Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

CEMAC: des crédits bancaires plus chers et peu tournés vers le financement de l'investissement au cours du second semestre 2018

  • Date de création: 24 avril 2019 11:54

(Agence Ecofin) - Les pays de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale et les banques qui y opèrent, semblent en légère déconnexion quant aux objectifs et ambitions annoncés de diversification des économies. Au total, le système bancaire de la communauté a octroyé pour 4 796,7 milliards FCFA de nouveaux crédits au cours du deuxième trimestre 2018, apprend-t-on d’un récent rapport de la Banque centrale de la sous-région (BEAC)

Ce chiffre qui est relativement important, dissimule un certain nombre de réalités. La première est le coût moyen du crédit. On note en effet que le Taux effectif global (rémunération du crédit incluant l'ensemble des charges) pratiqué par les banques de la CEMAC, se situait à une moyenne de 9,71% à la fin du second semestre 2018. Il était de 6,65% au premier semestre 2017.

Des experts du secteur justifient cette hausse par une augmentation du volume des créances douteuses qui aurait eu pour conséquence, la hausse des coûts du risque, qui entre dans le calcul du taux d'intérêt effectif. Mais une partie de l'opinion oppose le fait que le gros de ces créances douteuses est surtout causé par les Etats et des administrations liées, et perçoit mal pourquoi les clients individus et PME devraient en supporter le prix.

La deuxième chose qu'on note c'est que l'essentiel des crédits (3 046 milliards FCFA) a été accordé aux grandes entreprises qui bénéficient aussi des taux effectifs d'intérêt moyen de 8,6%, au détriment des PME qui non seulement ont reçu moins de crédit (904,4 milliards FCFA) mais aussi des taux effectifs moyens de 12,6%. Or ces entreprises sont très souvent présentées comme la base même des économies de la CEMAC et le principal levier de diversification.

Enfin, on note que les banques opérant en zone CEMAC ont privilégié le placement des crédits à court terme, non susceptible de soutenir l'investissement productif à long terme. Plus de 75% des crédits octroyés l'ont été, pour aider les structures bénéficiaires à gérer leurs problèmes de trésorerie.

Confrontés à une crise des devises depuis 2016, les gouvernements de la CEMAC, entre autres mesures, avaient décidé de travailler à une diversification de leurs économies. Un objectif qui suppose non seulement améliorer les variétés de production, mais aussi soutenir une première consommation de ces produits sur un marché interne estimé à 43 millions d'habitants. Il semble au final que la cohésion avec les banques, en vue d'atteindre cet objectif, n'ait pas été suffisamment solide.

Idriss Linge


Ecofin Finance     


 
GESTION PUBLIQUE

Soudan: Abdalla Hamdok devient le premier 1er ministre de l'ère post-Béchir

Bientôt un forum africain pour la mobilisation des investissements climatiques

Le port de Douala entend poursuivre la procédure d’attribution de son terminal à conteneurs, en dépit des actions en justice de Bolloré

Electrification : 20 millions $ supplémentaires obtenus par la Facilité d’inclusion énergétique auprès du CTF

 
AGRO

Afrique du Sud : la production de myrtilles devrait connaître une hausse de 45% en 2019

Afrique du Sud : l’inquiétude monte dans l’industrie de la laine face à l’interdiction chinoise

Zimbabwe : forte chute de la production cotonnière, attendue à 68 000 tonnes en 2019/2020

Le Rwanda obtient un prêt de 94 millions $ du Japon pour la lutte contre la malnutrition

 
ELECTRICITE

Le Nigeria ambitionne de connecter son réseau électrique à celui de 8 pays d’Afrique de l’Ouest

Congo-Kinshasa : la libéralisation du secteur électrique entravée par l’absence de cadre opérationnel

Egypte : Lekela a achevé la mobilisation financière de la centrale éolienne de West Bakr

RDC : Félix Tshisekedi appelle à lever le paradoxe de l’électricité, 100 GW de potentiel pour 1 GW disponible

 
HYDROCARBURES

Soudan du Sud : Salva Kiir met en garde les compagnies pétrolières contre la mauvaise gestion

103 milliards $ d’investissements attendus dans le secteur africain du gaz naturel liquéfié, avant fin 2019

Nigeria : le président Buhari limoge le ministre du Pétrole Ibe Kachikwu

L’OPIC finalise son accord de prêt de 40 millions $ avec la société énergétique sud-africaine Renergen

 
MINES

Le Mali adopte un nouveau code minier pour augmenter la contribution des mines à l’économie

L’avalanche de nouvelles sources d’approvisionnement n’augure pas d’un bon avenir pour le lithium (CRU)

Burkina Faso : le principal actionnaire d’Avesoro Resources veut prendre le contrôle total de la société

Les exportations de phosphates de l’UEMOA sont en hausse de 18,6% en 2018

 
TELECOM

Selon Gartner, les smart cities, l’IoT et les satellites en orbite basse transformeront le monde des affaires en Afrique d’ici 2029

Harriet Thompson : « la Grande-Bretagne porte un grand intérêt au secteur nigérian des TIC »

Nigeria : 693 tours télécoms menacées de destruction par la NCC, après les 7 000 de la NCAA

L’UIT va renforcer les compétences des acteurs publics congolais en économie numérique

 
FORMATION

Les universités anglophones sont les plus présentes sur le Web en Afrique, selon le classement Webometrics

Tchad : 19 établissements privés de l’enseignement supérieur fermés

Le Centre pour la science et l’environnement organise deux formations sur la gestion des eaux usées en milieu urbain en Afrique du Sud

Sénégal : le gouvernement vient d’ouvrir sa plateforme d’orientation académique pour l’année 2019

 
COMM

MultiChoice baisse les prix de ses bouquets de télévision pour résister à Netflix

L'Algérie expulse Ahmed Benchemsi de Human Rights Watch

Gabon : l’opérateur TV Satcon devra verser 20 millions de FCFA à Canal+ pour piratage d’images

Maroc : les investissements publicitaires en baisse de 4,6 % au premier semestre 2019

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique