Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Agro

Aide au développement
Aide au développement

Aide au développement (155)

Israël, l’Italie et le Sénégal lanceront dès janvier prochain un projet d’exploitation de 70 sites agricoles localisés dans les régions de Diourbel, Fatick  et Thiès. A terme, l’initiative devrait occuper quelques quatre milles fermiers sénégalais, selon Paul Hirshson, représentant de l’Etat d’Israël au Sénégal.

«Le travail va commencer le 1er janvier. Nous avons cinq mois pour finaliser le choix des sociétés qui vont intervenir sur les 70 sites» a-t-il déclaré sans donner plus de détails sur l’échéancier du projet. Le même silence persiste en ce qui concerne le montant de l’investissement qui sera consenti dans le cadre de cette initiative même si on sait qu’il s’élèvera à «plusieurs millions de dollars».

Il faut noter qu’Israël renforce sa présence dans l’agriculture ouest-africaine, notamment dans des pays comme la Côte d’Ivoire, grâce à des initiatives publiques ou  à l’action de compagnies comme Dekel Oil (filiale de Rina Group) ou LR Group.

Aaron Akinocho  

L’Angola et le fond international de développement de l’agriculture (FIDA) ont signé un accord de financement de la pêche artisanale à hauteur de 12,1 millions de dollars. Cette somme bénéficiera directement à plus de 10 000 pêcheurs angolais ainsi qu’à 5000 petites entreprises rurales liées à ce secteur d’activité.

Le projet sera installé dans les provinces angolaises de Bengo, Cuanza Norte, Luanda et de Malange. Il sera financé à hauteur de 11,1 million de dollars par le FIDA tandis que le gouvernement apportera pour sa part pour un million de dollars.

L’Angola est l’un des partenaires les plus dynamiques du FIDA à ce jour puisque l’organisation y a  injecté depuis 1991 environ 47,2 millions de dollars à travers cinq programmes et projets. Cet engagement a généré un investissement de 101,6 millions de dollars qui a bénéficié à plus de 201 600 familles, selon l’institution onusienne.

Aaron Akinocho

La compagnie indienne Kirloskar Brothers Ltd s’engage en faveur  du développement agricole en Guinée Bissau. En effet, le groupe a signé  un accord de financement de 10 millions de dollars avec le gouvernement bissau-guinéen afin d’accompagner la riziculture, l’horticulture et l’élevage dans ce pays.

Selon les modalités de l’accord, l’apport financier de la KBL servira à soutenir les efforts des dirigeants du pays en matière d’autosuffisance rizicole.

En ce qui concerne l’élevage, la compagnie appuiera la Guinée Bissau dans l’accès  du bétail aux ressources hydriques grâce à son expertise dans ce secteur.

KBL est l’un des principaux conglomérats indiens qui se sont illustrés dans la production de pompes hydrauliques. Le groupe qui exporte ses produits dans 70 pays à travers le monde s’est engagé à injecter 30 millions de $ complémentaires en Guinée Bissau si l’expérience en cours s’avère concluante, rapporte Macauhub.

Aaron Akinocho

Le Niger vient de bénéficier d’un financement de 62 millions $ du Fonds international de développement agricole des Nations Unies (FIDA). Cette somme se répartit en un prêt de 24,25 millions de $, un don d’un montant équivalent et un autre de 13 millions de $. Elle servira, à travers le Programme de développement de l'agriculture familiale (ProDAF) auquel elle est destinée, à améliorer la sécurité alimentaire des régions de Maradi, Tahoua et Zinder et à aider les petits producteurs à accroître leur résilience face aux changements climatiques.

Dans un communiqué, l’institution onusienne indique que ce financement s’inscrit dans le cadre d’un programme plus large d’un montant de 207 millions de $, cofinancé par le FIDA, le gouvernement nigérien, le fonds de l’OPEP et la coopération italienne.

Justifiant la pertinence  de ce financement, Vincenzo Galastro, chargée de programme pays pour le Niger au FIDA déclare : «Au Niger, l'agriculture familiale demeure la principale source de la production agricole. Elle est primordiale, non seulement pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle nationale, mais aussi comme une source de revenus pour la plupart de la population nigérienne. Mais elle est encore vulnérable aux effets du changement climatique. Si nous voulons soutenir et améliorer la performance et le développement de l'agriculture familiale au Niger aussi bien que dans tout le Sahel, nous devons prendre des mesures pour adapter le système de production du pays au changement climatique, en profitant des opportunités croissantes offertes par les marchés locaux, nationaux et régionaux.»

