Ecofin Gestion Publique

Malgré la famine, le gouvernement du Soudan du Sud utilise les recettes pétrolières pour acheter des armes

Malgré la famine, le gouvernement du Soudan du Sud utilise les recettes pétrolières pour acheter des armes

(Agence Ecofin) - Selon un rapport publié par des observateurs des Nations Unies, bien que la famine affecte plus de 5,5 millions de personnes au Soudan du Sud, les autorités investissent plus de la moitié des revenus pétroliers dans l’achat d’armes. Une situation provoquée par la spirale de la violence entre les forces gouvernementales de Salva Kiir (photo) et les rebelles du vice-président Riek Machar, et qui aggrave la pénurie alimentaire dans le pays.

La plus jeune démocratie du monde dépend quasi totalement des revenus pétroliers et une forte partie du budget est consacré à la défense. Entre mars et octobre 2016, les recettes issues de la vente du pétrole se sont élevées à 243 millions de dollars, presque totalement investis dans la sécurité et l’achat d’armements. « Malgré l’ampleur de la crise politique, économique et humanitaire, nous avons découvert des preuves selon lesquelles le gouvernement a lancé des achats importants d’armes », a indiqué le rapport du groupe d’observateurs des Nations Unies.

Les observateurs ont ensuite proposé au conseil de sécurité d’imposer un embargo sur les armes au Soudan du Sud, ce qui, espèrent-ils, participera à la résorption de la crise de la famine. Il faut dire que plusieurs pays et donateurs se mobilisent depuis quelques jours pour lever des fonds et sauver les populations meurtries par la faim et les violences.

En outre, le rapport déplore l’impunité presque totale qui entoure les violences commises par les forces gouvernementales comme par les rebelles contrôlés de Riek Machar. Ceux-ci ont récemment interdit aux travailleurs du secteur pétrolier de se rendre sur les terminaux de production afin de bloquer la relance de la production pétrolière, élaboré par Juba.

Olivier de Souza


Ecofin Gestion Publique     


LES PLUS LUS 7 jours
1 mois
6 mois
Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance