Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Agro

Aide au développement
Aide au développement

Aide au développement (155)

Le Forum économique mondial sur l’Afrique qui se déroule actuellement à Kigali, au Rwanda, a été l’occasion pour Grow Africa d’annoncer que plus de 2,3 milliards $ avaient déjà été investis dans l’agriculture africaine par ses partenaires. Selon les responsables de cette initiative, plus de 10 millions de petits producteurs auront bénéficié de l’impact de ces investissements pour quelque 30 000 emplois créés dans le secteur.

Si l’année 2015 a connu un investissement total de 500 millions de $, 2016 devrait voir ce montant progresser puisque le premier trimestre de cette année a déjà permis de mobiliser autant de capitaux. En dépit de la volonté des partenaires de Grow Africa à investir dans l’agriculture du continent, ils se heurtent à des freins relatifs au climat des affaires dans le secteur. Ainsi, la majorité d’entre eux se plaint des difficultés d’accès au finances, des outils de gestion des risques, des infrastructures ou encore des politiques réglementaires qui n’ont pas enregistré beaucoup de progrès entre l’année dernière et celle-ci, rappelle Commodafrica.

Conscient de cette situation, le président kényan Uhuru Kenyatta a tenu à rappeler : «L'agriculture est le secteur qui transformera l'Afrique. Ceci dit, nous devons nous attaquer aux goulots d'étranglements majeurs que constituent les infrastructures et l'accès des agriculteurs aux finances et aux marchés».   Grow Africa, qui est un partenariat initié par l’Union africaine, le Forum économique mondial et le nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), vient de se doter d’un nouveau directeur en la personne de William Asiko, précédemment directeur général du Fonds d’investissement climatique et président de la fondation Afrique de la firme  Coca-Cola.

Aaron Akinocho

L’agence américaine pour  le développement international (USAID) vient d’annoncer qu’elle octroierait 128 millions de $ à l’Ethiopie. Ce financement aidera le pays à surmonter la pire sécheresse qu’il ait enregistrée sur  les cinquante dernières années.

Cette somme servira à payer la nourriture, l’eau, les traitements contre la malnutrition, les semences, et les équipes sanitaires mobiles, a révélé Thomas Stall, assistant au bureau des affaires humanitaires, des conflits et de la démocratie de l’institution.

Ce don porte à 705 millions de $ l’effort financier fourni par les USA pour aider le pays  à résoudre cette crise depuis octobre 2014. Le gouvernement éthiopien a lui-même apporté quelques 381 millions de $.

Il faut souligner cependant que ces efforts sont toujours loin d’être suffisants puisque le pays a besoin de 1,4 milliard de $ pour le compte de cette seule année. La sécheresse que connaît l’Ethiopie a été provoquée  par le phénomène météorologique El Nino.

Aaron Akinocho

Au Nigéria, la Banque africaine de développement (BAD) envisage d’injecter 300 millions de $ afin de soutenir l’entrée des jeunes dans le secteur agricole. C’est ce qu’a révélé Ousmane Dore, directeur pays de l’institution au cours d’un séminaire sur l’auto-emploi des jeunes dans le secteur agricole initié par la banque et l’institut international d’agriculture tropicale (IITA).

Selon M. Dore, ce financement vise à permettre le développement de la prochaine génération d’agro-entrepreneurs du continent. Il constitue l’un des volets des grandes ambitions de la BAD pour l’agriculture africaine. En effet, révèle Chiji Ojukwu qui dirige le département agricole de l’institution, cette dernière entend injecter 12,5 milliards de $ dans le secteur, sur les 10 prochaines années et créer 1.2 million d’emplois agricoles à l’horizon 2021.

Dans son combat, la BAD adoptera une approche basée sur le genre, puisqu’elle entend soutenir 10 000 entreprises dont 50% seront détenus par des femmes. M. Ojukwu souligne également qu’en ce qui concerne le Nigéria, l’une des plus grandes réussites de la BAD, qui est désormais dirigée par l’ancien ministre de l’agriculture du pays, Akinwumi Adesina (photo) sera l’installation d’une bourse des matières premières agricoles.