Ce financement accordé au ProDAF devrait profiter à 290 000 familles nigériennes. Il témoigne de la vitalité des relations entretenues par le Niger et le FIDA qui a investi plus de 515,5 millions de $ dans 12 projets dans ce pays depuis 1980.

Aaron Akinocho

L’Union européenne et la FAO viennent de lancer un nouveau partenariat pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que l’agriculture durable et la résilience agricole dans 35 pays à travers le monde. Selon les dirigeants de ces deux organismes, ce partenariat se manifestera par la mise en œuvre de deux programmes destinés à durer cinq ans et d’une valeur combinée de 73,5 millions d’euros.

Le premier de ces programme est le Food and Nutrition Security Impact, Resilience, Sustainability and Transformation ou plus simplement FIRST. Ce programme vise l’amélioration des capacités des gouvernements et des administrations régionales à atteindre la sécurité alimentaire par la mise en œuvre efficace de politiques agricoles durables.

Baptisé INFORMED pour Information for Nutrition Food Security and Resilience for Decision Making, la seconde initiative vise quant à elle à renforcer la capacité de résilience des Etats face aux crises alimentaires grâce, entre autres, à la mise en place d’un système d’informations stratégiques destiné aux dirigeants.

Selon la FAO, l’éradication de l’insécurité alimentaire de la surface de la planète d’ici 2023 nécessiterait un investissement annuel de 267 milliards de dollars dans les zones rurales et urbaines ainsi que dans la protection sociale.

Liste des pays africains bénéficiaire des deux programmes

Programme FIRST : Benin, Burkina Faso, Tchad, Cote d'Ivoire, Djibouti, Kenya, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique, Niger, Rwanda, Swaziland, Ouganda, Tanzanie Zambie et Zimbabwe.

Programme INFORMED: Burkina Faso, République Centrafricaine, Djibouti, République  Démocratique du Congo, Ethiopie, Gambie, Kenya, Mauritanie, Soudan, Swaziland et Zimbabwe.

Aaron Akinocho

La Banque africaine de développement (BAD) vient d’octroyer un prêt de 50 millions d’euros à l’agriculture égyptienne. Cette somme servira à la mise en œuvre du programme national de drainage (NDP) du pays.

L’initiative vise à augmenter la production agricole du pays et les revenus qu’elle génère grâce au développement de son système d’irrigation et à la réduction du gaspillage d’eau. Selon les autorités égyptiennes, ce programme permettra de faire passer la croissance de la productivité de 15% à 21% pour certaines cultures sélectionnées. Les producteurs eux, pourront percevoir un revenu supplémentaire de 40% par hectare.

Concrètement, 125 000 hectares de terres seront drainées dans les régions de l’est et de l’ouest du delta, du moyen delta, de la moyenne et de la haute Egypte.

L’agriculture égyptienne qui fait des efforts notables pour se développer a récemment exprimé ses craintes vis-à-vis du projet du barrage de Grand Renaissance initié par l’Ethiopie sur sa portion du Nil.

Aaron Akinocho

L’Italie vient d’apporter son appui au développement de l’agriculture sénégalaise. Rome a en effet alloué 18 millions d’euros, soit près de 12 milliards de francs Cfa à Dakar dans le cadre du nouveau programme agricole liant les deux pays.

Baptisé programme agricole Italie-Sénégal (Pais) l’initiative cible actuellement les zones de Dakar, Kaolack, Sédhiou, Thiès, Diourbel et Fatick. Elle bénéficiera à terme de 45 millions d’euros, dont 30 millions seront alloués sous forme de prêts tandis que les 15 millions restants seront essentiellement des dons.

Si Amadou Ba (photo), Ministre sénégalais de l’économie, des finances et du plan a tenu à souligner la disponibilité de l’Italie à accompagner le Sénégal en dépit des contraintes liées au contexte financier international, il a également relevé que le suivi et l’évaluation des projets étaient les maillons faibles de la coopération entre les deux pays. «J’ose espérer qu’une nouvelle page s’est ouverte dans le cadre de notre coopération. Nul doute qu’il y aura désormais une plus grande efficacité et une meilleure visibilité dans la conduite des opérations entre nos deux pays » a-t-il déclaré.

Sur la période allant de 2010 à 2016, la coopération entre l’Italie et le Sénégal aura enregistré un budget de 115 millions d’euros.

