Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Les banques de la Cemac détiennent un trésor de guerre « oisif » de près de 2000 milliards de FCFA

  • Date de création: 28 mars 2020 12:07

(Agence Ecofin) - Selon les chiffres du Fonds monétaire international (FMI), consultés par Investir au Cameroun, les réserves excédentaires (encore appelées réserves libres) des banques de la Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique centrale (Cemac) s’élèvent à près de 2000 milliards de FCFA à fin février 2020. Il s’agit de la somme d’argent détenue en trop par les banques dans leurs comptes courants à la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac).

Pour comprendre, il faut savoir que chaque banque à l’obligation de déposer à la Beac, une fraction des dépôts (actuellement 7% et 4,5% respectivement sur les exigibilités à vue et à terme) qu’elle collecte auprès de sa clientèle. Cette mesure de précaution vise à faire face aux retraits des déposants ; surtout que dans la sous-région, l’épargne est constituée d’une part importante des dépôts à vue et donc pouvant être retirés à tout moment. Les 2000 milliards représentent donc l’argent que les établissements de crédit déposent en plus à la banque centrale.

Crédits peu profonds

Selon les banquiers, « cet argent sert aux règlements des transactions journalières », comme des prêts sur le marché interbancaire aux banques en besoin de liquidité. Mais la Beac et le FMI estiment que le volume des excédents est trop important. À fin juillet 2019, les réserves libres représentaient près de 3 fois les réserves obligatoires.

« Les réserves excédentaires se sont accumulées au cours des derniers mois, en partie à cause des possibilités de crédit peu profondes », estime le FMI. Le Fonds qualifie même cette liquidité d’oisive. Sur les conseils de l’institution de Bretton Woods, la banque centrale a même décidé en février 2020 de lancer une opération de réduction de la liquidité dans le système bancaire pour « mieux contenir les risques pesant sur la stabilité monétaire ».

On observe en effet depuis quelques années une diminution du ratio crédit/dépôts. Il est passé de 0,9 en juillet 2018 à 0,8 à juillet 2019. Sur cette période, on a assisté à un repli de 2,2 % des crédits à l’économie, tombés de 7788,7 à 7619,7 milliards de FCFA. Au-delà des raisons conjoncturelles (consolidation sur l’État équato-guinéen des créances bancaires sur l’économie d’environ 260 milliards sur quelques entreprises de BTP) évoquées par l’institution d’émission de la Cemac, les banques pointent surtout les causes structurelles. Elles indexent par exemple l’accumulation des créances en souffrance. Une situation qui renchérit le coût du crédit et limite par ricochet son octroi. Au Cameroun, le ministère des Finances chiffrait les créances en souffrance à 554 milliards de FCFA en début décembre 2019.

Risques

Quoi qu’il en soit, les experts estiment que ce trésor de guerre devrait être utilisé par les banques pour aider les économies de la sous-région à faire face à la bourrasque économique que va créer la pandémie du Coronavirus. Dans un communiqué signé le 20 mars, l’Association des professionnels des établissements de crédit du Cameroun (Apeccam) « invite ses membres à être attentifs aux demandes des commerçants et des entreprises, qui tirent la sonnette d’alarme pour leur trésorerie ; de mettre à la disposition des clients des liquidités pour soutenir leurs entreprises ; d’accorder et de maintenir des crédits bancaires aux agents économiques, en particulier aux PME/PMI qui pourraient rencontrer des difficultés résultant du développement de l’épidémie de Coronavirus… »

De son côté, la Commission bancaire d’Afrique centrale appelle à la prudence. Le régulateur du secteur estime que les effets du Coronavirus « pourraient dégrader significativement l’adéquation des fonds propres et la liquidité des établissements de crédit ». Le risque est plus grand pour les banques locales. Car en réalité l’excès de liquidités est « largement détenues par des banques étrangères qui suivent des politiques de crédit très prudentes », peut-on lire dans un récent rapport du FMI.

Au premier trimestre 2019, sur les 20 banques locales que compte la Cemac, seules deux pouvaient être considérées comme en surliquidité avec des réserves libres, chacune, tournant autour de 130 milliards de FCFA. Une avait des réserves excédentaires de près de 30 milliards, huit des excédents de moins de 10 milliards et neuf étaient en déficit. Parmi ces neuf établissements de crédit, deux avaient, chacun, des besoins de liquidité approchant les 120 milliards de FCFA. Dans la liste des institutions financières en proie à des difficultés de liquidité, on compte même trois banques d’importance systémique (c’est-à-dire dont la faillite peut embrasser tout le système bancaire de la Cemac).

Franc CFA

Consciente de la situation, l’Apeccam demande à la Beac, en contrepartie des mesures qu’elle invite ses membres à prendre pour soutenir l’économie, de « renoncer temporairement à la décision de réduction des liquidités dans le système bancaire », et d’« envisager plutôt de faciliter l’accès des banques au marché monétaire par la baisse de ses taux d’intérêt et l’augmentation des plafonds de refinancement en cas de pression de liquidités ».

