Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Agro

Aide au développement
Aide au développement

Aide au développement (155)

La Banque mondiale et l’Agence française de développement (AFD) alloueront 230 millions $ au développement de l’agriculture commerciale en Angola, rapporte Macauhub. Dans le détail, une enveloppe de 130 millions $ viendra de la Banque mondiale alors que le reste de la somme sera déboursé par l’AFD.

Ce financement conjoint des deux institutions servira concrètement à financer près de 300 petites et moyennes entreprises opérant dans la chaîne de valeur agricole, notamment à l’étape de la production et de la transformation.

Pour bénéficier du projet, les entreprises devront disposer d’une expérience d’au moins deux ans dans le secteur agricole et fournir leur plan d’investissement.

D’après Pedro Dozi, coordinateur du projet, l’initiative sera lancée en novembre et s’étendra sur 6 ans. Elle ciblera, dans un premier temps, les provinces de Malanje, Kwanza-Nord et Kwanza-Sud.

Pour rappel, le secteur agricole compte pour 12% du PIB de l’Angola, mais emploie les deux-tiers de la population active, d’après les données du Département américain de l’agriculture (USDA).

Espoir Olodo

Lire aussi :

07/05/2019 - Angola : la Banque mondiale octroie un prêt de 25 millions $ pour la recherche scientifique sur le manioc

21/12/2018 - La Banque mondiale accorde 50 millions $ en faveur des technologies agricoles en Angola et au Lesotho

Au Malawi, la Chine a débloqué environ 3 millions $ au profit d’un projet visant à accroître l’utilisation des technologies modernes dans le secteur agricole, rapporte le quotidien local Nyasa Times.

L’accord de financement a été signé, le lundi dernier, par Joseph Mwanamvekha, ministre des Finances du pays, et Hongyang Liu, ambassadeur de la Chine près le Malawi.

Ce projet verra, entre autres, l’envoi par la Chine de 8 experts qui seront chargés de promouvoir, vulgariser et former les producteurs sur des technologies agricoles. Les cultures concernées par cette initiative sont le riz, le maïs, les légumes et les arbres fruitiers.

« Ce projet diffusera et partagera les technologies agricoles les plus utiles avec les populations malawites et conduira une coopération bilatérale pour aider le pays à revitaliser les zones rurales », indique le diplomate chinois. 

Pour rappel, le secteur agricole compte pour environ 33 % du PIB du Malawi. Il emploie plus de 80% de la population active et fournit 90% des recettes d’exportations, d’après la BAD.

Espoir Olodo

Lire aussi :

03/04/2019 - Malawi : la production de maïs pourrait être amputée de 20 % cette saison en raison du cyclone Idai

Le Programme alimentaire mondial (PAM) déboursera 300 millions $ en faveur de l’amélioration de la situation alimentaire et nutritionnelle au Mozambique. C’est ce que rapporte macauhub qui mentionne un mémorandum d’entente, signé aujourd’hui à Maputo.

Concrètement selon Karin Manente, représentante du PAM au Mozambique, cette enveloppe devrait accroître l’assistance humanitaire et appuyer la lutte contre la faim notamment dans le centre, le nord et le sud du pays.

Alors que les deux premières zones avaient été frappées en mars et avril par les cyclones Kenneth et Idai, la dernière est sérieusement affectée par une sécheresse prolongée. D’après M. Manente, la moitié du montant annoncé a déjà été transférée au Ministère de l’Agriculture qui se chargera d’appliquer des mesures pour booster la production et la productivité.  

Pour rappel, environ 80 % de la population mozambicaine exerce dans le secteur agricole, d’après les estimations du Département américain de l’agriculture (USDA).

Espoir Olodo

Le Rwanda a contracté le 25 septembre dernier, un prêt concessionnel de 18 milliards de francs rwandais (19,5 millions $) auprès du Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID), rapporte le quotidien The New Times

L’accord financier a été paraphé par Claudine Uwera, ministre en charge de la Planification économique et Abdulhamid Alkhalifa, directeur général de l’OFID.

Cette enveloppe servira à financer deux projets d’adduction d’eau au profit de 4 districts de la Province du Sud que sont Muhanga, Kamonyi, Ruhango et Nyanza.

