Transport Maritime en 2017 : Des chiffres sur le niveau d’engagement du secteur privé dans le secteur portuaire en Afrique

(Ecofin Hebdo) - L’édition 2017 de la revue de transport maritime publiée par la CNUCED, revient sur les principaux développements de l'économie mondiale et du commerce international, et les impacts connexes sur la demande et l'offre, les marchés de fret et d'affrètement en 2016 et au début 2017. Elle évoque aussi les évolutions sur les ports maritimes ainsi que le cadre réglementaire et légal. En outre, l'étude cette année comporte un chapitre spécial sur la connectivité du transport maritime, reflétant l'importance de la connectivité physique et électronique en tant que domaine prioritaire dans l'agenda de la politique commerciale et de développement.

Le rapport présente une fois de plus son classement mondial des propriétaires de navires en termes de capacité de transport. Un Classement assez instructif dans lequel le top 35 représente près de 95% du total mondial. On y apprend d’ailleurs que la Grèce domine sur ce segment, suivi du Japon et de la Chine. Mais en nombre de bateaux, la Chine est première avec plus de 5200 bateaux en circulation dans le monde. L’Afrique n’apparait pas sur ce top 35 et se retrouve inclus dans le reste du classement qui compte 6119 bateaux seulement.

Le Document aborde la question de l’Afrique, pour annoncer que la région en 2016, a connu une hausse de 2,6% de ses exportations, contre une baisse de 4,6% de ses importations.  On peut retrouver des détails sur le type de produits ayant soutenus cette dynamique africaine

Un autre aspect soulevé dans le document est celui de l’évolution des prix et des coûts dans le transport maritime, mais aussi les perspectives de régulation dans ce domaine. Par ailleurs, le rapport fait une inclusion dans le rôle du secteur privé sur les ports dans le monde. Concernant spécifiquement l’Afrique, le lecteur sera intéressé d’apprendre davantage, sur le nombre de projets d’infrastructures portuaires, développé avec le secteur privé en Afrique subsaharienne, entre 2000 et 2016.

Cette édition 2017 du rapport sur le transport maritime dans le monde, est un document riche, qui permet d’avoir un autre regard sur l’économie du monde. Il offre un parallèle avec les autres données de macroéconomie, en ouvrant les yeux sur les flux réels de marchandises, qui finalement sont la véritable mesure du dynamisme de l’économie mondiale. Il apporte des éclaircies sur le rôle du secteur privé dans le développement et l’exploitation des ports, et permet ainsi de comprendre que l’implication directe des gouvernements dans ces infrastructures est un mode de gestion qui est aujourd’hui obsolète.

Le Document est aussi riche de données statistiques comme sait les fournir la CNUCED dans l’ensemble de ses rapports. Enfin le rapport ouvre les yeux sur l’évolution de l’important arsenal règlementaire, qui encadre l’activité de transport maritime dans le monde.  Une faiblesse du document, c’est qu’on n’y retrouve pas des données sur les activités connexes au transport maritime, comme les assurances, la chaine des compétences et le poids du commerce maritime sur la balance des paiements, surtout des pays africains qui dépensent de grosses sommes à l’effet de satisfaire leurs demandes en biens importés.

Abdel Razak M.

 

Les secteurs de l'Agence

● GESTION PUBLIQUE

● Finance

● Agro

● ELECTRICITE

● Mines

● Hydrocarbures

● TIC & Télécom

● Comm

● Droits

Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo