Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Agro

Aide au développement
Aide au développement

Aide au développement (155)

Au Mozambique, la Banque mondiale (BM) vient d’annoncer l’octroi d’un financement de 90 millions de $ au secteur agricole. Cette somme ira à des projets d’irrigation dans le se centre du pays, a indiqué Rádio Moçambique.

En tout, 11 régions reparties dans les provinces de Manica, Sofala et Zambézia, qui sont les principales concernées par cet appui de la BM, qui durera jusqu’en 2022, pourront ainsi mitiger l’impact de la sécheresse. Selon Leonardo Lucas, qui coordonne le projet intégré d’irrigation durable de la province de Manica, ces régions devraient bien vite enregistrer une hausse de leur production agricole ainsi qu’une amélioration de leur productivité.

En fin d’année dernière, la BM s’était déjà illustrée au Mozambique en allouant 50 millions de $ de  à la réforme du secteur forestier du pays.

Aaron Akinocho

L’agriculture pour lutter contre l’immigration clandestine. C’est le pari qu’a pris l’Union Européenne (UE) qui a décidé d’injecter plus de 20 millions d’euros dans le secteur agricole de la région sahélienne. Cette action s’inscrit dans le cadre du « Fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique ».

Au nombre des pays bénéficiaires, le Mali se taille la part du lion avec un financement de 13,5 millions d’euros pour sa filière anacarde. Il s’agira d’améliorer toute la chaîne de valeur de la noix. L’initiative devrait toucher quelque 80 000 personnes. Le Sénégal, lui, bénéficiera de deux projets. Le premier, d’un montant de 1,1 million d’euros participera à l’amélioration de la sécurité alimentaire en renforçant "l'accès, la disponibilité et la diversité des aliments en milieu rural dans la région de Matam tout en développant les connaissances et les bonnes pratiques nutritionnelles des populations et des acteurs de la zone.", indique Commodafrica.

Le second projet ira en faveur de la Casamance où les populations qui ont été touchées par le conflit qui s’y est déroulé pour assurer «la couverture des besoins de base des plus vulnérables à travers des activités génératrices de revenus, comme par exemple la diversification et l'amélioration de la production agricole»

Aaron Akinocho

2016 verra le ministre français de l’agriculture, Stéphane Le Foll, se rendre en Afrique pour s’entretenir avec Macky Sall qui préside le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), à propos de l’initiative «4 pour 1000».

Lancée par la France à l’occasion de la la COP 21, cette opération vise à augmenter de 0,4% la teneur en carbone des sols. Ce qui devrait permettre de compenser l’évolution de la quantité de gaz carbonique dans l’atmosphère.

De façon concrète, il s’agira de promouvoir des techniques comme l’usage de paillis pour recouvrir le sol, l’utilisation du compost ou du fumier. Cependant, souligne Hervé Saint Macary, du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), le recours aux engrais chimiques reste toujours une possibilité. «La plupart des propositions se rapprochent de l’agroécologie. Mais, on ne peut pas se cacher que capter du carbone et le mettre dans la matière organique, cela demande aussi d’autres éléments : de l’eau, un peu d’azote, de phosphore. On ne peut pas s’interdire totalement l’engrais azoté ou phosphaté, s’ils sont mis de manière raisonnable pour ne pas conduire à des dérèglements massifs des cycles géochimiques. Sur certaines terres, il ne pousse plus rien et si l’on veut redémarrer la machine, il faudra remettre à certains endroits un peu de produits chimiques.»

Si les ambitions affichées semblent louables, elles ne suffisent pas à désarmer la méfiance de certaines organisations non gouvernementales (ONG) telles que CCFD-Terre Solidaire dont l’une des dirigeantes, Maureen Jorand, confie à SciDev.net : «Quel cadre, quels critères pour ce "4 pour 1000" ? Sur le modèle de la Global alliance for climate smart agriculture que nous combattons, l’initiative "4 pour 1000" parle de changer les pratiques culturales ; mais se garde de préciser ses intentions. On assiste jusqu'ici à une opération de communication qui vise l'échelon planétaire».

