Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

AFFICHE PUB ECOFIN Finance

La solide performance des banques cotées tunisiennes cache un ensemble de risques à surveiller de près

  • Date de création: 14 novembre 2018 15:21

(Agence Ecofin) - L'attention des investisseurs ciblant le secteur financier de la Bourse des Valeurs Mobilières de Tunisie, aura été marqué, ces dernières semaines, par la performance cumulée des banques cotées sur ce marché financier. Selon des données compilées par Ilboursa, elles ont dégagé un bénéfice net global de 588,4 millions de dinars (environ 206 millions de dollars) au cours du premier semestre 2018.

Il n'est donc pas exclu qu'on reste sur une tendance à la hausse de cet indicateur. Sa progression de 18,5% comparée à celle du premier semestre 2017, est au-dessus des 15% de taux de croissance annuelle minimum constaté sur la période 2010 à 2017 (période au cours de laquelle le bénéfice net cumulé des banques est passé de 418 millions de dinars tunisiens à 1,12 milliards).

Cette solide performance cache cependant des défis latents qu'il conviendra de surveiller de très près. Le premier est celui de la couverture des actifs risqués par les fonds propres. Dans la règlementation du secteur, les banques se doivent de disposer d’une quantité minimale de fonds propres en couverture de certains actifs risqués.

Or selon une analyse effectuée par la société de bourse tunisienne Maxula Bourse, le fait pour les banques commerciales tunisiennes de s'être jetées sur les titres publiques émis par le gouvernement local, constitue une source de problème, autant que de revenus. Pour l’ensemble des banques cotées (excepté l’une d’elle), le stock total en bons du Trésor a fortement progressé, passant de 5,3 milliards de dinars en 2014 à plus de 9 milliards de dinars à fin 2017. Leur volume totalisait 11% de l’actif total des banques à fin 2017.

Problème, dans une récente note d’analyse publiée le 19 octobre 2018, l'agence de notation américaine Moody's a rétrogradé de stable à négative, la perspective sur la note des cinq banques cotées tunisiennes qu'elle suit. Elle a expliqué cette décision par le fait, qu'en cas de défis majeurs, le gouvernement tunisien aurait du mal à leur apporter une aide à la restructuration.

L'autre inquiétude en rapport cette accumulation des bons du trésor du gouvernement tunisien, réside dans le risque que ce dernier ne parvienne plus à honorer ses engagements. Dans cette hypothèse, Maxula Bourse explique, que si on élimine la pondération de risque dont jouissent les titres publics, et qu'on applique le ratio le plus dur qu'est le ratio de levier (fonds propres sur actifs), seulement deux banques cotées passent le test.

Le reste y compris la Banque International Arabe de Tunisie (BIAT) et Attijari Bank (filiale local d'Attijariwafa Bank), présente un besoin potentiel de fonds propres additionnel qui, à la fin 2017, montait à 2,9 milliards de dinars. La configuration des actifs dans le secteur bancaire tunisien n'a pas changé et on peut émettre l'hypothèse forte que ce défi persiste cette année 2018.

Le troisième problème auquel font face ces banques est celui de l'entrée en vigueur de la nouvelle circulaire de la banque centrale tunisienne en matière de ratio du volume de crédits accordés en comparaison à l'encours des dépôts collectés.

Au total cinq des banques cotées font face à un niveau de ratio supérieur à la nouvelle règle qui est de 120%. Deux situations s'imposent désormais à elles. Soit elles réduisent l'encours des prêts à la clientèle, portant alors un coup de frein à la hausse de leurs revenus d'intérêts, soit elles vont à la chasse aux dépôts, toute chose qui n'est pas gagnée d'avance.

Idriss Linge


Ecofin Finance     


 
GESTION PUBLIQUE

Afreximbank lance le premier système de paiement numérique à l'échelle continentale

Nigeria : le gouvernement obtient 15 millions $ du GEF pour la gestion des déchets électroniques

Zimbabwe: le taux d'inflation annuel grimpe à 175,66% en juin, le plus haut niveau en 10 ans

Zambie : la ministre des Finances Margaret Mwanakatwe limogée

 
AGRO

L’insécurité alimentaire a augmenté de 28% en 2019/2020 dans la région de la SADC (rapport)

La production mondiale de riz a atteint 778,6 millions de tonnes en 2018 (FAO)

La production d’huile de palme du Gabon augmente de 56 % au premier trimestre 2019

Cameroun : CDC enregistre une chute vertigineuse de sa production d’huile de palme suite à la « crise anglophone »

 
ELECTRICITE

Tunisie : un nouvel appel d’offres pour la mise en place de 107 MW de centrales solaires

BAD : une facilité de 56 millions € pour accompagner l’électrification au solaire de 4,5 millions de personnes

Togo : 90 MW de centrales solaires seront construites dans le cadre du programme Scaling Solar

Le Cameroun mandate Sinohydro pour l’étude d’un projet de centrale solaire de 20 MW dans la région du Nord

 
HYDROCARBURES

Afrique du Sud : une politique énergétique de plus en plus tournée vers le gaz naturel

Le Nigérian Mohammed Barkindo reconduit au poste de secrétaire général de l’OPEP

L’AIE prédit une nouvelle surabondance de l’offre pétrolière pour 2020

Libye : l’une des plus grandes centrales électriques du pays va opérer un switch du pétrole vers le gaz

 
MINES

Afrique du Sud : MC Mining obtient un financement de 245 millions de rands pour le projet Makhado

Maroc : Emmerson lève de nouveaux fonds pour accélérer le développement du projet Khemisset

Côte d’Ivoire : Roxgold fait une première estimation de ressources aurifères à Séguéla

Mark Bristow, PDG de Barrick : «L'industrie minière de la RDC a été constamment paralysée par les modifications de la législation fiscale»

 
TELECOM

Zimbabwe : le gouvernement souhaite privatiser TelOne et NetOne d’ici la fin de l’année

L'Egypte investit dans la qualité de ses télécommunications en se dotant d’un centre national de surveillance des TIC

Tchad : Idriss Deby lève la restriction d’accès aux réseaux sociaux, en vigueur depuis plus d’un an

Rapport sur le développement durable 2018 de Huawei : assurer l'égalité d'accès pour tous

 
FORMATION

Maroc : le gouvernement lance une plateforme de formation en ligne

L’Afrique doit former 300 000 personnes chaque année jusqu'en 2023 pour combler son déficit en ingénieurs (Etienne Ehouan Ehilé)

La Russie décide d’octroyer 60 bourses aux étudiants béninois

Le gouvernement égyptien propose des bourses d’études aux étudiants sénégalais

 
COMM

Données personnelles : le régulateur américain de la concurrence inflige une amende de 5 milliards de dollars à Facebook

Zambie : l’agence de communication Boomtown remporte le budget média de Lafarge

Zambie : les médias locaux de mauvaise foi concernant la part de contenu chinois diffusée par StarTimes

Niger : la Maison de la presse rénovée par l’Agence de coopération de la Turquie

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique