Ecofin Finance

Diamond Bank retrouve de l'éclat, suite à la confirmation de sa fusion avec Access Bank, mais pour Carlyle Groupe l’addition demeure salée

Diamond Bank retrouve de l'éclat, suite à la confirmation de sa fusion avec Access Bank, mais pour Carlyle Groupe l’addition demeure salée

(Agence Ecofin) - Dans l’intervalle des 7 derniers jours, le titre Diamond Bank a gagné l'équivalent de 20% de valorisation sur le Nigerian Stock Exchange, soit environ 4,4 milliards de nairas (12,11 millions $). Un renversement de performance lié à l'annonce d'un accord de principe qui pourrait déboucher sur sa fusion avec Access Bank, une autre banque de poids au Nigéria.

Access Bank se propose en effet de payer 3,13 nairas chaque action de Diamond Bank, qui, avant l'annonce de l'accord valait 0,8 nairas sur la Bourse de Lagos. On peut donc comprendre que des initiatives de placement de court terme se soient emparés du marché pour tirer avantage de la plus-value potentielle qui se dégagera de cette offre.

Mais il y a deux limites à cette vision des choses. La marge positive réalisable sur cette opération ne concerne que les investisseurs présents au capital de Diamond Bank depuis octobre 2015, date à laquelle l'action est passée, de manière constante, en dessous des 3 nairas. Par ailleurs, Seulement 1 naira sera réglé en cash, le reste (2,13) sera compensé au prorata de nouvelles actions créées dans le capital d'Access Bank.

Un gros perdant potentiel actuellement identifié est Carlyle Group, la firme américaine de capital-investissement. Carlyle est entré au capital de Diamond Bank en novembre 2014, à la faveur de la sortie du fonds d'investissement britannique Actis, avec un ticket d'entrée de 147 millions $, soit une valeur de 7,38 nairas l'action.

L'offre faite par Access Bank réduit toutefois sa perte à 11,4 milliards de nairas sur le court terme, selon des analystes de la firme de conseil à l’investissement ARM Research. Par ailleurs l'investisseur américain perd son statut d'actionnaire de référence dans une grosse banque nigériane. La dilution de sa participation dans le capital du groupe qui sera éventuellement formé après la fusion, lui donnera un contrôle de seulement de 3,3%.

Idriss Linge


Ecofin Finance     


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance / Gestion Publique