Ecofin Gestion Publique

Ce week-end, Xi Jinping déploie son méga projet One Belt, One Road pour accélérer la mondialisation des échanges

Carte Mc Kinsey. Carte Mc Kinsey.

(Agence Ecofin) - Alors que les pays occidentaux sont tentés de battre en retraite face à la mondialisation des échanges, la Chine, elle, invite une trentaine de chefs d’Etats, l’ONU, le FMI et la Banque mondiale à affirmer leur foi dans le multilatéralisme et l’ouverture économique internationale.

Le gigantesque projet One Belt, One Road que porte le président chinois Xi Jinping depuis 2013 sera exposé, discuté et promu ces 14 et 15 mai à Pékin dans l’espoir d’ouvrir une nouvelle page de la globalisation : l’objectif est de rassembler 4000 milliards $ pour construire de nouvelles infrastructures trans-continentales, voies ferrées, ponts, routes, tunnels, ports, en vue de mieux relier l’Asie à l’Europe, au Moyen-Orient et à l’Afrique de l’Est.

220 milliards d’euros ont déjà été investis ces deux dernières années pour construire 2200 km de voies ferrées en Asie. Des lignes à grande vitesse seront bientôt construites en Europe centrale. D’ores et déjà, les premiers trains de marchandises ont relié le centre de la Chine à plusieurs villes européennes. Ce méga programme d’infrastructures vise un quart du commerce mondial et 63 % des habitants de la planète.

Pour cet événement unique, les organisateurs chinois espéraient une plus grande affiche. Le libre-échange n’étant pas très en vogue dans les pays développés, très peu de dirigeants occidentaux se sont annoncés. L’Afrique sera également peu représentée. Seuls Uhuru Kenyatta (Kenya) et Hailemariam Desalegn (Ethiopie) figurent sur la liste des chefs d’Etat participants. La Tunisie et l’Egypte ne seront présentes qu’au niveau ministériel.


Ecofin Gestion Publique     


LES PLUS LUS 7 jours
1 mois
6 mois
Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance