Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève
Agence Ecofin

Agence Ecofin

Website URL:

« Le Zimbabwe n’est pas menacé par la famine. Nous sommes bien organisés. Nous sommes prêts et nous apprécierons aussi le soutien de la communauté internationale ». Cette déclaration a été faite par Mthuli Ncube (photo), ministre zimbabwéen en charge des Finances.

Cette affirmation reste bien optimiste aux yeux de certains observateurs alors que l’ONU indique que les réserves de maïs du pays restent insuffisantes pour nourrir la moitié de la population qui doit faire face à une terrible insécurité alimentaire.

Et si M. Ncube assure à Bloomberg que le gouvernement a entamé un processus d’importation de maïs, dans le rang des organisations humanitaires on reste sceptique. « La situation n’a pas changé. Nous ne voyons rien », nuance Eddie Rowe, directeur du Programme alimentaire mondial (PAM) pour le Zimbabwe.

S’il reconnaît en effet que l’organisation a déjà importé 20 000 tonnes de maïs et que 50 000 tonnes devraient arriver d’ici la fin du mois de février, le responsable indique que le gouvernement n’est pas impliqué dans ces différentes démarches.   

Pour rappel, le PAM a besoin d’un montant de 200 millions $ pour venir en aide à 4,1 millions de personnes durant le premier semestre 2020.     

Lire aussi :

02/01/2020 - Zimbabwe : les réserves alimentaires du PAM pourraient s’épuiser d’ici février 2020

17/09/2019 - Zimbabwe : face à la grave sécheresse, le gouvernement déclare l’état d’urgence

17/07/2019 - Zimbabwe : il faudra 218 millions $ pour faire face à l’insécurité alimentaire (ZimVac)     

Le président Recep Tayyip Erdogan (photo) va entamer une tournée africaine le 26 janvier prochain. Au moins trois pays seront visités par le chef d’Etat.

L’Algérie sera le premier pays à accueillir le dirigeant turc dans sa nouvelle tournée. Recep Tayyip Erdogan devrait y rencontrer le président Abdelmadjid Tebboune, fraîchement élu à la tête du pays en pleine révolution politique.

Les deux dirigeants devraient évoquer l’évolution de la crise en Libye, pays avec lequel l’Algérie partage une frontière terrestre. Ces derniers mois, la Turquie a intensifié ses actions dans le pays déchiré par des violences, avec notamment l’envoi de troupes turques sur le sol libyen.

Deux autres pays, le Sénégal et la Gambie, recevront la visite du président turc. Celui-ci y discutera essentiellement coopération économique, lui qui veut faire d’Ankara un des principaux partenaires commerciaux du continent noir, notamment en renforçant ses relations avec les pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Cette nouvelle tournée succède à celle effectuée en février 2018 et qui a vu le président turc visiter l’Algérie, le Mali, le Sénégal et la Mauritanie. Elle devrait également préparer le troisième sommet Afrique-Turquie prévu pour se tenir à la fin du mois d’avril 2020.   

Moutiou Adjibi Nourou

Les services télécoms demeurent perturbés sur les réseaux télécoms des opérateurs Airtel, Telekom Networks Malawi et même chez les fournisseurs de services à l’instar de Malawi Digital Broadcasting Network (MDBNL) ou encore Zodiak Broadcasting Station, à Lilongwe la capitale.

La cause de cette perturbation est l’incendie qui a ravagé le centre de transmissions télécoms de Malawi Telecommunications Limited (MTL), l’opérateur historique, le 15 janvier 2020. Le centre abritait certains équipements des sociétés télécoms et fournisseurs de services.

Se voulant rassurant quant à la réaction rapide de l’entreprise pour résoudre le désagrément causé aux usagers par cette situation, Gladson Kuyeri, le directeur commercial de MTL, a expliqué qu’un plan de gestion de crise et de rétablissement a été initié et que les liaisons affectées par l’incendie ont commencé à être rétablies le lendemain et se poursuivront jusqu’au rétablissement total de toutes les connexions.

Godfrey Itaye (photo), le directeur général de l’Autorié de régulation des communications du Malawi (MACRA), a déclaré que la cause de l'incendie et le coût des dégâts n'ont pas encore été établis. Garant de la qualité des services télécoms offerts aux consommateurs, le patron du régulateur télécoms a révélé s’être assuré de la restauration de certains services à l'aide de son système de sauvegarde.

Lire aussi :

26/12/2019 - Malawi : Airtel fixe à 0,02 USD le prix de l’action pour son entrée en bourse

Le Coronavirus constitue désormais une menace internationale qui pourrait affecter le marché pétrolier. Selon les conclusions d’une étude de la Banque d’investissement Goldman Sachs, la demande pétrolière pourrait dans les prochains jours, être réduite de 260 000 barils par jour, ce qui devrait se traduire par un recul de trois dollars par baril en raison des risques liés à la propagation de l’épidémie.