Ces projets devraient permettre de desservir environ 1,6 million de personnes dans les zones concernées. D’après Mme Uwera, ce prêt sera remboursé sur 20 ans, sur la base d’un taux d’intérêt annuel de 1,25 %. En outre, il est assorti d’une période de grâce de 5 ans.  

Pour rappel, le gouvernement rwandais ambitionne d’atteindre un accès universel à l’eau d’ici 2024.

Espoir Olodo

Le Sénégal et le Fonds international de développement agricole (FIDA) ont entériné hier, la mise en œuvre du Projet d’appui à l’insertion des jeunes agripreneurs (Agrijeunes Tekki Ndawñi).

L’accord financier a été signé par Gilbert Houngbo, président du FIDA et Amadou Hott, ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération.

D’une valeur de 93,3 millions $, ce projet a pour objectif d’impulser la création d’emplois dans les domaines de la production végétale, animale et piscicole à travers le développement de l’entrepreneuriat des jeunes ruraux.

L’initiative permettra notamment aux bénéficiaires de renforcer leur capacité de gestion de la production, de la transformation et de la commercialisation ainsi qu’améliorer leur accès à l’information et aux marchés.

Il concernera 4 zones agroécologiques du Sénégal comprenant les Niayes, le bassin arachidier, la zone sylvopastorale et la Moyenne Casamance. Environ 150 000 jeunes ruraux âgés de 15 à 35 ans, dont 50 % de femmes, devraient être impactés.

Le Projet sera cofinancé à hauteur de 51,9 millions $ par le FIDA, 10,7 millions $ par la BAD, 7,2 millions $ par le gouvernement sénégalais et 5,9 millions $ par les bénéficiaires.

Espoir Olodo

Lire aussi:

19/07/2019 - Sénégal : la BAD octroie 60 millions d’euros à un projet de « valorisation des eaux » pour le développement des chaînes de valeur agricoles

L’Agence française de développement (AFD) et l’Etat malien ont conclu, cette semaine, un accord de subvention du coton. Les documents ont été paraphés en marge de la visite officielle du Premier ministre malien Boubou Cissé, en France.

Avec cette facilité estimée à 18,5 millions d’euros, l’agence française vient en appui au projet Agreco (Projet d’appui à la transition agro-écologique du système de production en zone cotonnière du Mali). Ce projet vise une intensification écologique des productions et ambitionne d’améliorer les performances des réseaux des Sociétés coopératives de producteurs de coton (SCPC) et des Centres de gestion ruraux (CGR).

Si le Mali table sur une production record de 800 000 tonnes soit une hausse de 22 % pour cette campagne, l’impact environnemental de la culture de l’or blanc est un autre défi pour le pays d’Afrique de l’Ouest.

Outre le financement en faveur du coton malien, deux autres conventions, d’un montant total de 15 millions d’euros au profit de projets de développement, notamment la décentralisation, ont été signées.

Fiacre E. Kakpo

Le gouvernement britannique injectera 5 millions de livres dans le renforcement de l’utilisation des technologies agricoles au Nigeria. L’annonce a été faite par Harriett Baldwin (photo), la ministre d'Etat britannique pour l'Afrique.

Cette enveloppe sera débloquée via le fonds britannique UK aid et le Département du Développement international (DFID). Le montant ira au programme PLANT visant à accroître l’utilisation des nouvelles technologies dans le secteur agricole et à développer les compétences dans l’innovation agricole. 

Cette initiative sera mise en œuvre en partenariat avec l’ONG TechnoServe et le British Council. Elle devrait concerner 200 entrepreneurs dans l’agrotechnologie et l’agrobusiness. Les bénéficiaires seront notamment accompagnés à travers un processus d’incubation qui permettra d’assurer que leurs idées soient viables du point de vue commercial.

Pour rappel, le secteur agricole fournit environ 25 % du PIB du Nigeria et occupe 22 % de la population active.

La Banque africaine de développement (BAD) débloquera 55,5 millions d’euros en faveur du Projet d’appui au développement des chaînes de valeurs du secteur de la pêche et de l’aquaculture (PASPA) qui sera mis en œuvre en Guinée équatoriale.