Aaron Akinocho

La Banque africaine de développement (BAD) vient appuyer la lutte contre la grippe aviaire en Côte d’Ivoire, en octroyant 600 millions de francs Cfa à cette cause. La convention relative à ce financement a été signée le 06 avril dernier, au Sofitel Hôtel Ivoire, entre le représentant du président de la BAD et le ministre ivoirien des ressources halieutiques, Kobenan Kouassi Adjoumani.

Pour ce dernier, «Ce don permettra de renforcer les services vétérinaires, en vue d'améliorer et d'assurer avec efficacité leur rôle d'acteurs majeurs dans la gestion de la santé animale et de l'hygiène publique vétérinaire».

Le don intervient alors que la nation éburnéenne fait face, depuis l’année dernière, à une épidémie de grippe aviaire qui décime ses volailles. L’an dernier, l’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a octroyé 300 millions de francs Cfa au pays pour enrayer la pathologie.

Aaron Akinocho

La Banque africaine de développement (BAD) vient de s’engager à octroyer un financement de 549 millions de $ à 14 pays de l’est et du sud du continent africain. Cette somme leur permettra de lutter plus efficacement contre la sécheresse provoquée par El Niño.

Concrètement, ce financement touchera environ 36 millions de personnes dans le besoin d’une assistance alimentaire. Sur le montant total octroyé  par la BAD, 5 millions de $ iront en aide d’urgence tandis que 361 millions iront sous la forme d’appui à court, moyen ou long terme. La BAD qui a indiqué que le dernier volet de son appui prendra la forme d’une somme de183 millions de $ qui sera libérée, plus tard dans l’année, a affirmé sa volonté de parvenir à un déboursement rapide du financement et à son orientation vers des projets  déjà en cours.

Les régions orientale et australe de l’Afrique enregistrent l’une des pires sécheresses qu’elles aient jamais connues. Cet aléa est principalement dû au phénomène météorologique El Niño, le plus puissant jamais enregistré.

Aaron Akinocho

Le Plan Maroc Vert (PMV) vient de bénéficier de l’appui financier du Japon. En effet, l’empire du soleil levant a octroyé un prêt de 132 millions de dollars au royaume chérifien dans le cadre du projet d’appui au PMV.Ce financement ira à la promotion d’une gouvernance verte du secteur agricole et au développement inclusif des chaînes de valeur du secteur agricole, nous apprend agrimaroc.ma.

Mohamed Boussaid, ministre marocain de l’économie et des finances, qui s’est réjoui de l’engagement du Japon aux côtés du royaume, a souligné qu’il s’agissait du deuxième projet public financé sous forme d’appui budgétaire par le gouvernement japonais. L’ambassadeur nippon au Maroc, Tsuneo Kurokawa, a quant à lui exprimé l’enthousiasme de son pays à accompagner un plan aussi ambitieux que le PMV.

Il faut rappeler que le projet d’appui au PMV bénéficiera également d’un financement de la Banque africaine de développement (BAD).

Aaron Akinocho

Le pôle de croissance de Bagré, au Burkina Faso, vient de bénéficier d’un financement de 16 milliards de francs Cfa de la Banque africaine de développement (BAD). Selon l’APA, ce financement entre dans le cadre d’un projet de cinq ans qui sera axé sur les infrastructures hydroagricoles, le renforcement des capacités et des chaînes de valeurs et la gestion de l’initiative.

En ce qui concerne les retombées, la BAD annonce, entre autres, l’aménagement de 924 ha de superficie irriguée dédiée aux petits agriculteurs, la réhabilitation de 1200 ha et l’installation d’unités de stockage, de transformation et de commercialisation. Il faut aussi souligner que les chaînes de valeurs des filières prometteuses comme le riz, le maïs et les produits maraîchers bénéficieront également d’un appui spécifique.

Pour rappel, le pôle de Bagré, qui nécessitera un investissement total de 90 milliards de francs Cfa, créera 30 000 emplois dans l’agriculture.

Aaron Akinocho

L’Allemagne vient d’octroyer une enveloppe de 15,5 millions d’euros à l’agriculture togolaise. Ce financement s’inscrit dans le cadre de l’initiative «un monde sans faim».

