Ecofin Finance

La BRVM fait désormais partie des 15 bourses africaines offrant un compartiment dédié aux PME

(Agence Ecofin) - La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) a procédé, ce mardi 19 décembre 2017, au lancement officiel de troisième compartiment dédié aux PME de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

L’ouverture de ce troisième compartiment encore appelé « BRVM petites capitalisations » intervient au lendemain des 21 ans de la création de la BRVM. Celle-ci ayant été portée sur les fonts baptismaux le 18 décembre 1996 par les autorités de l’UEMOA. Pour Edoh Kossi Amenounvé, Directeur général de la BRVM, ces 21 ans sont « une majorité qu’elle porte sans doute bien mais qui lui donne en même temps de nouvelles responsabilités ».

Ainsi au-delà des performances enregistrées depuis lors avec par exemple une capitalisation boursière passée de 1 018,9 milliards FCFA (environ 1,9 milliards $) au démarrage à 6 339,9 milliards FCFA (environ 11,5 milliards $) au 18 décembre 2017, soit une progression de 522 % pour 45 sociétés cotées contre 35 en septembre 1998, la question de l’accès des PME restait encore non résolue. Cette problématique était d’autant plus importante que celles-ci représentent plus de 80 % du tissu économique de l’UEMOA et emploient environ 25 % de la population active. « Il est donc apparu plus que nécessaire de les embarquer dans cette aventure boursière en leur offrant une fenêtre d’accès pour le financement de leurs investissements à long terme » fait remarquer Edoh Kossi Amenounvé.

05928-in-1-Finance-5928-brvm1.png

5 années de préparation

L’histoire de la création d’un compartiment dédié aux PME à la BRVM remonte à 2012, suite à une décision de la Conférence des chefs d’Etats de l’UEMOA relative au financement des PME. Les autorités de cet espace communautaire avaient alors recommandé la mise en œuvre d’actions relatives à l’admission des PME/PMI à la cote de la BRVM.

Depuis cette date, des réflexions ont été menées avec les différentes parties prenantes, en plus d’actions de benchmarking à l’international. L’enjeu était de trouver une solution innovante et viable à long terme en tenant compte de l’expérience vécue sur le plan mondial et continental ainsi que du cadre juridique et du contexte économique spécifique à l’UEMOA.

05928-in-2-Finance-5928-brvm1.png

« Ce travail a pris quelques années avec l’implication des différentes parties prenantes mais aujourd’hui c’est chose faite ». Toutefois, « l’attente n’a pas été vaine car les innovations apportées aux solutions existantes, surtout en matière de mesures d’accompagnement, en valaient la peine » fait remarquer Edoh Kossi Amenounvé.

Des conditions d’admissions allégées

Vu la taille assez réduite des PME de l’UEMOA, avoir des conditions d’admissions allégées à la cote de la BRVM constituait l’un des principaux défis de ce projet. Ceci, en prenant bien sûr en considération la nécessité de protection des investisseurs mais également de promotion des pratiques de bonne gouvernance et de gestion efficiente au niveau de ces PME.

A ce sujet, des efforts importants semblent avoir été accomplis afin d’arriver à conditions d’admission beaucoup plus assouplies si l’on les compare à celles appliquées pour l’accès au premier et au deuxième compartiment de cette bourse.

05928-in-3-Finance-5928-brvm1.png

13 PME déjà pressenties

Déjà 13 PME sont pressenties pour être admises à la cotation sur ce tout nouveau compartiment de la BRVM. Celles-ci s’étant clairement manifestées à travers des lettres d’intention qu’elles ont adressée aux autorités de la bourse.

Elles sont issues de différents secteurs d’activités notamment le stockage et la distribution, les hydrocarbures, l’agriculture et l’agroalimentaire, la microfinance, le textile, les TIC.

