Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Services financiers formels et travailleurs informels : comment les services financiers peuvent-ils fonctionner pour la gig economy ?

Services financiers formels et travailleurs informels : comment les services financiers peuvent-ils fonctionner pour la gig economy ?
  • Date de création: 21 mai 2020 05:34

(MICROSAVE CONSULTING) - C’est une nouvelle semaine et un nouveau mois. Miriam se lève le matin, imprime une vingtaine d’exemplaires de son CV et prend la direction de Nairobi. Elle prévoit de déposer son CV auprès de différentes entreprises du quartier central des affaires dans l’espoir de trouver un emploi. Cela fait maintenant neuf mois qu’elle a obtenu son diplôme d’ingénieur en électricité dans une école technique locale. Pourtant, elle n’a pas réussi à décrocher un emploi en bonne et due forme.

Voir aussi le webinaire : Développer des concepts de produits d'assurance et de micro-assurance pour la "gig économie", l'exemple de Lynk au Kenya

La pénurie d’emplois formels représente une source de frustration croissante pour les jeunes du Kenya comme Miriam. La pandémie de COVID-19 aggrave encore plus la situation. Incapable de trouver un emploi formel, Miriam a utilisé ses compétences pour fournir des services de réparation électrique aux habitants de sa ville et gagner ainsi un peu d’argent pour se lancer. Compte tenu du caractère essentiel de son activité, Miriam continue de recevoir des appels pour réparer des pannes électriques domestiques. Les revenus tirés de ces réparations pourraient être décents s’ils étaient plus réguliers et mieux payés. Elle souhaite être son propre patron, mais les demandes de réparation de ses amis et de ses anciens clients ne sont pas suffisantes.

Selon les Nations Unies, le taux de chômage[1] du Kenya est de 11,5 %, un chiffre nettement supérieur aux pays voisins que sont la Tanzanie et l’Ouganda, qui ont des taux de chômage de respectivement 2,2 % et 2,1 %. Il est important de résoudre les problèmes de chômage, qui relèvent des Objectifs de développement durable 1 (éliminer la pauvreté) et 8 (promouvoir la croissance économique). Au Kenya, le secteur informel offre d’abondantes possibilités de générer des revenus pour les jeunes. Le Bureau national des statistiques du Kenya estime qu’en 2018, 83 % des personnes employées au Kenya travaillaient dans le secteur informel. Ce chiffre augmente de façon régulière depuis cinq ans, ce qui illustre le rôle essentiel que le secteur informel joue dans l’économie.

Ce secteur présente plusieurs caractéristiques. Il s’agit principalement d’activités à petite échelle, avec des barrières à l’entrée et à la sortie peu élevées, des compétences acquises principalement dans les écoles professionnelles, un investissement en capital peu élevé, une sécurité de l’emploi limitée ou inexistante et un statut de travailleur indépendant. La prolifération des services financiers digitaux a également permis le travail et le paiement à distance, le cas échéant.

Le secteur informel est toutefois confronté à plusieurs défis :

  • Rémunération faible et irrégulière : les emplois informels ne sont pas stables. La rémunération est souvent peu élevée, car les emplois informels sont souvent considérés comme de moindre valeur.
  • Manque de sensibilisation et protection minimale des travailleurs par le droit du travail : les travailleurs sont notamment exposés aux mauvais traitements, aux licenciements abusifs et à de mauvaises conditions de travail.
  • Accès difficile ou impossible aux services financiers utiles, tels que l’assurance, le crédit ou les régimes de retraite : les travailleurs du secteur informel n’ont pas de justificatifs financiers ni de sécurité d’emploi, ce qui les empêche d’accéder au crédit et à l’assurance.
  • Absence d’antécédents professionnels : à l’exception des recommandations personnelles, les travailleurs informels sont rarement en mesure de faire la preuve de leur expérience pour obtenir un emploi.
  • Perte de revenus potentiels pour l’État : la plupart des travailleurs informels ne contribuent pas à l’impôt sur le revenu.

Comment le secteur informel peut-il par conséquent devenir plus favorable aux travailleurs ? Comment résoudre les problèmes liés à l’emploi informel, tels que la faiblesse des revenus, la précarité du travail et la difficulté d’accès aux services financiers ? L’économie de plateforme est une solution qui permet aux travailleurs informels de bénéficier des avantages de l’économie formelle. Grâce à ces plateformes digitales, les antécédents des travailleurs sont enregistrés et consultables. Ayant donné naissance au concept de « gig economy » (économie à la tâche), ces plateformes digitales sont des marchés qui permettent aux travailleurs indépendants d’entrer en contact avec des clients pour leur proposer des services ponctuels et de courte durée dans des domaines tels que le transport, la plomberie, l’installation ou la réparation électrique, la recherche et le développement web, entre autres services.