Selon les modalités de l’accord paraphé par le ministre togolais des affaires étrangères, Robert Dussey, et l’ambassadeur germanique au Togo, Christophe Sanders, l’une des contributions les plus importantes de ce financement sera la création d’un centre d’innovation verte.

Cet espace contribuera à l’augmentation du revenu des petits producteurs  en formant ces derniers à l’utilisation de techniques agricoles plus efficaces que celles qu’ils adoptent actuellement. Il faut noter que la création de ce centre intervient un peu plus d’un mois après l’inauguration de celui du Bénin. Outre, la création du centre d’innovation verte, l’Allemagne appuiera le Togo dans le domaine de la sécurité  alimentaire.

Pour rappel, Berlin entend implanter 13 centres d’innovation verte à travers tout le continent.

Aaron Akinocho

En Ethiopie, l’organisation non gouvernementale “Fair Planet” vient  de recevoir un soutien de taille dans la mise en œuvre de son projet  “Bridging the Seed Gap”. L’initiative, qui vise à réduire le déficit semencier dont souffrent les producteurs éthiopiens via un processus de transfert de technologie, a séduit le groupe allemand  Bayer.

L’entreprise a annoncé qu’elle participerait à cette initiative via sa filiale Bayer CropScience AG.  Dès 2017, Bayer mettra à la disposition de quelques producteurs des localités de Dire Dawa, Harar Butajira et Gondar, les localités où le projet sera déployé, ses variétés de semences les plus performantes. Objectif : démontrer, aux autres producteurs de ces régions, les avantages des semences produites  par la compagnie.

Pour Fair Planet, l’un des défis de ce projet consistera à former ces producteurs à l’usage de ces semences tout en en changeant au minimum leurs pratiques  en matière de production.

Selon Vicente Navarro, directeur du marketing et des ventes chez Bayer CropScience AG, l’engagement de sa compagnie aux côtés de Fair Planet se justifie par le fait que: «L’accès aux semences de grande qualité et au  savoir-faire nécessaire à leur culture est essentiel pour améliorer la croissance économique des petits producteurs éthiopiens. Mais ceci ne peut réussir qu’avec une approche holistique et via la collaboration. Nous croyons en l’initiative de Fair Trade, aussi aiderons-nous à améliorer la santé financière des producteurs locaux grâce à nos semences et à notre connaissance.»

Outre Bayer,  l’Ong a réussi à mobiliser autour de «Bridging the Seed Gap» d’autres leaders mondiaux du secteur semencier, des organisations de producteurs et des universités.

Aaron Akinocho

Le Zimbabwe vient de lancer un appel aux entreprises locales et aux organisations caritatives pour mobiliser 1,5 milliard de $. Cette somme servira à préserver ¼ de la population du pays de la famine.

Selon le vice-président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, «les quantités de pluies reçues ne sont pas en mesure de répondre aux besoins basiques des populations en matière d’agriculture. Ceci représente désormais une menace pour les vies, humaines et animales, alors que les sources d’eau buvable et pour l’irrigation s’assèchent progressivement.»   

Si l’essentiel de la somme demandée par le pays servira à assurer l’alimentation des populations, une partie ira à la réparation et à l’amélioration des systèmes d’irrigation. Le Zimbabwe a récemment évalué qu’il lui fallait 1,5 million de tonnes de maïs pour assurer son alimentation jusqu’à la fin de l’année.

Le pays souffre, comme l’ensemble de ses voisins du midi du continent, d’une grande sécheresse provoquée par le phénomène météorologique El Niño. Cependant, l’ex-grenier de l’Afrique est mal préparé pour subir cette crise en raison de la réforme agraire initiée par le régime Mugabe au milieu des années 2000 et des sanctions économiques  qui s’en sont suivies.

Aaron Akinocho

«

 
GESTION PUBLIQUE

Faure Gnassingbé : un quatrième mandat à la tête du Togo

Emergence d'un nouveau groupe terroriste nommé Jund al Khilâfa dans le centre du Mali ?

