Ecofin Finance

Côte d’Ivoire : la filiale d’Attijariwafa Bank, loin d'atteindre ses prévisions de croissance annuelle moyenne du bénéfice net en 2018

Côte d’Ivoire : la filiale d’Attijariwafa Bank, loin d'atteindre ses prévisions de croissance annuelle moyenne du bénéfice net en 2018

(Agence Ecofin) - Pour les 9 premiers mois de l'année 2018, la Société Ivoirienne de Banque (SIB), filiale du groupe marocain Attijariwafa Bank, a déclaré un bénéfice net de 16,3 milliards de FCFA. Une solide performance, qui a été soutenue par la hausse de 13,5% de son produit net bancaire.

Si ce bénéfice net est à un niveau record pour la banque, elle n'affiche qu'une fragile progression de 1,1%, loin de l'objectif de Taux de Croissance Annuelle Moyenne (TCAM) de 10,2% qui avait été présenté dans la note d'informations rendue publique, dans le cadre de son introduction en 2017 sur la Bourse Régionale des valeurs Mobilières d'Abidjan.

La SIB a expliqué cette pression sur sa dernière ligne de bilan (bénéfice net), par la contrainte qu'elle a eue avec le groupe SAF CACAO, dont le poids de la dette en souffrance a absorbé près de 70% des provisions pour créances douteuses effectuées par la banque. Dans ces conditions, son coût du risque a bondi de plus de 160% pour atteindre les 3,6 milliards de FCFA.

Aussi, l'établissement financier a subi un ajustement de la pression fiscale, dans la mesure où, pour la détermination de son bénéfice net de la période, elle a retenu le taux d'imposition maximal de l'impôt sur les sociétés (25%), contre un taux de 21,2% retenu pour le compte de l'exercice 2017 et qui considérait un certain nombre d'éléments d'optimisation fiscale.

Le dernier trimestre de l'année en cours ne sera pas plus prolifique. « Le dernier trimestre, généralement impacté par le financement de l’activité cacao, démarre timidement, mais le portefeuille de crédits de la banque, sur les autres secteurs d’activités, reste important et ses encours de crédits devraient encore progresser sur cette période » a fait savoir la banque dans communication financière.

Sur le marché financier de l'UEMOA où la banque est cotée, son action a débuté la semaine sur une hausse de 1%, mais avec un faible volume de titres échangés (10) à la mi-journée de ce lundi 12 novembre. Lorsqu'on prend pour référentiel la date du 15 juin qui est celle d'entrée en vigueur du fractionnement, le titre a perdu un peu plus de 25% de sa valeur.

Idriss Linge


Ecofin Finance     


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance / Gestion Publique