Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Agro

Déforestation liée au cacao : bilan d’étape des engagements des compagnies et des gouvernements ghanéen et ivoirien (interview)

  • Date de création: 06 avril 2018 17:54

(Agence Ecofin) - En mars 2017, plusieurs acteurs de l’industrie mondiale du cacao et du chocolat s’accordaient sur la nécessité de mettre fin à la déforestation et la dégradation des forêts dans les principaux pays producteurs que sont la Côte d’Ivoire et le Ghana.

Plus d’un an plus tard, les entreprises se sont-elles dotées de moyens à la hauteur de leur ambition ? Quelles avancées des gouvernements dans la lutte contre le phénomène qui a déjà décimé 7% de la couverture forestière en Afrique de l'Ouest, entre 2008 et 2014 ?

Ethan Budiansky, directeur de l’environnement à la Fondation mondiale du cacao (WCF), fait un point des progrès réalisés avec l’Agence Ecofin. 

Agence Ecofin : Quelles sont les grandes lignes de l’engagement pris en 2017   

Ethan Budiansky : A la suite de la signature de la Déclaration d’intention collective, la WCF, l'Unité pour la Durabilité internationale, dirigée par le Prince de Galles, (ISU) et l'Initiative pour le Commerce équitable (IDH) ont mené des efforts pour développer un Cadre d’action commune pour arrêter la déforestation et restaurer les couvertures forestières. 

Celui-ci a été signé à l’occasion de la 23ème session de la Conférence des Parties (COP 23) de la Convention des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) à Bonn le 16 novembre 2017.  Il réunit les gouvernements et les entreprises autour de 8 objectifs principaux. Il s’agit, entre autres, de l’interdiction et de la prévention des activités de la filière cacao qui causent ou contribuent à la poursuite de la déforestation ou dégradation des forêts, du respect des droits des producteurs de cacao, de la promotion d’une restauration efficace et la conservation sur le long terme des parcs nationaux et réserves ainsi que des forêts classées. On peut également citer le renforcement de la cartographie de la chaîne d’approvisionnement et une collaboration dans la mise en œuvre des actions du Cadre ainsi qu’à la mobilisation des ressources financières et de l’expertise technique requises.    

AG : En quoi votre démarche est-elle différente de l’approche adoptée, ces dernières années, par les compagnies et qui ont abouti à peu de résultats concrets ?    

EB : Notre feuille de route reste significative parce qu’il s’agit de la première fois, qu’aussi bien les pays producteurs que les parties prenantes de l’industrie planchent d’une manière commune sur la lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts. Ils ont développé un cadre d’action qui souligne une nécessaire et forte collaboration pour répondre à ces défis environnementaux.    

AG : Quelles actions concrètes ont été déjà posées afin de satisfaire à ces engagements ? 

EB : Après la signature, le Ministère ivoirien des Eaux et Forêts a lancé l’Initiative Cacao et Forêts (ICF), le 16 janvier 2018. Plus de 90 participants dont les leaders de l’industrie, les partenaires du gouvernement et les organisations de la société civile ont apporté leur contribution pour la mise en œuvre du plan à l’échelle nationale.

Le 27 février dernier, le Ministère ghanéen de la Terre et des Ressources naturelles a initié une rencontre avec plus de 80 acteurs industriels et les organisations de la société civile pour examiner la feuille de route pour l’exécution du Cadre d’actions. Dans les deux pays, les plans nationaux seront bientôt finalisés. 

A l’heure actuelle, 25 compagnies ont approuvé le Cadre d’actions et sont activement en train de peaufiner leurs lignes d’action individuelles, conformément aux objectifs de la feuille de route. Elles sont aussi très engagées au niveau des engagements nationaux pour créer des opportunités pour une harmonisation et une collaboration allant dans le sens de la protection de la couverture forestière, mais aussi de son accroissement dans les pays producteurs. 

En outre, les entreprises ont également mis en place des politiques et des actions sur le terrain afin d’assurer un approvisionnement hors des parcs nationaux, des réserves de faune sauvage, des réserves forestières, au Ghana et en Côte d’Ivoire.  

AG : D’après certains observateurs, la déforestation liée au cacao est surtout exacerbée par les politiques de promotion d’augmentation de la production. La déclaration comprend-elle une clause de réduction du volume de cacao sur le long terme ?

EB : Non. Une priorité cruciale pour l’ICF est une production agricole durable et une augmentation des revenus des producteurs. Ces deux objectifs sont des prérequis essentiels pour réduire la pression pour l’empiétement agricole sur les forêts et le renforcement de la résilience des producteurs de cacao au changement climatique. Les gouvernements et les compagnies se sont plutôt mis d’accord pour accélérer les investissements dans la productivité à long terme du cacao afin de cultiver plus de cacao sur moins de terres. 

Les actions clés pour y parvenir englobent notamment la mise à disposition de matériel végétal amélioré, la formation à de meilleures pratiques agricoles et à la fertilisation des sols, la réforme du régime foncier, l’association des cultures, le développement de systèmes agroforestiers mixtes, la culture du cacao à l’ombre et le renforcement des capacités des organisations agricoles.    

AG : La réduction prévue des superficies pour la culture du cacao, en raison du changement climatique, combinée à la demande croissante pour le chocolat met sous pression les forêts en Afrique de l’Ouest. Quelles actions sont proposées pour garantir un approvisionnement durable dans la région ? 

EB : Il est important de protéger les forêts restantes afin d’assurer un futur viable pour le cacao dans la région. La première priorité est la protection et la restauration des forêts qui ont été dégradées. A cette fin, le gouvernement et les compagnies se sont engagés à la non-conversion des couvertures forestières pour la culture du cacao. Nous nous sommes engagés pour l’élimination progressive de la production illégale de cacao et l’approvisionnement dans les aires protégées. 

