Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

L’ONG Mighty Earth dénonce les impacts de l’industrie du chocolat sur les couverts forestiers ivoirien et ghanéen

  • Date de création: 13 septembre 2017 18:28

(Agence Ecofin) - Le chocolat n’est pas seulement un produit de consommation de luxe, il représente surtout une source de destruction de nombreuses couvertures forestières chez les principaux pourvoyeurs de la matière première que sont la Côte d’Ivoire et le Ghana.

C’est la principale conclusion du nouveau rapport de l’ONG environnementale américaine Mighty Earth, intitulé « La déforestation amère du chocolat ».

« Un plaisir terriblement coupable »

Pour l’Organisation qui dit avoir mené une enquête internationale approfondie, les acteurs de l’industrie mondiale du chocolat qu’ils soient négociants (Barry Callebaut, Cargill et Olam) ou chocolatiers (Hershey’s, Nestlé, Mondelez, Lindt et Ferrero), entretiennent la déforestation dans ces deux pays et s’approvisionnent en matière première au niveau de plantations cacaoyères installées dans des zones protégées.

« Nous avons pu identifier sept coopératives ayant acheté du cacao provenant des aires protégées que nous avons visitées, et ayant confirmé l’avoir ensuite vendu à d’importants négociants internationaux comme Cargill, Olam et Barry Callebaut. Il est évident que ces négociants sont responsables de la création d’un marché pour le cacao cultivé illégalement, qui finit par rentrer dans les barres chocolatées consommées à travers le monde entier.», indique l’ONG.

« Une étude menée par l’Université de l’Etat d’Ohio concernant 23 aires protégées de Côte d’Ivoire, a conclu que sept d’entre elles avaient été presque entièrement converties en cultures de cacao.  Non loin de là, au Ghana, le deuxième producteur mondial de cacao, la situation est identique : entre 2001 et 2014, 117 866 hectares d’aires protégées ont été défrichés et le Ghana a perdu plus de 7 000 kilomètres carrés de forêts, soit au moins 10 % de l’ensemble de son couvert forestier ; un tiers de la déforestation du pays peut être imputé aux activités liées au secteur du chocolat.», ajoute Mighty Earth.

Pointant du doigt la faillite dans l’application des lois et la complicité de certaines institutions ivoiriennes notamment la Société de développement des forêts (Sodefor) et l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR), l’Organisation indique que 13 des 23 aires protégées de Côte d’Ivoire ont déjà perdu l’intégralité de leurs populations de primates.

« Il serait prématuré d’être optimiste »

Face au récent engagement de 35 sociétés de production de cacao et de chocolat du monde, vers la présentation d’un cadre d’action devant aboutir à une chaîne d’approvisionnement en cacao sans déforestation en novembre prochain lors de la 23ième Conférence des Parties (COP23) en Allemagne, l’Organisation reste sceptique.

« Ces sociétés peuvent faire une immense différence puisqu’elles détiennent ensemble l’écrasante majorité du marché du chocolat et du cacao. Mais pour l’instant, Celles-ci n’ont fourni aucun détail quant à la nature exacte de leur programme, ce qui doit être fait d’ici la fin de l’année. Par exemple, elles n’ont pas encore garanti que les futures expansions des cultures seront menées sans déforestation, afin de protéger les paysages à haut stock de carbone. Elles n’ont pas non plus explicité leur action à l’égard des territoires défrichés dans les parcs nationaux et les aires protégées de Côte d’Ivoire.», estime le rapport.

Pour rappel, le marché mondial du chocolat a été évalué à 100 milliards de dollars en 2015 et la consommation croît annuellement de 2 à 5%.

Espoir Olodo 


Ecofin Agro     


 
GESTION PUBLIQUE

Egypte: le FMI donne son accord de principe pour le versement d’une tranche de prêt de 2 milliards $

Le Kenya espère conclure un accord avec le FMI sur un nouveau prêt d’ici deux mois

Zambie: 100 millions $ de la Banque mondiale pour améliorer la gestion des ressources naturelles

La Banque mondiale débloque près de 100 millions $ en faveur du Kenya  

 
FINANCE

Oragroup annonce des résultats 2018 en forte progression et la nomination d’un nouveau DG

Le gestionnaire sud-africain Investec Asset Management devient le premier actionnaire du fournisseur de logiciels wiGroup

MTN Nigeria est déjà en bourse, mais le grand public devra encore patienter pour acquérir ses actions

Cameroun: 15 milliards FCFA de dividende pour les actionnaires du groupe SABC au compte de l'exercice 2018

 
ELECTRICITE

La Namibie désire satisfaire elle-même 80% de sa demande électrique d’ici 2022

La Banque mondiale exclut pour 15 mois, la compagnie Sieyuan Electric pour fraudes

Le marché africain du solaire photovoltaïque pourrait peser 30 GW d’ici 2030 selon une étude allemande

L’initiative Power Africa a aidé à la mobilisation financière de 121 projets de 10 000 MW de capacité totale

 
HYDROCARBURES

Nigeria : la police de l’Etat de Rivers révèle que cinq travailleurs du secteur pétrolier ont été enlevés

Libye : la Sirte Oil Company achève avec succès un programme de tests de puits sur le champ Istiklal

L’Italie s’engage à importer du gaz naturel algérien jusqu'en 2027

Tanzanie : le retard du projet de GNL pourrait amenuiser les chances du pays d’attirer des IDE (Deloitte)

 
MINES

Afrique du Sud : l’AMCU n’obtient pas l’annulation de la transaction entre Sibanye et Lonmin  

Madagascar : Denham Capital veut investir dans le projet de zircon Beravina

Guinée : le milliardaire Robert Friedland envisagerait d’investir dans le secteur du fer

Namibie : Debmarine investira 468 millions $ pour construire un septième navire de récupération de diamants  

 
TELECOM

Les Seychelles envisagent une stratégie pour développer la technologie financière

Ouganda: MTN remporte le marché de fourniture de l’accès à Internet aux députés, évalué à 16,5 millions de shillings par mois

Côte d’Ivoire : les MTNers se sont enjaillés à la Djossy Party

Kaspersky Lab ouvrira un bureau au Rwanda, avec l’ambition d’étendre sa présence en Afrique de l’Est

 
COMM

L’Etat camerounais est désormais propriétaire d’Afrimedia SAS, le diffuseur d’Africa 24

Côte d’Ivoire : au Discop, les acteurs de l’audiovisuel veulent penser l’avenir du secteur

Nigeria : le ministre de l’information aurait validé, dans le cadre du passage à la TNT, un paiement à l’origine d’un scandale de corruption

Côte d’Ivoire-TNT : le gouvernement plafonne les prix du décodeur et de l’antenne UHF

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Agro