploitation artisanale et à petite échelle (ASM) joue aussi un rôle.

« 90% des minéraux produits en Ouganda sont produits par les ASM. Pour en tirer profit, nous avons besoin d'investissements adéquats, ce qui nous ramène à la création d'un environnement attractif pour les investissements et à la protection de ces mêmes investissements dans le pays », a souligné cette semaine l’un des participants de la Mineral Wealth Conference organisée par la Chambre des mines.

Cette prépondérance peut expliquer le fait que les ressources minérales diversifiées du pays restent encore inexploitées dans leur grande majorité. Selon les données officielles disponibles en effet, l’Ouganda héberge, en dehors de l’or, du cuivre et du cobalt dans le district de Kasese, où une mine (Kilembe) a d’ailleurs été exploitée jusque dans les années 70. Le gouvernement tente depuis quelques années de trouver des investisseurs pour relancer la production, mais le passage tour à tour de M2 Cobalt puis de l’australien Jervois Mining n’ont pas encore permis d’atteindre cet objectif.

Le pays disposerait en outre de plus de 250 millions de tonnes de fer dans les districts de Muko, Kabale, Kisoro, Mbarara, Hoima Tororo, Bukusu, Sukulu Moroto et Kotido, pour ne citer que ceux-là. Des roches de pegmatite, minerai abritant le lithium, sont aussi localisées dans plusieurs districts ougandais, mais aussi de la colombite et de la tantalite (coltan), ou encore de l’étain.

En dehors du cobalt et du cuivre, métaux prépondérants dans la réussite de la transition énergétique, l’Ouganda dispose de terres rares et de graphite, deux autres matériaux importants pour la même raison et dont l’approvisionnement est actuellement considéré comme critique.

Au niveau des terres rares, un projet retient particulièrement l’attention, en raison notamment des ressources qu’il héberge : 315 millions de tonnes titrant 650 parties par million (ppm) d’oxydes de terres rares totaux.

Au niveau des terres rares, un projet retient particulièrement l’attention, en raison notamment des ressources qu’il héberge : 315 millions de tonnes titrant 650 parties par million (ppm) d’oxydes de terres rares totaux. Il s’agit de Makuutu, pilotée par l’australien Ionic Rare Earths.

3 OugandaMakuutu peut faire entrer l’Ouganda dans le cercle étroit des pays producteurs de terres rares.

Selon une étude exploratoire publiée en mai dernier, Makuutu peut livrer, dans sa première phase d’exploitation, 29 400 tonnes d’oxyde de terres rares total sur 11 ans. Si l’investissement total sur cette période devrait atteindre 300 millions $ environ, il ne faudrait en revanche que 89 millions de dollars pour lancer la production, somme récupérable en cinq ans. De plus, l’EBITDA devrait dépasser 1,2 milliard $ alors que les flux de trésorerie après impôts sont estimés à 766 millions $, soit autant d’indicateurs économiques qui, s’ils sont confirmés par des études plus précises, pourraient faire entrer l’Ouganda dans le cercle restreint des producteurs de terres rares.

La situation est assez similaire avec le graphite ougandais auquel s’intéresse la junior minière Blencowe Resources. Cette dernière, présente sur le projet Orom-Cross, a publié le 29 septembre une évaluation économique préliminaire prévoyant une production moyenne annuelle 75 000 tonnes de concentré de graphite sur 13 ans. Le capital nécessaire à la mise en production est estimé à 80 millions $, pour un EBITDA annuel de 40 millions $.

Assainir le secteur minier pour accroitre sa contribution

Comme dans plusieurs juridictions minières africaines, et plus particulièrement avec celles d’Afrique centrale et de l’est, le secteur minier ougandais souffre de nombreux maux, en particulier la corruption et l’inapplication des lois en la matière. L’ONG britannique Global Witness dénonce d’ailleurs cette situation dans un rapport publié en juin 2017. Par exemple, l’octroi de titres miniers nécessiterait, apprend-on, des pots-de-vin versés aux fonctionnaires de la Direction des études géologiques et des mines. Des allégations que contestait alors Elly Karuhanga, président de la Chambre des Mines.

« Il y a bien eu dans le passé des problèmes avec l’attribution des licences », confirme-t-il auprès du journal français Le Monde, tout en précisant que ces pratiques sont reléguées au passé.

Pourtant, dans son premier rapport sur le pays, publié le mois dernier, la Natural Resource Gouvernance Institute classe l’Ouganda dans la tranche de performance « insuffisant », avec une note de 55 sur 100. L’organisation américaine explique ce score par les « problèmes [qui] existent au niveau du processus d'octroi des permis », comme par hasard. À cela s’ajouterait la corruption généralisée dans le pays puisque l’indice concerné se classe dans la catégorie « défaillante ».