Les deux pays ont annoncé des plans pour introduire une approche différenciée pour améliorer la gestion des réserves de forêts, sur la base de leur niveau de dégradation. Les cartes actualisées sur les forêts et l’utilisation des terres, des données socio-économiques sur les producteurs et les guides opérationnels plus détaillés couvrant la gestion des forêts et de l’utilisation des terres seront bientôt développés et rendus publics.  

Les entreprises se sont engagées à développer des systèmes de suivi vérifiables pour une traçabilité depuis la plantation jusqu’au premier point d’achat et travailler avec les gouvernements pour assurer un cadre national efficace pour la traçabilité englobant tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement.   

Propos recueillis par Espoir Olodo


 
GESTION PUBLIQUE

Turquie-Afrique : Recep Tayyip Erdogan va entamer une tournée africaine le 26 janvier 2020

La Côte d’Ivoire décide de renforcer le contrôle sanitaire à ses frontières suite à l’épidémie de coronavirus

Classement 2020 selon l'indice de perception de la corruption : plusieurs pays africains toujours dans le rouge

Le Secrétaire général de la CEEAC, Allam-Mi Ahmad, appelle à des élections inclusives et apaisées au Cameroun

 
FINANCE

Catalyst Fund mobilise 15 millions $ pour soutenir 30 start-up notamment d'Afrique

Development Finance Corporation annonce un appui en faveur de la firme nigériane LifeBank

Tanzanie : la SFI investit environ 5,75 millions $ au sein d’une institution spécialisée dans l’octroi de prêts hypothécaires

Relever les défis liés au crédit digital compte tenu des vulnérabilités spécifiques aux segments de clientèle

 
ELECTRICITE

Bénin : une autre centrale de 120 MW bientôt construite à Maria Gléta sous le modèle BOOT

Afrique du Sud : l’Eskom sollicite le trésor pour 1 milliard $ alors que les délestages ont coûté 8 milliards $ en 2019

Guinée : le Maroc offre une turbine de 20 MW à la ville de Kankan

RDC : l’espagnol ACS se retire du projet d’Inga III (11 000 MW)

 
HYDROCARBURES

L’apparition du Coronavirus pourrait affecter la demande pétrolière et réduire de 3 $ le prix du baril

Sénégal : Glencore va commercialiser la part revenant à Far sur le pétrole du champ Sangomar

Angola : l’introduction en bourse de la société publique du pétrole se fera avant 2022

Libye : la production pétrolière est désormais réduite à zéro, des pertes de 77 millions de dollars par jour

 
MINES

Afrique du Sud : Orion Minerals cherche un partenaire de coentreprise pour le projet Prieska

Namibie : Weatherly veut fermer la mine de cuivre Tschudi, des centaines d'emplois menacés

Nigeria : le gouvernement autorise la reprise des activités minières dans l’État de Zamfara

Afrique du Sud : Samancor Chrome envisage de licencier plus de 2000 travailleurs sur ses sites miniers

 
TELECOM

Les services télécoms demeurent perturbés au Malawi suite à un incendie dans les locaux de MTL à Lilongwe

Mali : le gouvernement met de l’ordre dans la gestion des données personnelles

A Londres, Ursula Owusu-Ekuful appelle les décideurs africains à investir davantage dans les infrastructures et la formation numériques

Le Somaliland ne reconnait pas avoir donné au consortium DARE1 l’autorisation de faire atterrir son câble sur ses côtes

 
TRANSPORT

En 2019, le port marocain de Tanger Med a manutentionné 4,8 millions de conteneurs

Le Mali réitère le lancement de sa nouvelle compagnie aérienne nationale en mars 2020

Cameroun : la ligne ferroviaire Yaoundé-Douala sera relancée en 2020

Le Royaume-Uni va accompagner la Guinée dans le projet de la ligne de chemin de fer de 270 km sur le « Nouveau Corridor Central »

 
ENTREPRENDRE

Bénin : Chaldia Agossou produit des semences écologiques pour développer l’agriculture durable locale

Kenya : Eric Muthomi produit et commercialise la farine de banane

Rwanda : Ange Mukagahima commercialise des produits dérivés du potiron

RD Congo : UbizCabs, un service de taxis conduits par des femmes le jour et par des hommes la nuit

 
MULTIMEDIA

#LesEclairagesDEcofin : le Brexit... quelle incidence sur l'Afrique ? (Vidéo)

Le corridor routier Lagos-Abidjan, long de plus de 1 000 km, démarrera d’ici 2 ans (#Lechiffredujour)

Adoyi Essowavana présente le big bang fiscal en cours au Togo (Vidéo)

« A chaque fois qu’un Etat demandera à l’armée française de ne plus être là, nous le quitterons », Emmanuel Macron (vidéo)

 
FORMATION

Seulement 2% des étudiants africains se spécialisent dans les filières agricoles, alors que le secteur emploie 60% de la population (Banque mondiale)

France université numérique propose un cours en ligne grand public de l’Université de Liège sur les techniques d’irrigation

Algérie: le nouveau ministre de l'Enseignement supérieur veut remettre en cause l'adoption de l'anglais comme langue de formation

Le Fonds Dag Hammarskjöld pour les journalistes ouvre son programme de bourses aux professionnels des pays en développement

 
COMM

Afrique subsaharienne : d’après Facebook, DJ Arafat est toujours l’influenceur le plus populaire

Nigeria : les autorités signent un accord de coopération avec l’institution faîtière des professionnels du cinéma français

Bénin : la situation de la presse inquiète Amnesty International

Facebook Africa présente ses ambitions pour l’Afrique francophone en 2020

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Agro