Pour la BRVM il s’agit, dans un premier temps, de parvenir à ce que, parmi ces 13 PME ayant manifesté l’intérêt pour ce compartiment, 4 d’entre elles arrivent être effectivement cotées en 2018. Avec pour objectif d’atteindre un nombre de 12 PME cotées en 2020, 50 en 2025 et un niveau de 80 PME cotées en 2030.

Un programme d’accompagnement des PME

En prélude à l’ouverture de ce troisième compartiment, la BRVM avait conclu avec les bourses de Londres, de Casablanca et la BRVM un partenariat pour un programme d’accompagnement des PME de l’UEMOA dénommé « ELITE BRVM LOUNGE », 09 novembre dernier à Abidjan.

Il s’agit, à travers ce programme de permettre aux PME d’améliorer leur gouvernance, leur gestion et leur performance. Ceci, en vue de faciliter leur accès au financement de façon générale et en particulier au financement à long terme par les marchés de capitaux.

C’est donc par cette phase préparatoire que les 13 PME ayant manifesté leur intention de se faire coter à la BRVM devront passer dans un premier temps. Ce qui leur permettra de renforcer leurs capacités sur les questions de gouvernance et de transparence. Mais aussi, en ce qui concerne leur gestion juridique, comptable et financière. Ce programme permettra également de les préparer à l’introduction en bourse à travers une évaluation, une valorisation et une communication financière auprès des investisseurs potentiels qui pourraient investir dans ces PME.

05928-in-4-Finance-5928-brvm1.png

Une place parmi les bourses africaines offrant un accès aux PME

Avec l’ouverture de son compartiment « petites capitalisations », la BRVM fait désormais partie des 15 bourses africaines offrant un accès aux PME. Avec toutefois des fortunes diverses.

En effet, les compartiments PME de certaines bourses tels que celles de l’Ouganda (Uganda securities exchange), du Rwanda (Rwanda stock exchange), du Malawi (Malawi stock exchange), ou encore de Lusaka en Zambie (Lusaka stock exchange) n’affiche toujours pas de PME admises à leur cote.

Tandis que d’autres comme celle de Johannesburg en Afrique du Sud (Johannesburg stock exchange) compte 52 PME cotées. C’est également le cas de la bourse de Maurice (Stock exchange of Mauritius) avec 44 PME cotées, ou encore la bourse du Caire en Egypte (Egyptian exchange) avec 31 PME cotées.

05928-in-5-Finance-5928-brvm1.png

Certes le chemin demeure encore long mais les dirigeants de la BRVM se veulent rassurants et optimistes à l’image d’Edoh Kossi Amenounvé. « Le Troisième Compartiment de la BRVM, qui constitue une avancée majeure pour le Marché Financier Régional de l’UEMOA, vise à offrir aux PME un accès à des capitaux à long terme en vue d’accélérer leur croissance et d’en faire des champions des économies de la sous-région » souligne-t-il.

A propos de la BRVM

Portée sur les fonts baptismaux le 18 décembre 1996 à Cotonou (BENIN), la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) est une bourse électronique parfaitement intégrée commune à 8 pays de l’Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Outre les titres de participations (actions), la BRVM propose l’émission et la négociation des titres de créance (obligations). La BRVM offre aux investisseurs un environnement boursier de classe mondiale avec des systèmes de cotation et de règlement des transactions à la fine pointe de la technologie. La BRVM est membre du Comité Exécutif de l’African Securities Exchanges Association (ASEA) et assure la Présidence du Conseil pour l’Intégration des Marchés de Capitaux en Afrique de l’Ouest (WACMIC). Elle est depuis novembre 2016 classée dans la catégorie des marchés frontières par le MSCI.

Lire aussi:

10/11/2017 - La BRVM, la bourse de Londres et la bourse de Casablanca s’associent pour booster les PME de l’UEMOA

24/10/2017 - Edoh Kossi Amenounvé : « Nous allons lancer un programme d’accompagnement des PME en vue de leur préparation à la cotation »

05928-in-6-Finance-5928-brvm1.png


Ecofin Finance     


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance / Gestion Publique