En effet, l’institution bancaire anticipe une diminution du flux de voyages vers et sur le territoire chinois, ce qui entraînera une baisse de la consommation de kérosène pour les avions. Le risque d’infection décourage de plus en plus les voyageurs de prendre l’avion, selon la presse chinoise.

Il faut rappeler qu’avec l’apparition de l’épidémie de SRAS en 2003, les compagnies aériennes asiatiques avaient enregistré une baisse de 8 % de leur trafic annuel. Toutefois, Goldman Sachs tempère en indiquant que l’effet de l’épidémie sur les prix du pétrole sera probablement limité au niveau régional.

Depuis l’apparition de l’épidémie, des centaines de personnes ont été infectées et les autorités sanitaires du monde entier sont en alerte en ce qui concerne d’autres foyers.

Olivier de Souza

Catalyst Fund, un accélérateur de start-up et d’entreprises innovantes évoluant dans des marchés émergents, a mobilisé 15 millions $ auprès de la holding financière américaine JP Morgan Chase et de l’agence britannique en charge de l’aide au développement (Department for International Development).

Ces ressources permettront à Catalyst Fund basé à Boston aux Etats-Unis de soutenir au cours des trois prochaines années, 30 entreprises technologiques dans cinq marchés émergents à savoir : le Kenya, le Nigeria, l’Afrique du Sud, l’Inde et le Mexique. Les entreprises sélectionnées dans le cadre de ce projet seront exposées au réseau de partenaires et investisseurs en relation avec Catalyst Fund.

L’accélérateur de start-up qui a été mis sur pied en 2016 avec le concours de JP Morgan et de la fondation Bill & Melinda Gates, justifie le choix porté sur ces cinq marchés par la présence au sein de ces économies « d’industries dynamiques dans le domaine des technologies financières, abritant un nombre important d’entreprises en phase de démarrage », et aussi par « la nécessité de relever les défis critiques auxquels sont confrontés les consommateurs locaux dans ces pays ».

A ce jour, Catalyst Fund affirme avoir soutenu près de 25 start-up.

Chamberline Moko    

La compagnie minière Orion Minerals recherche un partenaire de coentreprise pour faire aboutir le projet de cuivre/zinc Prieska, en Afrique du Sud. Elle a déclaré à ses actionnaires ce jeudi que Macquarie Capital avait été choisie comme conseiller financier pour l’aider dans ce processus qui devrait aboutir au cours du troisième trimestre.

« Nous avons déjà eu des discussions avec un certain nombre de parties qui pourraient apporter leur expertise technique, financière et stratégique. Nous sommes impatients de nous engager officiellement avec ceux-ci et d’autres au cours des prochains mois pour […] le développement d’une mine de métaux de base africaine », a commenté Errol Smart, PDG de la compagnie.

Selon l’étude de faisabilité bancable, le projet Prieska nécessiterait un investissement en capital de 378 millions $. La production annuelle durant la première phase de 10 ans serait de 189 000 tonnes de cuivre et 580 000 tonnes de zinc.

Lire aussi :

04/09/2019 - Afrique du Sud : le gouvernement accorde un permis d’exploitation minière pour le projet Prieska

DJ Arafat serait toujours l’influenceur le plus populaire de la région Afrique subsaharienne. L’information a été communiquée lors de la cérémonie « Focus on Africa by Facebook », organisée le mardi 21 janvier à Paris.

D’après les statistiques dévoilées par le réseau social, l’artiste décédé, en aout 2019, affiche plus de 2,4 millions d'abonnés sur son compte Facebook et près de 1,8 million de followers sur Instagram. L’artiste avait déjà été désigné principal influenceur d’Afrique subsaharienne l’année dernière.

De son vivant, DJ Arafat dominait également les classements d’influenceurs de son pays. Il avait notamment été classé premier du top 10 des piliers de « l'influence sociale média » en Côte d’Ivoire. Avec son décès, c’est un influenceur de poids qu’ont perdu les marques désirant promouvoir leurs services et leurs produits en Afrique francophone.

Servan Ahougnon

L’agence américaine Development Finance Corporation (DFC) annonce son appui en faveur de LifeBank, une société de technologie de la santé qui effectue des livraisons de médicaments vitaux à des hôpitaux et prestataires de soins de santé au Nigeria.

Sans apporter davantage de détails sur cet appui, l’agence gouvernementale américaine a indiqué que cette action vise à « soutenir les efforts de LifeBank dans l’amélioration de l’accès aux produits médicaux vitaux ».