Aaron Akinocho

Les agriculteurs des régions du sud de la Guinée-Bissau bénéficieront d’un programme d’une durée de 6 ans financé en partie par le Fonds international de développement agricole (FIDA). Baptisé Projet d’appui au développement économique des régions du Sud (PADES), il touchera 31 000 producteurs basés dans les  zones de Tombali, Quinara et Bolama-Bijagos.

Il permettra à terme la création de 3200 emplois et la réhabilitation de 44,5 km de pistes rurales estime le FIDA dans un communiqué. «Le PADES va améliorer la production agricole et animale afin de garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Guinée-Bissau, qui est le deuxième importateur net de produits alimentaires par habitant dans la zone franc CFA après le Sénégal»,  a affirmé la chargée de programme pays pour la Guinée-Bissau au FIDA.

Selon Aïssa Touré, «les petits exploitants agricoles  bénéficiaires du projet produiront 79 000 tonnes de riz paddy, 1800 tonnes de produits maraîchers ainsi que 85 000 têtes de bétail, principalement la volaille sur la durée du projet.»

D’un montant évalué à 18,99 millions de dollars, il est essentiellement financé par le FIDA qui vient d’y injecter 9,7 millions de dollars (dont la moitié sous forme de prêt et l’autre moitié sous forme de don). L’institution apportera 5 millions de dollars supplémentaires au projet dans les années à venir, tandis que le gouvernement du pays contribuera à hauteur de 2,3 millions de dollars et que les bénéficiaires y injecteront 1,7 millions de dollars.

En Guinée-Bissau, le FIDA a injecté 27,1 millions de dollars dans trois programmes et touché directement 224 450 personnes depuis son arrivée dans le pays en 1983.

Aaron Akinocho

La Chine vient de s’associer à la FAO afin de faire bénéficier les pays en développement de son expertise agricole. Par le biais d’une contribution de 45 millions d’euros au Fonds fiduciaire de coopération Sud-Sud, Pékin appuiera la mise en œuvre de systèmes alimentaires durables et de chaînes de valeurs agricoles inclusives dans ces pays.

D’une durée de cinq ans, l’initiative permettra également l’envoi d’experts chinois dans des pays d’Asie, d’Amérique latine, du pacifique et d’Afrique.

Saluant l’expertise chinoise dans un domaine où le pays a obtenu des résultats probants, José Graziano Da Silva a insisté sur la nécessité de multiplier de telles initiatives. «Il est désormais clair que si nous avons le pouvoir d'éliminer la faim de notre vivant, nous ne pourrons le faire qu'en unissant nos efforts. Les pays du Sud qui se donnent les moyens les uns les autres en échangeant connaissances et outils en est un élément fondamental» a-t-il déclaré.

Le Vice-premier ministre chinois Wang Yang (photo) a, quant à lui, réaffirmé la volonté de son pays à collaborer à lutter aux côtés de la FAO afin de réduire la faim dans le monde. La Chine a jusque-là envoyé 1023 experts dans 25 pays dans le cadre de l’initiative Coopération Sud-Sud de la FAO.

Aaron Akinocho

Les entreprises agricoles d’Afrique subsaharienne disposent désormais d’une nouvelle facilité de financement. Lancée par l’agence allemande KfW, AgDevCo et Root Capital, qui assurera la gestion du projet, l’initiative baptisée Lending for African Farming Company (LAFCo) dispose d’un fonds de 15 millions de dollars.

Elle servira à financer les besoins en fonds de roulements des entreprises via des lignes de crédits et autres mécanismes de prêts pour des montants pouvant atteindre 4 millions de dollars. La facilité entend ainsi contribuer à l’accroissement de la productivité des petits agriculteurs et à l’amélioration de leur accès aux marchés. Expliquant la pertinence du lancement de cet outil, Chris Isaac, directeur des investissements à AgDevCo a déclaré : « Le potentiel du secteur agricole de l'Afrique a suscité un vif intérêt auprès des investisseurs en  capitaux propres, mais les besoins en financement des entreprises au jour le jour sont souvent négligés». Et de poursuivre en indiquant que l’accès au capital offert aux entrepreneurs africains par La LAFCo se traduira en des revenus plus élevés, de nouveaux emplois et le renforcement de la sécurité alimentaire.

Si l’initiative est destinée à l’Afrique subsaharienne dans son ensemble, ses responsables indiquent cependant que les entreprises provenant de la Zambie, du Malawi, du Ghana, du Kenya, du Sénégal, de la Tanzanie et de l'Ouganda seront considérées comme prioritaires.