Macron explique sa politique africaine au Salon de l’Agriculture… et provoque un incident diplomatique avec le Cameroun

La Banque mondiale va octroyer au Niger environ 2 milliards de dollars sur 3 ans

 
FINANCE

Bourse d’Afrique centrale : cotation des titres obligataires du Gabon et de la société camerounaise Safacam

Mésentente entre la BEAC et le Conseil d’administration de la BVMAC : le recrutement du DG de la Bourse est reporté en 2021

Sunu Bank Togo adopte le whatsapp banking services

La BRVM à la rencontre des investisseurs institutionnels, des ordres professionnels et des entreprises du Bénin

 
ELECTRICITE

Le marché annuel de l’offgrid solaire pèse désormais 1,75 milliard $ (étude)

Côte d’Ivoire : l’objectif de 80 % de taux d’électrification en 2020 sera atteint selon Amadou Gon Coulibaly

Ouganda : China Energy construira une centrale solaire photovoltaïque de 500 MW

Il faudra attendre encore « des mois » avant un accord définitif sur le barrage Grande Renaissance, selon Mike Pompeo

 
HYDROCARBURES

« Nous avons urgemment besoin d’une intervention des USA pour mettre fin à l’embargo pétrolier libyen », Sanalla

D’ici 2040, la demande globale de GNL devrait doubler pour atteindre 700 Mtpa

Ghana : Aker Energy envisage de se doter d’un des FPSO de Yinson sur son projet pétrolier DWT/CTP

Total attribue deux contrats-cadres de services à Worley Parsons sur Mozambique LNG

 
MINES

L’or passe de nouveau la barre des 1 600 $/oz sur fond d’épidémie de coronavirus

Ghana : Perseus Mining publie son bilan pour le semestre terminé en décembre

Performance en baisse pour le groupe De Beers en 2019

Zimbabwe : le gouvernement veut retirer les permis miniers de certaines compagnies pour redevances impayées

 
TELECOM

Orange Money et Flash International, « un nouveau partenariat au service de la population »

L’Alliance Smart Africa identifie des projets TIC dans lesquels elle souhaite voir le Japon investir

Maroc : Inwi a décidé de mettre fin à sa bataille judiciaire contre Maroc Telecom

Huawei se veut « partenaire majeur » de la République Démocratique du Congo dans la réalisation de son plan numérique

 
TRANSPORT

Burundi : la BAD octroie 23,4 millions d’euros en faveur du développement du port de Bujumbura

Bénin : le trafic au port de Cotonou a chuté de près de 2% en 2019, en raison de la fermeture des frontières nigérianes

Cameroun : CHEC reprend les travaux de l’autoroute Kribi-Lolabé suspendus en 2018

Air Sénégal ira à Londres à partir de juin 2020, sa cinquième ligne vers l'Europe

 
ENTREPRENDRE

Afrique du Sud : un ancien prisonnier devenu entrepreneur en programmation informatique

En Côte d’Ivoire, Rebecca Anin Affoh propose un service de pressing et de blanchisserie en ligne

Au Bénin, Régis Ezin industrialise le Kluiklui, la pâte d’arachide épicée

Une équipe de jeunes nigérians conçoit une bouteille qui filtre l'eau

 
MULTIMEDIA

Cameroun : Le pont sur le fleuve Sanaga à Nachtigal est achevé (Vidéo)

Où est-il le moins coûteux et le plus rapide de créer son entreprise ? (Infographie)

Combien faut-il débourser pour un passeport au Cameroun ? (Vidéo)

Débat : Pour ou contre cette nouvelle périodicité de la CAN ?

 
FORMATION

Maurice : les universités proposeront une soixantaine de programmes d’études en français

L’interdiction aux ressortissants de certains pays africains de voyager aux Etats-Unis ne concernera pas les étudiants

Algérie : le gouvernement annonce une réforme de l’enseignement supérieur qui entrera en vigueur, d’ici septembre 2020

L’Institut africain des sciences mathématiques propose des bourses pour son Master en intelligence artificielle

 
COMM

Le groupe Ringier réunit l’ensemble de ses actifs africains dans le secteur des médias sous la marque Pulse

Côte d’Ivoire : changement à la tête de l’Autorité nationale de la presse

Afrique du Sud : Le Cap se prépare à accueillir la 3e édition du Midem Africa Forum

Congo : le ministre de la Communication rassure les employés de la chaîne Africanews