D’un coût d’environ 70 millions d’euros, cette initiative sera lancée à partir de janvier 2020 et durera 5 ans.

Le PASPA a pour objectif d’accroître et de valoriser la production piscicole grâce au développement durable de la pêche industrielle, artisanale ainsi que de l’aquaculture.

Il entend aussi contribuer à la réduction de la facture liée aux importations de poissons congelés et à l’exportation de produits halieutiques vers des pays de la sous-région.

S’agissant des principales retombées, environ 50 micro, petites et moyennes entreprises (MPME) sont prévues pour être créées grâce à l’initiative.

En outre, un volume additionnel de 19 000 tonnes de poissons devrait être commercialisé sur le marché intérieur et 300 coopératives seront formées.

Le PASPA devrait profiter à plus de 920 000 habitants d’une manière directe et indirecte.

D’après la BAD, la Guinée équatoriale dispose d’une zone exclusive économique (ZEE) couvrant 314 000 km² et 644 km de côtes.

Le pays possède des ressources halieutiques exploitables estimées à 74 000 tonnes de poissons.

Espoir Olodo

Le Fonds d'accélération du développement de l'agriculture (FADA) de la Banque africaine de développement (BAD) a annoncé l’octroi d’une subvention de près de 3,4 millions $ en faveur de 17 PME actives dans l’agriculture et l'agroalimentaire.

Ces entreprises sont réparties dans 8 pays africains que sont le Ghana, la Tanzanie, le Burkina Faso, le Malawi, le Mozambique, l’Ethiopie, le Nigeria et le Sénégal.

D’après Jonas Chianu, coordinateur du FADA, cette enveloppe permettra surtout aux entreprises de supporter les coûts liés à la préparation des projets afin de bâtir des projets bancables.

Les différents aspects abordés par les PME concernent notamment la transformation agricole, l’irrigation, les installations de commercialisation et la coopération avec les exploitants agricoles.  

Ce nouvel appui du FADA épouse pleinement son objectif visant à booster le développement des PME agricoles et agroalimentaires à travers le continent.

Il est soutenu entre autres par les gouvernements américain, danois et suédois.

Espoir Olodo

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) vient d’octroyer un financement de 24 millions $ au profit du développement du secteur arboricole au Liberia.

L’accord a été signé par Gilbert Houngbo, président du FIDA et Samuel Tweah (photo), ministre des Finances et de la Planification du développement.

Cette enveloppe ira au Projet d'élargissement de l'arboriculture II (TCEP II) d’un coût global de 47,6 millions $.

L’initiative vise à revitaliser le secteur arboricole dont la performance a été durement touchée par la guerre civile qui a notamment conduit à la fuite des exploitants.

Elle ciblera principalement 10 000 producteurs de cacao dans le comté de Lofa qui abrite 30 % de la main-d’œuvre totale active dans la production cacaoyère.

Les actions du projet tourneront notamment autour de la remise en état des plantations existantes et la création de nouvelles et de l’amélioration des techniques post-récolte.

Le projet devrait aussi travailler à l'amélioration de l’accès aux marchés ainsi que de la qualité et de la quantité de la production de cacao des exploitants.

Le Liberia est le 9e producteur africain de cacao avec environ 12 000 tonnes de fèves en 2017/2018 d’après les données de l’Organisation internationale du cacao (ICCO).

D’une manière globale, l’agriculture fournit des moyens de subsistance pour près de 60 % de la population du Liberia selon le FIDA.

Espoir Olodo

Page 1 sur 12
 
GESTION PUBLIQUE

Rwanda : le gouvernement va accélérer la production dans six filières agroalimentaires pour réduire son déficit commercial

Coronavirus : plusieurs pays africains en alerte

BlackRock met en place un fonds climat de 500 millions $ dont 25 % destinés à l’Afrique

Le Golfe de Guinée a enregistré 74% des actes de piraterie dans le monde en 2019

 
FINANCE

L’américain Five Elms Capital investit 30 millions $ au sein de la société sud-africaine Skynamo

La société nigériane Paga finalise l’acquisition du développeur de logiciels Apposit

Nigeria : les poussées inflationnistes impactent les rendements des bons du Trésor ayant une durée de 180 jours