Aaron Akinocho

 
GESTION PUBLIQUE

Faure Gnassingbé : un quatrième mandat à la tête du Togo

Emergence d'un nouveau groupe terroriste nommé Jund al Khilâfa dans le centre du Mali ?

Macron explique sa politique africaine au Salon de l’Agriculture… et provoque un incident diplomatique avec le Cameroun

La Banque mondiale va octroyer au Niger environ 2 milliards de dollars sur 3 ans

 
FINANCE

Bourse d’Afrique centrale : cotation des titres obligataires du Gabon et de la société camerounaise Safacam

Mésentente entre la BEAC et le Conseil d’administration de la BVMAC : le recrutement du DG de la Bourse est reporté en 2021

Sunu Bank Togo adopte le whatsapp banking services

La BRVM à la rencontre des investisseurs institutionnels, des ordres professionnels et des entreprises du Bénin

 
ELECTRICITE

Le marché annuel de l’offgrid solaire pèse désormais 1,75 milliard $ (étude)

Côte d’Ivoire : l’objectif de 80 % de taux d’électrification en 2020 sera atteint selon Amadou Gon Coulibaly

Ouganda : China Energy construira une centrale solaire photovoltaïque de 500 MW

Il faudra attendre encore « des mois » avant un accord définitif sur le barrage Grande Renaissance, selon Mike Pompeo

 
HYDROCARBURES

« Nous avons urgemment besoin d’une intervention des USA pour mettre fin à l’embargo pétrolier libyen », Sanalla

D’ici 2040, la demande globale de GNL devrait doubler pour atteindre 700 Mtpa

Ghana : Aker Energy envisage de se doter d’un des FPSO de Yinson sur son projet pétrolier DWT/CTP

Total attribue deux contrats-cadres de services à Worley Parsons sur Mozambique LNG

 
MINES

L’or passe de nouveau la barre des 1 600 $/oz sur fond d’épidémie de coronavirus

Ghana : Perseus Mining publie son bilan pour le semestre terminé en décembre

Performance en baisse pour le groupe De Beers en 2019

Zimbabwe : le gouvernement veut retirer les permis miniers de certaines compagnies pour redevances impayées

 
TELECOM

Orange Money et Flash International, « un nouveau partenariat au service de la population »

L’Alliance Smart Africa identifie des projets TIC dans lesquels elle souhaite voir le Japon investir

Maroc : Inwi a décidé de mettre fin à sa bataille judiciaire contre Maroc Telecom

Huawei se veut « partenaire majeur » de la République Démocratique du Congo dans la réalisation de son plan numérique

 
TRANSPORT

Cameroun : premiers kilomètres pour la start-up française Heetch à Douala

Burundi : la BAD octroie 23,4 millions d’euros en faveur du développement du port de Bujumbura

Bénin : le trafic au port de Cotonou a chuté de près de 2% en 2019, en raison de la fermeture des frontières nigérianes

Cameroun : CHEC reprend les travaux de l’autoroute Kribi-Lolabé suspendus en 2018

 
ENTREPRENDRE

Afrique du Sud : un ancien prisonnier devenu entrepreneur en programmation informatique

En Côte d’Ivoire, Rebecca Anin Affoh propose un service de pressing et de blanchisserie en ligne

Au Bénin, Régis Ezin industrialise le Kluiklui, la pâte d’arachide épicée

Une équipe de jeunes nigérians conçoit une bouteille qui filtre l'eau

 
MULTIMEDIA

Cameroun : Le pont sur le fleuve Sanaga à Nachtigal est achevé (Vidéo)

Où est-il le moins coûteux et le plus rapide de créer son entreprise ? (Infographie)

Combien faut-il débourser pour un passeport au Cameroun ? (Vidéo)

Débat : Pour ou contre cette nouvelle périodicité de la CAN ?

 
FORMATION

Maurice : les universités proposeront une soixantaine de programmes d’études en français

L’interdiction aux ressortissants de certains pays africains de voyager aux Etats-Unis ne concernera pas les étudiants

Algérie : le gouvernement annonce une réforme de l’enseignement supérieur qui entrera en vigueur, d’ici septembre 2020

L’Institut africain des sciences mathématiques propose des bourses pour son Master en intelligence artificielle

 
COMM

Le groupe Ringier réunit l’ensemble de ses actifs africains dans le secteur des médias sous la marque Pulse

Côte d’Ivoire : changement à la tête de l’Autorité nationale de la presse

Afrique du Sud : Le Cap se prépare à accueillir la 3e édition du Midem Africa Forum

Congo : le ministre de la Communication rassure les employés de la chaîne Africanews