Des doutes apparaissent sur la sécurité des données transmises par fibre optique

Des doutes apparaissent sur la sécurité des données transmises par fibre optique

(Agence Ecofin) - Certaines sociétés australiennes ont récemment démontré que l’on pouvait intercepter les communications transitant via la fibre optique à partir d’une pince sans perturber la communication. Des informations persistantes font état ces derniers temps de ce que le signal qui circule dans la fibre optique peut être intercepté sans que le propriétaire de la ligne ne le constate.

Spécialiste des réseaux, ingénieur informaticien, par ailleurs enseignant au département Génie informatique de l’Institut universitaire de technologie de Douala, Emmanuel Chimi  livre son point de vue : « J’ai eu information sur certains rapports des services de la police fédérale et des services de contre-espionnage en Allemagne qui vont dans ce sens. La Deutsche Telekom AG, l’entreprise nationale de télécommunications aurait déposé une demande de brevet d’invention portant sur une méthode d’interception auprès du Bureau européen à Munich.

Certaines entreprises disent aujourd’hui offrir des outils d’attaque pour un prix de moins de 1000 euros. Ce que je peux dire comme résumé de toutes les annonces, c’est que la fibre doit être accessible au pirate pour être attaquable. »

Selon le spécialiste, en l’état actuel des connaissances, il existe deux possibilités de mener une attaque  sur les câbles à fibre optique : « on peut le faire aux points de raccordement de la fibre (aux coupleurs, répétiteurs, etc.) ou on peut plier la fibre pour provoquer une sortie de photons ; la deuxième possibilité s’explique par un phénomène bien connu en physique et qu’on appelle dispersion de Rayleigh. Lorsqu’on plie la fibre, une infime partie de l’énergie de la lumière transportée sort malgré tout de la fibre et peut être récupérée par des capteurs appropriés. Que ce soit avec la première ou la deuxième possibilité, il faut que le malfaiteur s’approche de la fibre avec son équipement pour pouvoir faire ce travail. »

Les câbles sous-marins sont extrêmement protégés contre les conditions aquatiques, avec des gaines et des manteaux énormes. Pour Emmanuel Chimi, il sera très difficile de mener des attaques d’interception sur ces câbles. « La nouvelle évolution interpelle plutôt pour une installation professionnelle et sécurisée des câbles sur terre et à l’intérieur de bâtiments. On conseille notamment d’avoir des fibres bien protégées et de les faire passer dans des conduits de protection appropriés ».

BOD

App Agence Ecofin
Téléchargez l'application de l'Agence Ecofin gratuitement

iPhone App  App Android

ARTICLES TELECOM LES PLUS LUS