Pour l’instant, l’institut d’émission de la Cemac, préoccupé à préserver la parité du franc CFA avec l’euro, se donne le temps de l’observation. Elle a décidé le 24 mars de suspendre pour une semaine (26 au 2 avril), son opération principale sur le marché monétaire de la Cemac. « Afin de mieux apprécier les effets de la crise sanitaire actuelle liée à la pandémie du Covid-19 sur la liquidité du système bancaire de la Cemac », justifie-t-elle. Concrètement, la Beac veut d’abord voir les effets de la crise sur les 2000 milliards de FCFA de réserves excédentaires, qu’elle souhaite réduire pour éloigner le spectre d’une dévaluation du franc CFA, avant d’aviser.

Aboudi Ottou



Banner LNG Gestion et Economie

 
GESTION PUBLIQUE

Le Royaume-Uni a alloué 15,9 milliards $ de financement climatique aux pays en développement en 10 ans

La Côte d'Ivoire table sur une croissance moyenne à plus de 7%, d’ici 2025

UEMOA : baisse de gains en perspective pour les investissements sur les titres d'emprunt émis par les Etats

76e AG de l’ONU : le président Akufo-Addo plaide pour l’admission de l’Union africaine au G20

 
AGRO

Ghana : le Cocobod contracte un prêt syndiqué de 1,5 milliard $ pour ses achats de cacao en 2021/2022

Bénin : le kilogramme de coton sera échangé à 265 Fcfa en 2021/2022

Kenya Breweries investira 200 millions $ pour assurer la durabilité environnementale de ses activités d’ici 2030

Cameroun : l’Oapi propose des pistes pour revitaliser le poivre de Penja plombé par la fraude, l’insécurité...

 
ELECTRICITE

Namibie : le vol d’électricité dans la ligne de mire de la compagnie publique Nored

Afrique du Sud: six centrales détenues par la société AIIM entrent en exploitation commerciale

Kenya Power retire sa demande d’augmentation des tarifs d’électricité

Angola : 1,5 milliard $ pour électrifier le sud du pays par Sun Africa

 
HYDROCARBURES

Pour Vitol, la pénurie d’énergie pourrait faire bondir le Brent à plus de 80 dollars baril cet hiver

Afrique du Sud : Sasol triple ses objectifs de réduction des émissions pour 2030

Trois compagnies pétrolières américaines violent les normes sur la transparence de l’ITIE

Maroc : Halliburton va participer au développement du gaz d’Anchois

 
MINES

Investissements dans le cobalt : la RDC menacée par l’Australie selon Fitch

Mali : Roscan Gold obtient 5 millions $ auprès d’Asante Gold pour développer le projet Kandiolé

Caledonia Mining élargit son empreinte aurifère au Zimbabwe avec une nouvelle acquisition à 4 millions $

La Côte d’Ivoire a délivré un total de 127 permis d’exploration et d’exploitation minières depuis 2016

 
TELECOM

Kenya : Safaricom annonce le lancement commercial de la 5G en 2022

Guinée-Bissau : Guinée Telecom et Guinetel ont obtenu à nouveau un titre d’exploitation de réseaux télécoms

Interruption de la couverture réseau en Centrafrique : Huawei à pied d’œuvre pour rétablir les services de télécommunications

Cap-Vert : le groupe CVTelecom veut fusionner l’ensemble de ses activités pour apporter plus de valeur sur le marché

 
TRANSPORT

Le Nigeria rejoint l’initiative World Logistics Passport en tant que hub pour l’Afrique de l'Ouest

En redressement judiciaire, Air Mauritius reçoit 279 millions $ de l’Etat

South African Airways relance officiellement ses opérations, mais sans ses nouveaux actionnaires

Ghana : l’opérateur du terminal 3 du port de Tema confirme pour octobre 2021, la livraison du poste d’accostage 4

 
ENTREPRENDRE

Gounou, la marque de chocolat fabriqué au Bénin

A Madagascar, des drones ambulances pour desservir les zones isolées

A 28 ans, Sakina Usengimana dirige une entreprise prospère d’exportation de fruits et légumes au Rwanda

Le lait de chamelle, une entreprise rentable au Kenya

 
ECHO

Transparence budgétaire des Etats africains (Department of State)

Emerson Sery, dit Commissaire Coco, étudiant et entrepreneur leader de la vente de noix de coco à Abidjan

Magazine Investir au Cameroun : le cacao camerounais à la loupe

Investisseurs & Partenaires veut apporter des solutions de financement aux PME camerounaises

 
FORMATION

Côte d’Ivoire : le gouvernement annonce des formations pour les acteurs des marchés publics

Maroc: des internautes lancent une campagne pour remplacer le français par l’anglais dans l’enseignement

L’Université du Rwanda va abriter le master en géologie du musée de l'Afrique en Belgique

L’UA lance son programme de bourse de formation pour les innovateurs technologiques africains

 
COMM

Gulli Africa & Ludikids rejoignent le mouvement #ProtègeTaTélé pour lutter contre le piratage de la production audiovisuelle

La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique

Addy Awofisayo prend la tête du département musique de YouTube pour l'Afrique subsaharienne

Afrique du Sud : la SABC insiste pour que les opérateurs de télévision payante prélèvent la redevance TV

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Avec Africa Pay, Thomas Clausi veut créer 15 000 emplois directs en Afrique