Pour changer la donne, le NRGI invite les autorités à s’en tenir aux normes de l’Industrie pour la transparence des industries extractives, organisation que l’Ouganda a rejoint l’année écoulée. Si elles sont mises en œuvre, le pays pourrait industrialiser réellement son secteur minier en attirant de grandes compagnies minières pour enfin profiter pleinement de ses richesses minérales.

Emiliano Tossou

Emiliano



Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

Côte d'Ivoire : le gouvernement propose 17,6 milliards de dollars pour le budget 2022

Le Cameroun rembourse plus de 177 millions $ sur ses emprunts obligataires 2016-2021 et 2018-2023

Couverture santé universelle : le Cameroun veut lancer une phase test dès le 1er semestre 2022

Les pays africains demandent un suivi de l'objectif des 100 milliards $ de financement climatique des pays riches

 
FINANCE

Journée Ecobank 2021 : Ecobank Côte d’Ivoire s’engage en faveur des personnes atteintes de maladie mentale

Ecobank CI : « seulement 25 à 30% de nos transactions continuent de se faire dans les agences », Paul Harry Aithnard

Asante, la fintech axée sur les PME africaines lève 7,5 millions $ pour s’étendre au Rwanda et au Nigeria

United Bank for Africa a traîné Credit Suisse en justice, au sujet du scandale du Mozambique

 
AGRO

Le négociant russe Demetra livre une cargaison de 60 000 tonnes de blé à l’Algérie

Ouganda : le commerce illicite d’alcool a explosé entre 2017 et 2020

Liberia : l’exécutif signe un accord de 40 millions $ avec la Banque mondiale au profit de la pêche

Côte d’Ivoire : la production d’anacarde est estimée à 1 million de tonnes en 2021

 
ELECTRICITE

L’IRENA et l’OIT s’allient pour une transition énergétique juste et inclusive

Eswatini : Frazium Energy construira la plus grande unité de stockage pour une centrale solaire en Afrique (100 MW)

Ghana : 2 milliards $ ont été investis dans les énergies renouvelables en 10 ans

La start-up Energy Clever remporte l'étape camerounaise du concours EDF Pulse Africa Tour

 
HYDROCARBURES

Transition énergétique : le Gabon mise sur la prise en main du secteur pétrolier par les entreprises locales

Gabon : récemment découvert, le puits de pétrole DTM-7H entre en production

Libye : le ministre du Pétrole fait à nouveau suspendre le patron de la NOC

Le Nigeria dissout trois agences de régulation du secteur pétrolier

 
TELECOM

Telecom Egypte et Nokia renouvellent leur partenariat dans l’Internet des Objets

Via sa fibre optique d’Afrique de l’Est et de l’Ouest, Liquid Intelligent Technologies a relié les USA à l’Asie

Le Mozambique veut apprendre de l’Angola pour développer sa stratégie spatiale

Au Better World Summit 2021, Huawei s’engage pour une industrie des TIC plus verte

 
TRANSPORT

Soudan : les effets d'entraînement de la paralysie des activités portuaires deviennent une pilule amère

Guinée : reprise des services ferroviaires du train express de Conakry

Côte d'Ivoire : le trafic aérien connaît une forte baisse en 2020

Le Bénin et le Nigeria vont renforcer les instruments juridiques de leur coopération

 
ENTREPRENDRE

Comment Anyoti Peronaci exporte des produits agricoles de l’Ouganda vers l’Occident

Au Bénin, Constant Ayihounoun promeut une agriculture durable avec des engrais bio

Lyn Kerubo, 16 ans et fermière au Kenya

Virunga Origins, du chocolat contre la guerre à l’Est de la RDC

 
ECHO

63,89% des 767 milliards USD échangés par mobile money dans le monde en 2020 étaient en Afrique subsaharienne

Production cotonnière au Bénin : l’évolution sur la décennie 2010-2020

Avec du papier, l’Ivoirienne Mylène Amon réalise des tableaux d’art

Trike, le projet de pendulaire du Nigérien Nouhou Green

 
FORMATION

Le fonds de réserve de l’université de Harvard dépasse les 50 milliards $

La BVMAC annonce la création d’une école de la bourse au Cameroun

Niger : 382 jeunes femmes formés dans plusieurs métiers dans la région de Zinder

Sikul, la plateforme gabonaise veut introduire l'e-learning au pré-primaire et au primaire.

 
COMM

Afrique : SportyBet devient le premier partenaire officiel du Real Madrid sur le continent

Du nouveau dans les statistiques Instagram

Ghana : le régulateur invite le gouvernement à remplacer la redevance TV par une taxe sur les médias

Sportfive obtient les droits médias et de sponsoring des Jeux africains de 2023 et 2027

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

” Le Cameroun n’a pas de cimenteries ” Marc Sinclair MAMIAH, expert en stratégies industrielles