Mais en dépit de ces soupçons, Hervé Saint Macary tient à souligner que «l’initiative française est originale parce qu’elle permet de rappeler à tout le monde que les sols agricoles, que l’on a beaucoup négligés, sont à la fois un support indispensable pour l’agriculture et une partie de la solution aux questions du changement climatique.»

Sur un continent qui perd annuellement 68 milliards de $ du fait de la dégradation des sols, «4 pour 1000», qui sera financé par des structures comme le Fonds vert ou le Fonds pour la lutte contre la désertification, pourrait apparaître comme une véritable solution.

Aaron Akinocho

La Banque mondiale vient d’octroyer un financement de 50 millions de $ au Mozambique afin de soutenir la réforme du secteur forestier de ce pays. L’accord a été signé à Paris par le ministre des terres, des forêts et du développement rural du Mozambique, Celso Correia, et John Roome qui dirige l’office en charge du changement climatique à la Banque mondiale.

La réforme du secteur forestier mozambicain a un coût évalué à 85 millions de $ et entrera en vigueur dès l’année prochaine. Elle a pour but d’inverser une tendance caractérisée par une déforestation excessive entraînant la détérioration de l’environnement national et un bénéfice très faible pour le gouvernement et les communautés locales.

Au nombre des points saillants de cette réforme on retiendra l’obligation pour les entreprises exploitant les forêts mozambicaines de mettre en œuvre des programmes de reforestation. L’augmentation du nombre de critères à remplir pour obtenir une licence d’exploitation et la suspension pour toute entreprise ne transformant pas les grumes. Cette dernière mesure vise à contraindre les exploitants à créer des unités de transformation locale.

Le Mozambique qui a un taux de déforestation annuel de 0,58% vise à faire passer ce chiffre à 0,2%. Le pays qui perd annuellement 219 000 hectares dispose d’un couvert forestier occupant 51% de sa superficie totale (environ 800 000 km2) rapporte Macauhub.

Aaron Akinocho

La coopération suisse vient d’octroyer un financement de 1,6 milliard de francs Cfa au Burkina Faso. Cette somme permettra au pays de se doter d’intrants agricoles de bonne qualité à des coûts raisonnable.

Ce financement s’inscrit dans le cadre du volet ‘intrants’ du  Programme d’appui à la modernisation des exploitations agropastorales familiales (PAMEFA). Ledit programme s’étendra sur trois ans. Selon le ministre burkinabè de l’agriculture François Lompo (photo), l’initiative «vient compléter les efforts consentis par l’Etat pour rendre disponibles les intrants agricoles et créer un secteur privé dynamique en mesure de répondre aux attentes du monde rural».

L’APA indique que la mise en œuvre du PAMEFA incombera à la branche burkinabè du Centre international pour le développement des engrais (IFDC), qui sera assisté de l’Association des grossistes et détaillants d’intrants agricoles (AGRODIA) et la Coopérative de commercialisation des intrants et du matériel agricole (COCIMA).

Aaron Akinocho

L’Ethiopie enregistre actuellement sa pire sécheresse sur les trente dernières années. Selon l’organisation des nations unies (ONU), cet aléa climatique serait lié au phénomène El Nino qui aurait réduit le niveau des pluies d’été qui représentent 80 à 85% de la pluviométrie du pays.

L’organisation, qui veut attirer l’attention de la communauté internationale sur les risques inhérents à la situation en cours a indiqué que les donateurs réagissent plutôt bien à ses demandes de financements pour prévenir le mal. Cependant, indique-t-elle, ces dons restent encore insuffisants par rapport aux besoins que nécessite une réponse efficace au problème. De son côté, le gouvernement a invité les donateurs et les différentes organisations luttant contre la sécheresse à mettre en place un dispositif d’approvisionnement alimentaire efficace durant les prochains mois.

Second pays le plus peuplé d’Afrique derrière le Nigéria, l’Ethiopie, qui connaît actuellement un miracle économique, avait marqué le monde en 1985 en raison de la terrible famine qu’a vécu le pays en 1984-1985.

Aaron Akinocho

L’union européenne (UE) vient d’octroyer un don de 42,575 milliards de francs Cfa au Sénégal. Sur ce financement 39,3 milliards de francs iront au plan Sénégal émergent (PSE).

