Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Kenya : les gagnants et les perdants de l'abrogation de la loi limitant les taux d'intérêt applicables sur les prêts bancaires

  • Date de création: 06 novembre 2019 11:14

(Agence Ecofin) - Le Parlement kényan a sans surprise adopté l'abrogation de la loi qui sur les trois dernières années, limitait les taux d'intérêt appliqués aux crédits bancaires, à seulement 4% au-dessus du taux directeur de la Banque centrale. La nouvelle situation législative pourrait donc avoir des conséquences diverses selon les types d'acteurs et sous-secteurs de la finance.

Les grands vainqueurs de cette bataille sont les banques, notamment les plus grosses comme Equity Group ou encore Kenya Commercial Bank. Avec d'autres institutions financières de même catégorie, ils ont durement combattu la loi abrogée, de sa conception à sa mise en œuvre. Leur argument principal était que, limiter la capacité pour les banques de recevoir un prix équitable pour le risque qu'elles prennent, n'était pas du tout positif.

L'application de cette loi de limitation sur les taux d'intérêt aura donc été marquée par une grosse campagne médiatique contre, et sur le plan bancaire elle s'est traduite par un refroidissement de la croissance des crédits à l'économie. Les investisseurs qui ont effectué des placements sur les actions des banques avaient perdu espoir de voir les revenus augmenter sur un marché bancaire très concurrentiel.

Sur le Nairobi Securities Exchange, les banques figurent désormais en bonne place des entreprises dont les valeurs ont fortement progressé au cours du dernier mois. Une période qui coïncide avec le moment où le président Uhuru Kenyatta a renvoyé la Loi de finances, imposant au Parlement de revoir la loi sur la limitation des taux. Loin d'être un grand ami des banques, les raisons de la volte-face du chef de l'Etat kényan sont d'ordre pragmatique.

Un objectif fiscal derrière le soutien décisif du président Uhuru Kenyata ?

Plusieurs raisons peuvent avoir poussé Uhuru Kenyata à militer pour le changement de loi. La première c'est que le gouvernement kényan est en inconfort avec sa dette aussi bien interne qu'externe, alors qu'il doit faire face à plusieurs attentes sociales ; déjà, après avoir âprement remporté la dernière élection présidentielle qui a laissé le pays divisé. De même, la population kényane a crû de 26% au cours des 10 dernières années, alors que les revenus fiscaux n'ont pas connu le même boom. Avec la limitation des taux d'intérêt, les entreprises, notamment les moyennes, n'avaient plus accès au crédit et donc ne pouvaient plus soutenir leurs activités et payer les impôts. 

Ensuite, les banques qui sont près de 40 au Kenya, sont de grands contributeurs de l'impôt sur le revenu des sociétés. Pour la présidence, si elles peuvent reprendre les activités d'intermédiation financière, elles auront plus de revenus, et donc plus d'impôts seront payés par le secteur qui est très développé au Kenya. Mais cette nouvelle impulsion donnée aux ténors du secteur du crédit risque de peser sur d'autres acteurs.

A la faveur des taux d'intérêt plus bas, des personnes ont contracté des prêts et risquent de se trouver dans une difficulté encore plus grande à rembourser. Les défauts risquent de s'accumuler et les banques devront bien manœuvrer pour s'en sortir. En outre, le repli des banques à prêter notamment à des profils jugés risqués, avait ouvert la voie à un ensemble de petites structures de microfinance et sociétés de paiement qui offraient des services de nano crédit. Ce sous-secteur pourrait être ébranlé.

Enfin, des experts du Fonds monétaire international ont relevé que supprimer la loi sur la limitation des taux n'était pas la panacée et que de nouvelles mesures d'accompagnement s'imposaient. Le directeur Abebe Aemro Selassie en charge de l'Afrique au sein de l’institution, a suggéré que le gouvernement aurait pu pousser le secteur bancaire à plus de compétition. Un exemple suivi au Nigeria, où la Banque centrale a interdit les banques commerciales d'investir sur le marché des titres publics à court terme.

Idriss Linge


 
GESTION PUBLIQUE

Le partenariat public-privé en République de Guinée : outil de redémarrage économique post-Covid-19 ?