Voici quelques exemples actuels en provenance du monde entier :

2services plateformes financiers

Lynk est une plateforme de travail indépendant en ligne qui permet aux clients de trouver des artisans et divers autres professionnels du secteur informel, comme par exemple des plombiers, des menuisiers, des électriciens, des peintres, des masseuses ou des esthéticiennes. Pour accéder à ces services, les clients se connectent au site web et recherchent le service qu’ils souhaitent obtenir. Une fois que la plateforme reçoit la demande, elle met le client en relation avec l’un des professionnels, également appelé « pro ». Le professionnel reçoit une alerte sur l’opportunité de travail disponible et répond en indiquant sa disponibilité. Après le service, le consommateur classe le pro en fonction de la qualité perçue du service qu’il a reçu, généralement pour la référence du consommateur suivant. Parmi les autres acteurs qui utilisent des applications pour offrir un accès rapide et facile à des spécialistes à court terme au Kenya, on peut citer Ujuzy et Kuhustle.

Formaliser des aspects du secteur informel

Les plateformes de travail indépendant garantissent un flux de travail plus régulier au travailleur informel. Les clients se fient à ces plateformes pour trouver une expertise sûre et vérifiée. Les travailleurs informels ont ainsi accès chaque jour à davantage d’opportunités et disposent de revenus plus stables. Miriam fait maintenant partie d’une plateforme de travail indépendant qui lui permet de proposer différents services d’installation et de réparation électrique. Elle bénéficie ainsi d’une combinaison de travail provenant de la plateforme et d’autres sources. Grâce à la plateforme, elle continue de servir les habitants de sa ville en parallèle de nouveaux utilisateurs selon leur localisation.

Suite au nombre croissant d’infections par le COVID-19 et aux mesures de confinement et de distanciation sociale imposées par le gouvernement, certains services basés sur des applications sont en train de prospérer. Glovo, une entreprise de livraison, a été citée parmi les applications les plus téléchargées pour le mois de mars 2020 au Kenya.

La pandémie COVID-19 a néanmoins eu un impact considérable sur les emplois informels traditionnels qui exigent une présence physique. Par exemple, la manucure qui attendait que les clients passent devant sa boutique n’a plus d’activité, car les clients sont tous chez eux, à l’abri de la propagation du virus. Le menuisier, qui comptait sur la clientèle de passage pour voir et acheter de beaux meubles, ne peut plus vendre sa marchandise, car les clients restent chez eux. Quand l’artisan est en mesure de présenter sa marchandise sur une plateforme en ligne, le client peut y accéder facilement. Il a toujours besoin de meubles et de beaux ongles, mais il en a besoin dans la sécurité de son domicile.

Les plateformes de travail indépendant collectent de grandes quantités de données. Ces données comprennent des informations telles que le nombre de contrats ou de missions, le montant des paiements, la gamme des services fournis et les témoignages des clients. Ces données peuvent permettre aux travailleurs informels d’accéder à différents services financiers, tels que le crédit, la retraite ou l’assurance. Certains pays exigent que les plateformes de travail indépendant fournissent des couvertures d’assurance de type Work Injury Benefits Act (WIBA : lois sur les accidents du travail), notamment pour l’embauche d’ouvriers exposés au risque d’accidents du travail.

MSC a récemment engagé des compagnies d’assurance locales pour développer des produits de micro-assurance destinés aux travailleurs indépendants. La plateforme est en train de tester l’utilisation des données relatives aux transactions et aux emplois afin de fournir une couverture adéquate aux travailleurs indépendants dans le cadre de polices évolutives et à la demande. Les produits d’assurance de ce type sont avantageux pour les travailleurs comme pour les plateformes. Leur développement nécessite toutefois de repenser les modèles d’assurance pour les centrer davantage sur le client tout en répondant aux besoins d’un secteur informel en pleine mutation digitale. Les plateformes de travail indépendant doivent également étudier le rôle des incitations, comme par exemple l’éducation financière, pour aider les travailleurs indépendants à améliorer leurs conditions de vie grâce à des services financiers distribués sous forme digitale, en matière d’assurance par exemple.

Miriam a commencé à travailler par l’intermédiaire de Lynk pour offrir des services de réparation électrique. « Grâce à la plateforme, je gagne maintenant mieux ma vie que mes amis qui ont un emploi formel » se réjouit Miriam. Désormais son propre patron, elle est beaucoup plus optimiste quant à son avenir.

Dans le prochain article, nous nous intéresserons plus en détail au développement de produits d’assurance et d’autres produits financiers destinés aux travailleurs indépendants.