«A travers cet appui, l’UE souhaite contribuer à la sécurité alimentaire améliorer les performances d’une agriculture compétitive, diversifiée et durable tel que déclinée par le PSE» a affirmé Joaquin Gonzalez-Duray (photo), chef de la mission de l’UE au Sénégal.

L’officiel a aussi indiqué que ce don s’échelonnera sur trois ans et sera octroyé au gouvernement sénégalais en fonction de l’évolution du programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (PRACAS).

Pour rappel, l’un des défis de ce programme est l’atteinte de l’autosuffisance  rizicole du pays à l’horizon 2017.

Aaron Akinocho

La situation alimentaire du Bénin préoccupe le gouvernement japonais qui a décidé d’apporter son soutien à Porto-Novo en lui allouant deux milliards de francs Cfa d’aide alimentaire.

Selon l’ambassade du pays du soleil levant au Bénin, Tokyo espère par ce geste aider le pays à combler le déficit alimentaire qu’il connait actuellement. Cet acte, le dernier d’une longue série de largesses du Japon à l’égard du Bénin, intervient alors que 972 000 personnes, soit 12% des ménages du pays sont en situation d’insécurité alimentaire.

L’APA qui cite l’Analyse globale de la vulnérabilité, de la sécurité alimentaire et de la nutrition (AGVSAN), poursuit en indiquant que le nombre de personnes qui courent le risque  de se retrouver dans cette situation est de 1 048 000, soit 13%  des ménages du pays. Ce qui porte à environ 25% de la population totale, la proportion des Béninois souffrant d’insécurité alimentaire.

Pour rappel, le Bénin dispose de plus de 6 millions d’hectares de superficies arables, mais celles-ci sont faiblement exploitées.

Aaron Akinocho

Bamako a connu le lundi dernier le lancement du Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS). L’initiative, qui bénéficie d’un financement de 30 millions de $ de la part de la Banque mondiale concernera six pays sahéliens à savoir : le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad.

Selon le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) qui se confiait à l’APA, le PRAPS permettra d’ «améliorer l’accès à des moyens et services de production essentiels et aux marchés pour les pasteurs et agropasteurs dans des zones transfrontalières sélectionnées et le long des axes de transhumance dans les six pays du Sahel, et d’améliorer la capacité de ces pays à répondre à temps et de façon efficace en cas de crises pastorales ou d’urgence».

Prévu pour s’étendre jusqu’en 2021, le PRAPS est l’une retombées concrètes de la déclaration de Nouakchott sur l’agropastoralisme qui date de 2013.

Aaron Akinocho

Pour contrer les effets d’El Nino sur la sécurité alimentaire des ménages les plus pauvres d’Afrique, la Croix Rouge recherché un financement de 8,2 millions de $. Cet argent permettra d’aider plus de 200 000 personnes à travers six pays d’Afrique subsaharienne à savoir la Gambie, la Mauritanie, la Namibie, le Sénégal et le Zimbabwe. Il s’agira de mettre en place une aide alimentaire d’urgence et des projets susceptibles d’améliorer la résilience des populations.

Dans un communiqué, l’organisation internationale a rappelé qu’environ 60 millions de personnes n’auront pas assez de nourriture à travers le monde en raison des inondations, des sécheresses et des pluies irrégulières consécutives au phénomène El Nino. «Plusieurs familles survivent déjà grâce à un repas composé de feuilles et sans grande valeur nutritive tandis que d’autres restent des jours sans manger à cause de la pluviométrie erratique» a indiqué Miriam Grove, directrice des opérations de la Croix Rouge.

Phénomène lié au réchauffement de l’océan Pacifique, El Nino cause des inondations en Afrique équatoriale et la sécheresse en Afrique australe et au Sahel. Le niveau d’El Nino cette année sera le plus haut qui ait été connu depuis que la science a commencé à enregistrer des statistiques relatives au phénomène.

Aaron Akinocho

 
GESTION PUBLIQUE

Faure Gnassingbé : un quatrième mandat à la tête du Togo

Emergence d'un nouveau groupe terroriste nommé Jund al Khilâfa dans le centre du Mali ?