DFC sera accompagnée dans cette initiative par l’agence américaine pour le développement international (USAID), Crédit Suisse et l’organisation Merck for Mothers. Ces institutions sont réunies dans le cadre de l’initiative Maternal Outcomes Matter (MOM) lancée en juin 2019 et visant à mobiliser des capitaux privés pour soutenir des projets liés à la santé maternelle et infantile en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud.

L’apport financier de ces institutions permettra à LifeBank d’étendre ses activités au Nigeria et en Afrique subsaharienne. L’entreprise envisage d’effectuer des livraisons d’un million de produits médicaux vitaux et de poches de sang aux hôpitaux et centres de santé.

Selon des données publiées par la DFC, le Nigeria a besoin d’environ 1,8 million de poches de sang chaque année, mais seulement 25 % de cette demande est satisfaite.

A travers ce soutien à LifeBank, l’agence américaine DFC qui a succédé à l’Overseas Private Investment Corporation (OPIC), réalisera son premier engagement de l'année dans le secteur de la santé en Afrique.

Chamberline Moko

Lire aussi:

https://www.agenceecofin.com/investissement/1411-71148-l-agence-americaine-development-finance-corporation-realise-son-premier-investissement-dans-le-secteur-des-energies-en-afrique-du-sud

Le ministre ivoirien de la santé et de l’hygiène publique, Eugène Aka Aouélé, a annoncé une série de mesures de prévention prises par le gouvernement afin de faire face à l’épidémie de pneumonie à coronavirus qui se repend progressivement dans le monde. C’est ce qu’a indiqué un communiqué rendu public par le ministère de la santé, ce jeudi 23 janvier 2020.

Parmi ces mesures adressées aussi bien aux personnels de santé qu’aux populations, figure notamment, le « renforcement du contrôle sanitaire aux frontières aéroportuaires, maritimes et terrestres » du pays. A cela s’ajoutent « le renforcement des capacités diagnostiques de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire pour la confirmation des cas suspects, du renforcement des mesures de prévention et de contrôle de l’infection dans les établissements sanitaires ». Ainsi que la sensibilisation des populations sur les mesures de prévention de la maladie.

Le communiqué précise toutefois qu’aucun cas n’a encore été détecté en Côte d’Ivoire.

Baptisé "2019-nCov", le nouveau coronavirus qui frappe la Chine se transmet par voie respiratoire et se manifeste par la fièvre, la toux et les difficultés respiratoires.

De nombreux pays craignent la propagation de ce coronavirus chinois. Après le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et Taïwan, des cas similaires de maladies ont été signalés aux États-Unis, en Russie et au Mexique. En France, une passagère originaire de Wuhan (ville chinois épicentre de l’épidémie) qui a évité les contrôles à l'aéroport est suspectée d'être infectée. Quant aux autorités britanniques, elles pensent que le virus est arrivé en Angleterre.

A ce jour l’épidémie a fait officiellement 17 morts, tandis que 481cas officiels ont été détectés. Enfin, 3 villes chinoises (Wuhan, Huanggang, et Ezhou) ont été mises en quarantaine.

André Chadrak

Sur le rapport du ministre de l’Économie numérique et de la Prospective, le Conseil des ministres, réuni le 22 janvier 2020,  a adopté un projet de décret définissant les données d’identification et déterminant la durée et les modalités de leur conservation auprès des prestataires de services de communications électroniques.

Les données de communication, le gouvernement indique qu’elles « sont celles qui sont engendrées automatiquement lors des transactions électroniques via Internet ou la téléphonie. Elles donnent des informations sur chaque message échangé, notamment le nom, le prénom, le numéro de téléphone et l’adresse IP ».

Le nouveau texte précise les catégories de données à conserver et celles qui dérogent au principe de conservation ainsi que les modalités et la durée de leur conservation. Il consacre également le principe d’effacement de ces données. En gros, il contribuera à renforcer les mesures de protection des données à caractère personnel des citoyens.

Dans un contexte de numérisation progressive, le gouvernement du Mali est conscient du risque de sécurité auquel sont de plus en plus confrontés les utilisateurs de services télécoms. Sans un cadre juridique précis, ils courent le risque que leurs informations personnelles, collectées lors de leur abonnement à des plateformes de services et autres sites finissent entre de mauvaises mains et servent par la suite à des activités illégales.

Lire aussi:

21/09/2018 - Sans réelle protection des données personnelles, l’Afrique prend le risque d’une nouvelle forme d’exploitation

Page 1 sur 6374
Enveloppe Recevez chaque semaine la lettre
Ecofin Droits