Catalyst Fund mobilise 15 millions $ pour soutenir 30 start-up notamment d'Afrique

 
ELECTRICITE

La BAD a dégagé 600 millions $ pour des investissements dans les énergies renouvelables

Afrique du Sud : le brasseur Anheuser-Busch InBev se dote de minicentrales d’une capacité totale de 8,7 MW

Bénin : une autre centrale de 120 MW bientôt construite à Maria Gléta sous le modèle BOOT

Afrique du Sud : l’Eskom sollicite le trésor pour 1 milliard $ alors que les délestages ont coûté 8 milliards $ en 2019

 
HYDROCARBURES

L’apparition du Coronavirus pourrait affecter la demande pétrolière et réduire de 3 $ le prix du baril

Sénégal : Glencore va commercialiser la part revenant à Far sur le pétrole du champ Sangomar

Angola : l’introduction en bourse de la société publique du pétrole se fera avant 2022

Libye : la production pétrolière est désormais réduite à zéro, des pertes de 77 millions de dollars par jour

 
MINES

Zambie : ERG suspend ses activités à la raffinerie de cobalt et cuivre Chambishi Metals

Afrique du Sud : Orion Minerals cherche un partenaire de coentreprise pour le projet Prieska

Namibie : Weatherly veut fermer la mine de cuivre Tschudi, des centaines d'emplois menacés

Nigeria : le gouvernement autorise la reprise des activités minières dans l’État de Zamfara

 
TELECOM

Les services télécoms demeurent perturbés au Malawi suite à un incendie dans les locaux de MTL à Lilongwe

Mali : le gouvernement met de l’ordre dans la gestion des données personnelles

A Londres, Ursula Owusu-Ekuful appelle les décideurs africains à investir davantage dans les infrastructures et la formation numériques

Le Somaliland ne reconnait pas avoir donné au consortium DARE1 l’autorisation de faire atterrir son câble sur ses côtes

 
TRANSPORT

Nigeria : le port en eau profonde de Lekki, mégaprojet de plus de 1,6 milliard USD, commencera ses opérations en 2022

Air Zimbabwe réceptionne son premier Boeing 777-200, mais l'horizon reste incertain

En 2019, le port marocain de Tanger Med a manutentionné 4,8 millions de conteneurs

Le Mali réitère le lancement de sa nouvelle compagnie aérienne nationale en mars 2020

 
ENTREPRENDRE

Bénin : Chaldia Agossou produit des semences écologiques pour développer l’agriculture durable locale

Kenya : Eric Muthomi produit et commercialise la farine de banane

Rwanda : Ange Mukagahima commercialise des produits dérivés du potiron

RD Congo : UbizCabs, un service de taxis conduits par des femmes le jour et par des hommes la nuit

 
MULTIMEDIA

Le Nigeria adopte le visa à l’entrée pour les Africains (Vidéo)

#LesEclairagesDEcofin : le Brexit... quelle incidence sur l'Afrique ? (Vidéo)

Le corridor routier Lagos-Abidjan, long de plus de 1 000 km, démarrera d’ici 2 ans (#Lechiffredujour)

Adoyi Essowavana présente le big bang fiscal en cours au Togo (Vidéo)

 
FORMATION

Maroc : accord avec le Royaume-Uni, en marge du Sommet UK-Afrique pour l’ouverture de trois écoles d’ici 2025

Seulement 2% des étudiants africains se spécialisent dans les filières agricoles, alors que le secteur emploie 60% de la population (Banque mondiale)

France université numérique propose un cours en ligne grand public de l’Université de Liège sur les techniques d’irrigation

Algérie: le nouveau ministre de l'Enseignement supérieur veut remettre en cause l'adoption de l'anglais comme langue de formation

 
COMM

L’Union africaine de radiodiffusion veut faire baisser les prix des droits de diffusion des compétitions de la CAF pour les diffuseurs du continent

Afrique subsaharienne : d’après Facebook, DJ Arafat est toujours l’influenceur le plus populaire

Nigeria : les autorités signent un accord de coopération avec l’institution faîtière des professionnels du cinéma français

Bénin : la situation de la presse inquiète Amnesty International

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Agro