Macron explique sa politique africaine au Salon de l’Agriculture… et provoque un incident diplomatique avec le Cameroun

La Banque mondiale va octroyer au Niger environ 2 milliards de dollars sur 3 ans

 
FINANCE

Bourse d’Afrique centrale : cotation des titres obligataires du Gabon et de la société camerounaise Safacam

Mésentente entre la BEAC et le Conseil d’administration de la BVMAC : le recrutement du DG de la Bourse est reporté en 2021

Sunu Bank Togo adopte le whatsapp banking services

La BRVM à la rencontre des investisseurs institutionnels, des ordres professionnels et des entreprises du Bénin

 
ELECTRICITE

Le marché annuel de l’offgrid solaire pèse désormais 1,75 milliard $ (étude)

Côte d’Ivoire : l’objectif de 80 % de taux d’électrification en 2020 sera atteint selon Amadou Gon Coulibaly

Ouganda : China Energy construira une centrale solaire photovoltaïque de 500 MW

Il faudra attendre encore « des mois » avant un accord définitif sur le barrage Grande Renaissance, selon Mike Pompeo

 
HYDROCARBURES

« Nous avons urgemment besoin d’une intervention des USA pour mettre fin à l’embargo pétrolier libyen », Sanalla

D’ici 2040, la demande globale de GNL devrait doubler pour atteindre 700 Mtpa

Ghana : Aker Energy envisage de se doter d’un des FPSO de Yinson sur son projet pétrolier DWT/CTP

Total attribue deux contrats-cadres de services à Worley Parsons sur Mozambique LNG

 
MINES

L’or passe de nouveau la barre des 1 600 $/oz sur fond d’épidémie de coronavirus

Ghana : Perseus Mining publie son bilan pour le semestre terminé en décembre

Performance en baisse pour le groupe De Beers en 2019

Zimbabwe : le gouvernement veut retirer les permis miniers de certaines compagnies pour redevances impayées

 
TELECOM

Orange Money et Flash International, « un nouveau partenariat au service de la population »

L’Alliance Smart Africa identifie des projets TIC dans lesquels elle souhaite voir le Japon investir

Maroc : Inwi a décidé de mettre fin à sa bataille judiciaire contre Maroc Telecom

Huawei se veut « partenaire majeur » de la République Démocratique du Congo dans la réalisation de son plan numérique

 
TRANSPORT

Burundi : la BAD octroie 23,4 millions d’euros en faveur du développement du port de Bujumbura

Bénin : le trafic au port de Cotonou a chuté de près de 2% en 2019, en raison de la fermeture des frontières nigérianes

Cameroun : CHEC reprend les travaux de l’autoroute Kribi-Lolabé suspendus en 2018

Air Sénégal ira à Londres à partir de juin 2020, sa cinquième ligne vers l'Europe

 
ENTREPRENDRE

Afrique du Sud : un ancien prisonnier devenu entrepreneur en programmation informatique

En Côte d’Ivoire, Rebecca Anin Affoh propose un service de pressing et de blanchisserie en ligne

Au Bénin, Régis Ezin industrialise le Kluiklui, la pâte d’arachide épicée

Une équipe de jeunes nigérians conçoit une bouteille qui filtre l'eau

 
MULTIMEDIA

Cameroun : Le pont sur le fleuve Sanaga à Nachtigal est achevé (Vidéo)

Où est-il le moins coûteux et le plus rapide de créer son entreprise ? (Infographie)

Combien faut-il débourser pour un passeport au Cameroun ? (Vidéo)

Débat : Pour ou contre cette nouvelle périodicité de la CAN ?

 
FORMATION

Maurice : les universités proposeront une soixantaine de programmes d’études en français

L’interdiction aux ressortissants de certains pays africains de voyager aux Etats-Unis ne concernera pas les étudiants

Algérie : le gouvernement annonce une réforme de l’enseignement supérieur qui entrera en vigueur, d’ici septembre 2020

L’Institut africain des sciences mathématiques propose des bourses pour son Master en intelligence artificielle

 
COMM

Le groupe Ringier réunit l’ensemble de ses actifs africains dans le secteur des médias sous la marque Pulse

Côte d’Ivoire : changement à la tête de l’Autorité nationale de la presse

Afrique du Sud : Le Cap se prépare à accueillir la 3e édition du Midem Africa Forum

Congo : le ministre de la Communication rassure les employés de la chaîne Africanews