L'Union africaine s'insurge contre le « meurtre » de George Floyd par des policiers blancs aux Etats-Unis

Coopération : les Etats-Unis et le Rwanda signent un nouvel accord militaire

Covid-19 : « nous continuons l'utilisation de la Chloroquine », au Togo (Officiel)

 
AGRO

L’entreprise britannique Gemcorp veut renforcer ses activités dans l’exportation de blé vers l’Afrique

Afrique du Sud : BATSA lancera finalement une action en justice contre le gouvernement

Burkina Faso : la production cotonnière renoue avec la croissance en se chiffrant à 464 000 tonnes en 2019/2020

Afrique du Sud : « les conséquences du confinement sur l’industrie du vin sont irréparables » (VinPro)

 
ELECTRICITE

Eolien : 63 GW de nouvelles centrales eoliennes ont été installées en 2019 (Global Wind Energy Council)

Nigeria : le gouvernement débloque un premier financement pour le projet de 25 000 MW de Siemens

Afrique du Sud : Une entité publique propose à l’Eskom de convertir 5 milliards $ d’obligations en actions

Côte d’Ivoire : la production électrique a crû de 6 % en 2019 par rapport à 2018

 
HYDROCARBURES

Pour faire face à la crise, le Nigéria va réduire à 10 dollars le coût de production du baril de pétrole

Ghana : le gaz de pétrole liquéfié produit au niveau local est plus cher que celui importé, dénoncent les consommateurs

Chevron va réduire de 10 à 15 % ses effectifs mondiaux

La société publique angolaise du pétrole exécute un accord d’amodiation sur un bloc important à Cuba

 
MINES

Burkina Faso : l’État veut générer des recettes de près de 150 milliards de francs CFA grâce à deux mines d’or

Angola : Orelogy Consulting réalisera l’étude de faisabilité définitive du projet de phosphate Cabinda

Congo : une nouvelle étude réduit l’investissement nécessaire pour l’exploitation du minerai de fer de Zanaga

Cameroun : le groupe britannique BWA élargit son portefeuille d’exploration minière

 
TELECOM

Nigéria : MTN veut lever 50 milliards de nairas pour soutenir ses opérations

Cameroun : après un préavis de grève, Nexttel appelle son personnel à se concentrer sur la performance de l’entreprise

Afrique du Sud : les autorités offrent 30 Go gratuits d’internet aux étudiants pour une période de 3 mois

En Afrique, l'Algérie, le Nigeria et la Tunisie trustent la tête des cyberattaques sur mobile au 1er trimestre 2020

 
TRANSPORT

Rwanda : dès le 1er juin à Kigali, le paiement par Mobile Money pour le transport public à moto sera obligatoire

Le Ghana suspend indéfiniment les frais d’atterrissage sur ses aéroports

Cameroun : l’aéroport de Douala va augmenter ses capacités de 1,5 à 2,5 millions de passagers par an

Covid-19 : le trafic aérien a chuté de 95% dans l’Uemoa

 
ENTREPRENDRE

Un entrepreneur sénégalais crée un système de localisation des lieux sans adresse de rue

Kenya : La start-up Amitruck propose une plateforme de mise en relation des acteurs du transport logistique

Ghana : Isaac Sesi, 27 ans, conçoit un appareil qui limite les pertes après récolte

Au Burkina Faso, une famille de fermiers associe fruits et légumes sur un même sol pour cultiver sans pesticides

 
MULTIMEDIA

Au Rwanda, des robots en renfort dans la lutte contre la COVID-19 (Vidéo)

Professeur dans un village enclavé, il est sacré meilleur enseignant au monde ! (Vidéo)

Les chiffres de l'industrie du mobile money en Afrique (2019) - Infographie

Des compagnies aériennes sur la piste des carburants dépourvus de CO2 (Vidéo)

 
FORMATION

Digital Africa lance l’édition 2020 de son programme de formation pour les entrepreneurs africains

Kenya : l’Iran envisage de créer un centre de nanosciences à Nairobi

Le projet de mobilité en génie biomédical africain propose des bourses aux étudiantes et personnel des universités

Maroc : le gouvernement s’engage avec IBM pour offrir des formations aux chercheurs d’emploi

 
COMM

Algérie : deux films documentaires provoquent une brouille avec la France

Une start-up française veut former les scénaristes nigérians de Séries TV à partir de mars 2021

Mozambique : le projet chinois visant à fournir la télévision satellite est achevé

Nigeria : le régulateur sanctionne trois radios pour avoir diffusé de fausses informations sur la Covid-19