Peter Karah

[1] Le chômage est défini par l’Organisation internationale du travail (OIT) comme « le fait de ne pas occuper un emploi salarié ou indépendant, mais d’être disponible pour travailler et d’avoir pris des mesures pour chercher un emploi ou un travail indépendant ».

 MSC


 
GESTION PUBLIQUE

Covid-19 : Chine et Etats-Unis « au bord d’une nouvelle guerre froide » (diplomatie chinoise)

Covid-19 : le Conseil présidentiel pour l’Afrique appuie les initiatives innovantes africaines et de la diaspora

Réforme du Franc CFA : les parlements africains ne seront pas consultés sur un point essentiel

Le Togo déploie des laboratoires mobiles à l'intérieur du pays pour dépister les cas d’infection

 
AGRO

Cargill va mettre en place une traçabilité complète de sa chaîne d’approvisionnement de cacao au Cameroun

Kenya : l’industrie floricole reprend progressivement ses activités

Afrique du Sud : la volaille américaine poursuit sa percée

Criquets pèlerins : la Banque mondiale apporte un soutien de 500 millions $ aux pays affectés

 
ELECTRICITE

Kenya : cinq entreprises encore en lice pour la construction de la centrale géothermique d’Olkaria VI (140 MW)

Djibouti : le gouvernement valide la construction de la centrale solaire de Bara (30 MW)

Le Niger recadre l'attribution des licences dans le secteur de l'énergie électrique

EIG Global Energy Partners crée un fonds de 1,1 milliard $ pour le développement des énergies renouvelables

 
HYDROCARBURES

Les producteurs nigérians de baryte accusent les compagnies pétrolières de sabotage économique

Côte d’Ivoire : PGS publie les résultats d’une étude sismique améliorée du bloc pétrolier CI-706

Afrique du Sud : Sasol s’attend à une baisse d’au moins 20 % de ses bénéfices pour l’ensemble de l’année

Selon un juge londonien, l’Angleterre n’est pas compétente pour statuer sur l’affaire OPL 245

 
MINES

Zambie : Volt Resources acquiert un nouveau projet aurifère pour 4 millions de dollars

Ghana : Golden Star place 60 employés en quarantaine après la découverte de deux cas positifs au coronavirus

Botswana : Galileo Resources finalise l’acquisition de plusieurs actifs de cuivre

Namibie : Deep South publie une « solide » évaluation économique préliminaire pour le projet de cuivre Haib

 
TELECOM

Le Rwanda se dote d’une agence spatiale dont l’entrée en service est prévue pour juillet

Zambie : MTN injecte 9,8 millions $ dans la mise à niveau de son réseau

Afrique du Sud : Naspers investit 100 millions de rands dans l'agritech

L’Angola accorde à Africell la 4e licence mobile du pays

 
TRANSPORT

Le Rwanda va injecter 152 millions de dollars pour soutenir la compagnie aérienne nationale

Air France relance ses vols commerciaux vers le Cameroun dès le 25 mai

L’Angola et la Chine signent l’addenda au contrat de construction du nouvel aéroport international de Luanda

Le Cameroun automatise 14 de ses 44 postes de péage routier

 
ENTREPRENDRE

Une start-up nigériane réussit à réaliser 1 million de dollars de revenus avec l’exportation de déchets plastiques

Au Gabon, une jeune entrepreneure réussit à créer une start-up de jus de fruits avec 25 000 FCFA

Côte d’Ivoire, Rita Dro installe des mini-bibliothèques dans les rues pour promouvoir la culture littéraire

La Gabonaise Imoni Romba fait de la confiture d’oseille de Guinée, une plante d’Afrique Centrale et Occidentale

 
MULTIMEDIA

A la rencontre de René Téwou, entrepreneur et évangéliste de l'exode citadin (Vidéo)

Un dispositif automatique de lavage des mains made in Cameroun (Vidéo)

Le marché de la tomate au Nigéria - (Infographie)

Le Bénin est le premier producteur africain de coton - (Infographie)

 
FORMATION

Maroc : inauguration de la première académie virtuelle dans le domaine de la santé

Guinée : INTEGRA lance un programme de formation en ligne pour 200 jeunes

Tchad : l’UNESCO forme les enseignants-chercheurs à l’ingénierie pédagogique en ligne

Tunisie : Gomycode et Tunisia Jobs lancent le programme « Re-skill, Up-skill » pour former 2000 développeurs

 
COMM

Sénégal : une minisérie prend le pari de sensibiliser la population sur la pandémie

Afrique francophone subsaharienne : le Discop va organiser un marché virtuel pour les acteurs du secteur audiovisuel de la région

Un fonds d’aide à la presse divise les journalistes gabonais

Afrique du Sud : l'éditeur musical Sheer Music Publishing racheté