Yaoundé-Genève | 17 septembre 2014

Trois journaux privés suspendus pour 9 mois au Congo Brazzaville

Trois journaux privés suspendus pour 9 mois au Congo Brazzaville

(Agence Ecofin) - Au Congo Brazzaville ce 14 novembre 2013, trois journaux privés ont été suspendus de publication pour 9 mois, selon l’agence Chine nouvelle. La décision a été prise par le Conseil supérieur de la liberté de communication (Cslc), organe de régulation de la liberté de presse dans le pays.

Dans le communiqué qu’il a rendu public, le Cslc reconnaît le journal Sel-Piment coupable d’injure à l'endroit du corps de la Police nationale, de diffamation, de manipulation de l'opinion, de publication d’informations mensongères et d’accusations sans preuve. Dans son n°43 du 6 au 13 novembre 2013, l’hebdomadaire a publié un article intitulé « Voici comment la Police nationale tue les Congolais ».

La Voix du Peuple a, quant à lui, été sanctionné pour « la récidive, l'injure à l'endroit du corps de l'armée, l'atteinte à la dignité humaine et la manipulation de l'opinion ». En cause, un dossier titré : « Crise aux frontières congolaises, les FAC, une coquille bien vide ».

Dans son édition n°402 du 30 avril 2013, Le Glaive, la troisième publication épinglée, affirmait : « Sassou ne contrôle plus rien ; Un cancre à la direction du Port Autonome de Pointe-Noire ».

Au cours de sa réunion ordinaire, le CSLC qui compte 11 membres a également adopté un projet de décision portant modification de la réglementation sur les frais et taxes à payer par les entreprises privées d’audiovisuel au Congo.

App Agence Ecofin
Téléchargez l'application de l'Agence Ecofin gratuitement

iPhone App  App Android

ARTICLES COMMUNICATION LES PLUS LUS