Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Libreville - Genève

Génocide rwandais : « les mots du président Macron ont plus de valeur que des excuses », déclare Paul Kagame

  • Date de création: 27 mai 2021 14:58

(Agence Ecofin) - Le 19 mai 2021, Emmanuel Macron avait annoncé sa visite au Rwanda pour « écrire une nouvelle page » des relations franco-rwandaises. A Kigali ce jeudi, il a reconnu la responsabilité accablante de Paris, mais n’a pas présenté d’excuses officielles, comme souhaité par les associations de victimes.

En visite au Rwanda ce 27 mai 2021, le président français, Emmanuel Macron, a prononcé un discours très attendu sur le rôle de la France dans le génocide rwandais. Le chef d’Etat a rappelé l’horreur des événements qui se sont déroulés du 7 avril au 15 juillet 1994, et a une nouvelle fois condamné la passivité de l’Etat français face à la situation.

A Kigali, Emmanuel Macron a reconnu les responsabilités de son pays dans le massacre des 800 000 tutsis. « Les tueurs qui hantaient les marais, les collines, les églises n’avaient pas le visage de la France. Elle n’a pas été complice […] Mais la France a un rôle, une histoire et une responsabilité politique au Rwanda. Elle a un devoir, celui de regarder l’histoire en face, et de reconnaître la part de souffrance qu’elle a infligée au peuple rwandais en faisant trop longtemps prévaloir le silence sur l’examen de la vérité », a-t-il indiqué. « En ignorant les alertes des plus lucides observateurs, la France endossait une responsabilité accablante dans un engrenage qui a abouti au pire. […] En me tenant avec humilité et respect à vos côtés, ce jour, je viens reconnaître nos responsabilités », a-t-il ajouté.

Suite à cette déclaration, certaines associations de victimes ont notamment regretté l’absence d’excuses officielles de la part du président français. Prenant à son tour la parole, Paul Kagame a quant à lui salué « la force » du discours d’Emmanuel Macron, dont il a loué la démarche.

« Aujourd’hui est un jour où nous pouvons parler au présent et pour l’avenir, tout en réfléchissant au passé. C’était un discours fort avec une signification spéciale au sujet de ce qui se passe aujourd’hui et un discours qui résonnera bien au-delà des frontières du Rwanda […] Ces mots avaient une valeur plus importante que des excuses », a déclaré le président rwandais ; ajoutant : « il s’agissait de la vérité ».

Selon Paul Kagame, Emmanuel Macron a fait preuve de courage en venant admettre à Kigali le rôle de la France dans le génocide, et cette démarche devrait permettre selon lui aux deux pays, d’écrire une nouvelle page de leur histoire. « Dire la vérité c’est dangereux, mais on le fait parce que c’est une chose juste, même quand cela vous coûte quelque chose. Malgré beaucoup de voix qui se sont élevées, le président Macron a fait cela. Politiquement et moralement, il s’agit d’un acte de courage important. Ces risques ont été couronnés de succès puisqu’il y a eu de la bonne volonté des deux côtés. Il était important de ne pas aller trop vite dans ce processus. Les faits devaient être établis », a-t-il souligné.

Ces déclarations viennent confirmer le nouvel élan donné aux relations franco-rwandaises depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron. En dehors du Rwanda, le chef d’Etat a également entamé un processus de réconciliation avec l’Algérie, un autre pays africain avec lequel il entretient une relation plus ou moins difficile.

« Le président Macron est un homme qui se rend compte que les choses doivent changer, et qui prend des positions fortes pour faciliter ce changement », a déclaré Paul Kagame qui n’a pas tari d’éloges à l’endroit de son homologue, prémices de la véritable lune de miel qui semble sur le point de commencer entre Paris et Kigali.

Une coopération redynamisée

Dans le cadre de la visite, les deux pays ont également signé de nouveaux accords pour renforcer leur coopération dans plusieurs domaines. Cela s’inscrit dans une logique de redynamisation de la coopération politique mais également économique franco-rwandaise qui a pris un nouveau tournant depuis le retour de l’Agence française de développement (AFD) dans le pays en juin 2020, après près de trois décennies d’absence. D’après Emmanuel Macron, en moins de deux ans, l’institution a déjà accordé plus de 130 millions € d’aide financière au Rwanda pour soutenir des projets allant du domaine de l’électrification rurale à la formation. Au total, le dirigeant français indique que ce sont 500 millions € qui seront accordés à Kigali sur la période 2019-2023, dans le domaine de la santé, du numérique et de la francophonie.

Notons que le chef d’Etat français a également annoncé qu’un ambassadeur serait bientôt nommé au Rwanda, après 6 ans d’absence. « Le poste demeure vacant et la normalisation de notre relation ne pouvait s’envisager sans cette étape », a-t-il déclaré.

Moutiou Adjibi Nourou

Moutiou ADJIBI NOUROU

Banner LNG Gestion et Economie

Enveloppe
Recevez votre lettre Ecofin personnalisée selon vos centres d’intérêt

sélectionner les jours et heures de réception de vos infolettres.

Comment créer un service de motos-taxis à la demande

InfographieEcho service motos taxi a la demande